Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

269 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2021

Mon petit Tolerme, dis-moi, qui va te croquer ?

Un camping ? Oups, mieux, un hébergement de plein air mais... de luxe ! Je sens que ça va ruisseler, là !

Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Initialement publié sur le forum de blog du Tolerme)

Mesdames et messieurs les éluEs décideurs et décideuses,
Je vous propose d'écouter soigneusement "le grand entretien" du 26 juillet 2021 sur France-Inter (même si les questions de la journaliste sont parfois niaises)  :  "Nous sommes en train de bousiller l'habitabilité de la seule planète habitable" (je ne mets pas le lien, je suis certain que vous possédez tous des appareils très perfectionnés*, appareils dont la production consomme elle aussi des énergies rares, et s'accompagne des crimes de travail d'enfants,de prostitutions et autres excès criminels. Si, si, renseignez-vous).
Mais revenons à cette émission radio, fort intéressante, où vous allez enfin apprendre le lien entre émissions de gaz à effets de serre (GAS) et réchauffement climatique, donc dérèglements climatiques meurtriers déjà présents.
Sur ce dernier point (celui des dérèglements climatiques), vous pouvez aussi  faire l'effort de vous renseigner dans d'autres sources d'information que la Dépêche, où certains adorent se répandre (et accessoirement nous salir en passant, as usual)... et cet effort sera récompensé, comme tout effort, par la connaissance. Ce n'est pas rien que de devenir instruit, c'est même la chose importante qui devrait guider nos recherches tous les jours, acquérir de l'instruction, surtout au sujet des dérèglements climatiques déjà très présents et très violents, meurtriers et destructeurs.
Je n'ai pas d’affinités particulières avec la théorie du Colibri de Pierre Rabhi même si je prends ma part afin de tenter d'aggraver le moins possible cette situation climatique absolument prévue (depuis le rapport Meadows de... 1972) , dans ses aspects les plus dramatiques. Je suis même certain que vous savez tout cela parfaitement... alors se pose la question de votre responsabilité, en terme d'exercice d'un pouvoir censé aller vers le bien commun. Oui, dans "bien commun", c'est commun qui importe, et pas pour quelques cupides "opérateurs privés" ni encore moins pour quelques touristes riches. Non, c'est commun qui est important, il me semble.
Et lutter contre les hausses des GAS  fait partie du bien commun. Nous vivons tous sous la même bulle qui se remplit de plus en plus de GAS, et personne ne peut dire où la catastrophe arrivera, à quel endroit précis.
Là où vos collègues, en ville, commencent à envisager sérieusement de dé-bitumer les trottoirs, de re-végétaliser le plus possible... voici donc que dans notre petit coin encore préservé (encore que, méthanisation polluante de la nappe phréatique et destructrice de patrimoine archéologique - lire l'excellent blog, d'accès gratuit sur Médiapart, de Nestor Roméro - coucou Nestor !, sans parler de l'abandon du fret ferroviaire qui met des milliers de camions sur nos routes alors que dans la zone de Biars, il y a des rails... à se demander si nos élus décideurs ne s'amusent pas à prendre les pires des décisions, mais passons, j'embrouille tout), voici donc que dans nos coins apparemment encore un peu épargnés, vous décidez de vous accoquiner avec des "opérateurs privés" afin de fabriquer un produit de tourisme vulgaire qui aggrave la situation, ce camping, pardon, cet hébergement de plein air pour touristes à fric.
Tous les scientifiques, absolument tous (je parle là des scientifiques non achetés par divers lobbys pétroliers ou autres), depuis les débuts du GIEC (années 1990), nous alertent sur les conséquences de nos actes de consommation, de production et de déplacement. Dans un déni absolu, les élus décideurs  (sauf à de très rares exceptions, ce qui a pour conséquence de fortement diminuer la carrière de ces trop rares élus lucides) aiment remettre indéfiniment 2 € dans la machine infernale de la surconsommation, afin de satisfaire les prédateurs qui s'enrichissent sur des cadavres. Oui, cadavres, car parmi ces conséquences, il y a des morts.
Des morts là où sont extraits les matières fossiles et les terres rares, des morts tués par la culte de la bagnole et des transports routiers qui sont les plus dangereux, des morts suite aux dérèglements climatiques qui n'en sont qu'à leurs débuts, en terme de gravité. Liste bien entendu non-exhaustive...
Mais je ne veux pas être trop long,votre temps d'élus est très précieux, surtout quand il est question d'appuyer un projet pour un hébergement de plein air de luxe, dans un coin jusque là protégé des appétits des cupides, afin d'attirer la manne des touristes riches, encore un coup de ce "ruissellement" absurde et mensonger !
S'il y a bien une chose que la période actuelle, commencée chez nous en mars 2020, nous a enseignée, c'est bien l'extrême fragilité de ce "ruissellement" attendu de la part des touristes riches. Mais même cet enseignement n'est pas acquis, c'est dire à quel point vous loupez tous les trains, y compris le dernier.
Cette syndémie est elle aussi le résultat de la croissance folle et meurtrière.
Le logiciel de la croissance est bien celui de la destruction de la seule planète habitable que nous connaissons et que nous ne pourrons jamais quitter, jamais.
Il n'y a pas et n'y aura jamais de planète B.
On pourrait me rétorquer qu'ailleurs, d'autres participent dans des grandeurs immenses, à cette destruction et qu'un hébergement de plein air pour touristes riches ne va pas y nuire beaucoup.
Je répondrais (dans cette hypothèse) que c'est facile de dire cela alors que pour l'instant, les catastrophes climatiques et leurs conséquences se déroulent en Australie, Madagascar, Californie, Canada, Maroc, Chine... provoquant des destructions qui nous sont pour l'instant inconnues, et lointaines.

Et même l'Allemagne semble lointaine, non ?
C'est aussi cela, cette posture des cupides que vous soutenez, les cupides pensent toujours qu'ils vont y échapper.
Un peu comme ces tocards de milliardaires qui s'envoient en l'air et que des gogos admirent.
Admirent-ils, les gogos,  les incendies, les sécheresses, les famines, les chutes d'eau jusque là inimaginables, les cadavres... non, les gogos admirent les causes, et sont dans le déni absolu du lien entre ces causes et les terribles conséquences.
Il serait temps, enfin, de se mettre réellement au service du bien commun, et de cesser de servir des cupides et autres égoïstes.
Prenez soin de vous, de vos proches, et veuillez préserver cet environnement vital, que certains s'acharnent à détruire au nom du consumérisme le plus idiot.
Faites preuve d'imagination, ce ne sont pas les projets réellement écolos qui manquent (et qui eux, pour le coup, créent des emplois autrement plus importants que les boulots de merde saisonniers - lire à ce sujet "Bullshit Jobs" de David Graeber paru aux éditions les Liens qui Libèrent) , c'est seulement la volonté politique qui fait défaut.
Qu'en est-il de la vôtre, de volonté politique ?
Merci.
Edmond Kober.

* Mon ordi a un peu plus de 11 ans et je n'ai qu'un vieux téléphone portable même pas "smart".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon