Des gémissements planétaires de Mme Lagarde aux espoirs de résitances locales

L'année 2015 s'est terminée par le bal des faux-culs avec Hollande en Maître de Cérémonie de la COP21. Sitôt les lampions de la fête éteints, retour du business as usual comme dirait notre inénarrable championne de nage synchronisée (en eaux troubles), synchronisée avec les desiderata des maîtres de la finance mondiale. Déjà Mme Lagarde se lamente à l'idée d'une " croissance décevante".

Ci-dessous mon petit bilan de l’année écoulée et quelques pistes de travail pour 2016.

Climat !

C'est vrai qu'avec le développement durable, la croissance c’est cool et la croissance y a que ça de vrai pour relancer l'emploi. Avec un peu de " réalisme économique " mixé avec " quelques réformes de bon sens  indispensables ", le tour est joué, c'est reparti comme en quarante !

Vous avez dit la COP quoi ?? Peugeot et Renault battent des record de vente dans les pays émergents où la sacrosainte bagnole à encore des centaines de millions de prospects émerveillés l'attendant en Inde, en Chine ou en Afrique comme d'autres ont attendu le petit Jésus un soir de décembre. Comme par hasard, la Russie a battu en 2015 son record de production de pétrole. Un petit coup de circulation alternée à Bombay et il n'y paraitra plus rien. Roulez petits bolides ! En 2016, ne pourrait-on pas mettre à profit la baisse du pétrole pour augmenter la fiscalité sur les combustibles fossiles et entamer la décarbonation immédiate et rapide de notre économie ? Drôle à souhait, le lancement de la Bugatti Veron - 1 500 CV ! - annoncée en pleine COP quelque chose.
Le jour même de la Saint Sylvestre, un climatologue du GIEC, Jean Jouzel, annonce qu’en 2013 et 2014, la température moyenne a augmenté de 1/10ème de degré par an et que si l'on prolonge bêtement la tendance, on arrive à +10°C à la fin du siècle

http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/2015-extraordinairement-chaude-chacun-doit-agir-contre-ia0b0n3247192?xtor=RSS-

Alors les 2°C, vous pouvez d’ores et déjà oublier. Alors quand on voit les dérèglements climatiques qui se produisent aujoud’hui, il y a de quoi prendre peur. Mais ça vaut quoi la parole d'un scientifique du GIEC quand un présentateur de la météo de France 2, Philippe Verdier soutenu par une pétition signée par  20 000 personnes vous dit que le réchauffement climatique est « devenu l’instrument d'une lutte idéologique parfaitement étrangère à la science. » Mais attention, Verdier n’est pas climato-septique, il est « climato-réaliste », faudrait pas confondre ! La science, c’est Verdier, le GIEC des idéologues. Fin de la discussion !  Idem pour le Monsieur Météo d’Europe 1 (toujours en poste) et ex-présentateur télé (un gage de compétence et de sérieux), Laurent Cabrol qui y a été de son petit opuscule climato-septique assumé en 2008 (Et si la terre s'en sortait toute seule). Une petite dernière, aux USA, on est toujours plus forts que tout le monde. Là-bas, ils ont inventé le coal rolling. Pour obtenir le résultat souhaité, il suffit de bidouiller le calculateur de son moteur diesel. Ainsi ces joyeux cowboys peuvent enfumer comme des rats tout ce qui ressemble de près ou de loin à un écolo. Après le climato-réaliste, les climato-activistes.

http://www.reporterre.net/L-ARTICLE-LE-PLUS-FOU-de-2014-Le

 OGM !

Encore un beau chapitre de la schizophrénie à la française.

La loi interdit la culture des OGM mais comme la France est un pays de progrès, alors on n’arrête pas la recherche. Pendant les travaux (des champs), la recherche continue. Est-ce que ça va changer en 2016 ? Au secours !

Atome !

Chef d’œuvre en péril ! Nos centrales que le monde entier nous envie, nos beaux EPR on se les arrache.

Les retards de livraison payés avec les impôts des français, coût passant de 2,3 M€ à 8,5. Idem pour l’EPR de Finlande dont le surcoût lié au retard sont payé par ces mêmes français via AREVA. Puis les fissures dans la cuve de celui de Flamanville découvertes dès la livraison des cuves et leur existence dévoilée 5 ans après. WTF : elle est déjà prisonnière de sa gangue de béton. Vous avez dit gang du béton ?

 Les centrales nucléaires belges gérées par Electrabel, filiale d’Engie (partenaire de la COP21 s’il-vous-plait !), centrales à bout de souffle subissant panne sur panne mais dont la durée de vie a été prolongée de 10 ans. Pourquoi 10 ? Pourquoi tant de timidité ? Mais ça commence à râler sur les deux rives du Rhin et en Hollande. « 165 000 Belges, Néerlandais et Allemands ont signé une pétition réclamant l’arrêt de plusieurs centrales. En vain. Un réacteur tout juste rallumé fait encore des siennes.

Trois jours et puis s’arrête »

http://www.ouest-france.fr/monde/nucleaire-les-centrales-belges-font-fremir-leurs-voisins-3954302

 Pour notre Hollande, tiens une nouvelle promesse non tenue, celle du démentiellement de la vielle centrale alsacienne. On va attendre que d’abord l’EPR fonctionne. Ou pas.  Espérons pour 2016 que les bricolages atomiques tiennent encore un peu le coup. Maintenant, faudrait pas dire aux allemands et suisses que Fessenheim n’est qu’à quelques km de chez eux, des fois que ça les énerve aussi.

 Alors signez la pétition en ligne !

https://lapetition.be/en-ligne/Non-au-nucleaire-d-Electrabel-Vous-payez-les-risques-eux-recoltent-les-benefices-3963.html

 

Espagne (1) !

Côté économie et emploi, il y a de bons élèves sur qui il faut prendre exemple et des cancres obstinés à le rester et que la honte soit sur eux pendant quarante générations.

Vous aurez tous reconnu le bon élève de la classe, l’Espagne du proto-franquiste de 2015 et le bonnet d’âne français. « L’Espagne, championne de la croissance devant l’Allemagne avec un taux annuel de 3,4% » « Le chômage chute de 4% en un an en Espagne ». Là encore, enfumage ! Quel sens peut encore avoir le mot chômage quand le gouvernement réinvente les ateliers nationaux sous leur forme moderne : les chômeurs, quel que soit leur âge, sont obligés d’accepter les « stages » de 6 mois qui leur sont « proposés », stages assortis d’interdiction d’embauche à la fin et payés 300 € par mois. En voilà de la belle réforme structurelle qui mériterait être imitée par notre rétrograde pays, « à la traine avec ses coûts salariaux beaucoup trop élevés ». Je ferai juste observer que les adorateurs du dieu Marché lorsqu’ils abordent le sujet de la compétitivité, ne parlent, pour la France, que sous l’angle des coûts salariaux et bien sûr les inévitables charges jamais sous l’angle de la productivité qui est une des meilleures au monde.  Les ravis de l’économie ibérique oublient nous dire à qui est présentée la facture du miracle économique espagnol. Devinez qui ? Les salariés qui ont vu les protections sociales et autres conventions collectives disparaître comme autant de «  vestiges du passé nuisant à la croissance », ceux qui ont vu leur salaire divisé par deux en quelques années. Alors quand bien même il viendrait à augmenter à nouveau de 3% par an, il faudrait que ces heureux veinards patientent 14 ans pour retrouver leur salaire d’avant la crise ! Ces mêmes ne nous parleront jamais non plus de ces centaines de milliers de sans toits expulsés de chez eux suite à l’explosion de la bulle immobilière qui a éclaté en Espagne avec une rigueur implacable. La double peine pour ceux qui ne pouvaient plus payer les traites : maison invendables et crédits à rembourser. Madrid peut d’ailleurs s’en orgueillir de détenir le plus grand bidonville d’Europe où « vivent » 40000 personnes, à la Cañada Real Galiana  (http://www.dailymotion.com/video/xy3c93_le-bidonville-de-madrid-le-plus-grand-d-europe_webcam).

Bref, vous l’aurez compris, pour les gourous de la com’, experts en boniments, l’avenir de la France (2017 ?) sera espagnol ou ne sera pas. Nos experts autoproclamés en économie, ont trouvé une nouvelle médecine. Ces Diaphourus ont décidé que, dorénavant, les deux seuls critères pour juger de l’état du patient seraient la température et la tension. Donc, le taux de chômage c’est sa tension : on l’a vu facile il suffit d’escamoter les sans travail ; le taux de croissance sa température : on pourrait ergoter sur sa définition mais une question se pose son élévation, à qui profite la croissance, comment est-elle répartie ? Aucune réponse n’est apportée sur la répartition de la richesse dont la notion de répartition a disparu du discours politique. Les chiffres de l’emploi et de la croissance sont donnés bruts. Ce sont les seuls éléments à être commentés de long, en large et à travers. « La tendance "est très bonne", opine Carlos Martinez, économiste à l'école de commerce madrilène IE Business School ». Un économiste, professeur dans une école de commerce, c’est un gage d’impartialité ! La Croix et la lanière…

http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Espagne-la-baisse-du-chomage-se-confirme-2016-01-05-1400149

 

Cependant à en juger par les résultats électoraux de décembre 2015 où le PP est encore en recul et Podemos en hausse, les bienfaits du « miracle économique » de Rajoy convainquent de moins en moins en Espagne mais il « séduit toujours les économistes malgré une très légère baisse de sa croissance ». Pas de bol les espagnols !

 

En 2016, remettons la répartition des richesses, la répartition de l’emploi au centre du débat politique. Là ça va bouger. Tout ce que le libéralisme haït  au plus haut point, c’est bien la notion même de répartition qui lui fait horreur. Toute son action depuis 30 ans est sous-tendue par la lutte contre l’égalité.

 

Espagne (2) !

L’Espagne où la question nationale encore posée, là-bas comme en France.

Bon, sur ce point, je ne vais pas me faire que des copains.  Mais avant de me faire engueuler, j’aurai eu le plaisir d’entendre Valls et Philippot tenir sur la question Corse des discours interchangeables. Ca me fait penser à « la guerre contre le terrorisme ». A quand la conscription qu’on rigole un bon coup ?! La Corse combien de divisions ;-) ? Même emphase, même grandiloquence, faisant assaut de républicanisme, le second reprochant au premier (ministre) de ne pas en faire assez. Comme d’hab’. Quand tu veux servir la soupe au FN, tu ne crois quand même pas que tu vas t’en tirer avec une invitation au  McDo non ? Avec le FN quand tu mets le doigt, t’es sûr que c’est le bras qui y passe. La France, la République Française, elle est comme ça, c’est son côté universaliste. Elle adore la culture, soutient les minorités mais loin de chez elle et quand ça l’arrange mais attention, pas question d’en entendre parler sur son magnifique hexagone avec Paris en son centre et la langue française comme ciment de ce parangon de perfection. Pendant la Guerre d’Algérie (et encore maintenant), elle ne comprenait pas que la minorité berbère soit brimée par les arabophones mais quand il s’agit de la Corse et de son identité, cela devient un non sens absolu, une atteinte intolérable à la Nation. Hors de France mais à ses marches, la Catalogne est regardée de la même façon, avec ce mépris que méritent ces langues, ces cultures inférieures qui viendraient rompre de beaux et rassurants édifices : en Espagne, on est espagnol et on parle espagnol. Personnellement, j’ai appris le castillan, pas l’espagnol. Mais voilà, c’est quand même plus simple comme ça, bien carré, taillé au cordeau comme la coupe d’un para du 2ème REP. Après, j’ai entendu dans la bouche de camarades « mais la Catalogne (idem Corse), elle est trop petite pour être indépendante. » Elle est bien bonne celle-là ! Et la Lituanie, l’Estonie, Malte, on peut remonter jusqu’à l’Irlande ou le Danemark qui ont moins d’habitants que la Catalogne (7,5 millions d’habitants), qui remet en cause l’indépendance de ces pays ? Si la question est : pays est-il économiquement indépendant aujourd’hui, la réponse est aucun ! Pas plus la France que l’Espagne. La belle surprise. Aussi : « Elle n’a pas d’armée ». Et le Luxembourg, combien de sous-marins nucléaires ? Une autre question est en suspend : à qui profite le crime ? Réfléchissez-y bien camarades. En cautionnant la croisade anti-catalane de Madrid appuyée par l’Europe, bien malgré vous, que vous le vouliez ou non, vous soutenez le national-libéral Rajoy. C’est au fantasme franquiste « Una-Grande-Fuerte » (i católica) que vous donnez raison. Désolé de vous rappeler, chers amis, que c’est encore un peu de Franco qui s’exprime par le chef du PP quand il veut restreindre drastiquement le droit à l’avortement ou museler les provinces rétives à l’autoritarisme madrilène. Le droit à l’autodétermination est reconnu par la charte de l’ONU. Mais là encore, pour beaucoup d’espagnols ou de français, c’est un droit à deux vitesses : OUI pour le Timor Oriental, NON pour la Catalogne (ou la Corse). Pour en revenir à l’Espagne, si la question nationale est revenue sur la mesa, c’est parce que le PP n’a eu de cesse au cour de ses 7 ans d’exercice sans partage du pouvoir central que de rogner les droits de la catalogne alors qu’il s’en serait fallu d’un peu plus de reconnaissance (comme reconnaissance de l’indépendance) par l’adoption de droits nouveaux qui ne remettraient nullement en cause l’Etat espagnol pour que la question de l’indépendance ne se pose même pas Aujourd’hui donc, devant un déni sans cesse réaffirmé de la particularité, de la singularité de son peuple, l’indépendance apparaît pour beaucoup de catalans comme la solution à leur problème (national). J’ai aussi entendu dans la bouche d’un camarade « aujourd’hui Madrid est plus riche par habitant que la Catalogne » et plus loin cette même personne me dit « c’est par égoïsme que les catalans veulent quitter l’Espagne, pour ne plus payer ses dettes ». Faudrait savoir. L’indépendance ne résoudra certainement pas à tous les problèmes de la Catalogne, il n’est qu’à voir l’importance accordées par ses électeurs aux législatives espagnoles, des questions économiques et sociales portées par l’union de Podemos et de la CUP. Pour en revenir à la seule question nationale, le référendum est la bonne instance pour décider. Podemos, qui n’est pas partisan de la partition, retient cette solution.

 

Le chanteur Lluis Llach est depuis des décennies, avant même la fin du franquisme, le chantre incontesté de la Catalogne et de beaucoup de catalophones (presque plus de 10 millions de part le monde), dans et hors d’Espagne. Je ne connais pas d’autres leaders nationalistes comme lui, ouvertement homosexuels, pro-palestiniens et de gauche. Il prône une convergence entre la gauche en Catalogne et Podemos. Non, le nationalisme catalan n’est pas de droite. Faut-il vous rappeler la Guerre d’Espagne et la place particulière de cette région dans ce conflit ? Enfin, quand les grandes nations se choisissent pour emblème, qui le coq, qui l’aigle, le lion, … le taureau, etc., la catalogne se reconnaît dans le modeste âne. Modeste mais têtu. Il n’a jamais posé de bombe, commis d’attentat. Pourquoi inquiète-t-il autant ? Si basques et corses n’avaient pas fait parler les armes et le TNT, que seraient-ils devenus aujourd’hui ? Personnellement et très concrètement, je m’en tiens au titre du livre de Claude Hagège : « Halte à le mort des langues ». Il n’y a pas de compétition entre les langues, il n’y a que des luttes de pouvoir dont ces dernières font les frais.

 

Au fond que demandent les peuples et que ne leur avons-nous semble-t-il toujours promis ? Compréhension et respect, du Vietnam à la Palestine. Pourquoi les peuples corse ou catalan n’y auraient-ils pas droit ? De quel droit ?

 

La Grèce !

Les douloureuses mais salutaires  leçons de l’expérience de Syriza au pouvoir.

 

Comme beaucoup, le Syriza au pouvoir m’a désappointé, son discours « d’avant » ne laissant pas présager un tel revirement. Erreur de ma part. La malignité politique de son responsable politique et Premier Ministre, Aléxis Tsípras, est apparue au grand jour en 2015. Pour mémoire, il est l’instigateur du référendum du 5 juillet, référendum portant sur les mesures qu’entend imposer le cartel des créanciers du pays. Le pays le suit et vote à 60% non.  « Le 13 juillet au matin, la Grèce et ses créanciers signent un accord comportant de nombreuses mesures d'austérité et de privatisations en Grèce » Wikipedia. Le 20 septembre il organise des élections, dans la fenêtre de tir octroyée par la Troïka, entre sa soumission totale à l’Europe de juillet et les mesures terribles dont la mise en œuvre était prévue pour commencer en décembre. Comme Pétain, Aléxis Tsípras se présente en père protecteur promettant à son peuple tout à la fois de limiter les exigences de l’occupant (la Troïka) et des jours meilleurs renvoyés aux calendes grecques.

 

L’Europe, et c’est à cette fin qu’elle a été créée et à nulle autre malgré les fées humanistes qui s’étaient penchées sur son berceau et avaient réussi à nous persuader du contraire, l’Europe donc est une machine à broyer les producteurs de valeur ajoutée (les salariés au sens très large incluant les indépendants, les auto-entrepreneurs, patrons de PME-PMI) par un carcan multinational qui nous rappelle que le capitalisme a réussi quand les salariés ont échoué dans leur projet de création de l’internationale des travailleurs. Le Syriza de décembre, en refusant la rupture avec l’Europe, mène son pays et tous les autres qui seraient tentés par une rupture a minima avec celle-ci (Podemos, le Front de Gauche), à la misère et au chaos. L’expérience grecque nous oblige pour 2016 à la mise à plat de la question européenne comme condition indispensable à la rupture sociale, écologique et démocratique dont les français ont besoin.

 

Vive la fraude fiscale et les paradis financiers !

L'automne 2015 a vu la publication de l'excellent livre des Charlot-Pinson, " Tentative d'évasion (fiscale) "

Pourtant, mi-décembre, une déclaration étonnante du secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert, un presque ministre « socialiste » n'a pas eu l'écho qu'elle méritait : « Fiscalité : Bercy écarte le projet d’une plus grande transparence pour les grandes entreprises » titre Le Monde du 17/12/2015.

 « La compétitivité plutôt que la transparence » avait écrit le Figaro la veille. Il ne faut pas " fragiliser les entreprises ". Le député socialiste de la Loire Jean-Louis Gagnaire enfonce le clou le 6 janvier à l’Assemblée Nationale. La logique de collaboration totale avec la firme jusqu’à la lie.

Cela a commencé par une déclaration du secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert qui fit cette sortie étonnante pour un presque ministre « socialiste » : « Fiscalité : Bercy écarte le projet d’une plus grande transparence pour les grandes entreprises » Le Monde du 17/12/2015.

 « La compétitivité plutôt que la transparence » avait écrit le Figaro la veille. Il ne faut pas " fragiliser les entreprises ". Le député socialiste de la Loire Jean-Louis Gagnaire enfonce le clou le 6 janvier. La logique de collaboration totale avec la firme jusqu’à la lie.

http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=3200

 

Un futur sans emplois !

La veille de Noël, la SNCF annonce la fin des horaires papier. Ils seront remplacés par des applications sur Smartphones. Et puis on peut encore parle d’Amazon, etc.

Ainsi, que nombre d’études, comme celle de la Tribune ci-dessous, montrent que des emplois vont être supprimés par millions dans la décennie qui vient. Mais les ténors du libéralisme font assaut de métaphores pour expliquer que ces fainéant-e-s de français-es avec leurs 35h, les 5 semaines de congés et la retraite à 62 ans n’arriveront jamais à rien.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20141027trib64edc65c1/les-robots-detruiraient-trois-millions-d-emplois-d-ici-a-2025-en-france.html

 

Le dernier en date sur France Info, Gérard Longuet qui y a été de sa comparaison oiseuse : « Tous les pays qui réussissent ont des durées de travail supérieures à la notre ». On a bien compris, on garde les meilleurs, on les faits trimer comme des malades et quand ils sont vieux et/ou usés, 45 ans maxi, on les bazarde pour les remplacer par des jeunes prêts à tout pour trouver un job. Eux iront grossir les rangs des chômeurs déguisés en stagiaires. La durée de travail permettant d’obtenir le droit à la retraite au taux plein sans cesse repoussée, procède la même logique avec pour effet de faire baisser le coût du travail. La nouvelle réforme qui fait passer la retraite à taux plein à 62 ans est présentée comme une retraite à la carte. Vous en connaissez beaucoup de gens qui ont un emploi salarié après 55 ans ? Alors la retraite à la carte pour 5% des salariés ? Mensonge et manipulation.

 

Diminution du temps de travail !

Trois millions d’emplois supprimés sur une population active de 26 millions, cela représente 12%.

Si la durée moyenne du travail est de 37 heures, on arrive bien à 32 heures par semaines. La baisse de la masse de travail appelle le partage du travail par la baisse du temps de travail pour tous. La semaine de 4 jours de 8 heures permettrait de réduire les trajets et donc la pollution liée aux transports et tous les coûts, la baisse des prélèvements sociaux qu’implique le chômage. Ce n’est pas une utopie. La CGT la demande. Mais il faut aller encore plus loin pour diminuer drastiquement le taux de chômage.

 

Attentats !

Après les attentats de janvier qui avaient donné lieu à des manifs monstres, manifs convoquées par l’Etat, manifs-valises où le mariage de la carpe des bonnes intentions et du lapin du calcul électoral finissait par accoucher de l’Etat d’urgence en novembre.

Les derniers commis en novembre auront permis à Emanuel Valls de dévoiler le fond de sa pensée politique : constituer un grand rassemblement de tous les libéraux (économiques), en gros le PR et le PS et affidés, pour faire front commun contre la menace antilibérale  de MLP (la « politique économique » du FN vue par Pierre Gattaz), quitte quand même à piocher dans idées les plus nauséabondes. Idem pour la déchéance de nationalité. Valls ou comment prétendre assécher le marigot frontiste en apportant de l’eau à son moulin.

 

Accessoirement, ils auront été l’occasion de tordre le cou à une légende urbaine, le Front National et le PR défenseurs de la laïcité ! Cette imposture s’est autodétruite quand la benjamine des Le Pen, secondée par la Nadine Médrano, nous ont annoncé de conserve que la France était de race blanche et catholique. Mention spéciale à l’idéologue languedocien Robert Ménard qui a étendu la zone de chalandise de la francité au judaïsme. Dans un premier temps, les juifs feront de bien commodes alliés jusqu’à ce que ceux-ci ne se révèlent pour ce qu’ils seront toujours aux yeux de la droite nationale française, les ennemis irréductibles d’une France chrétienne. On pourrait opposer à l’extrême-droite new-school de Marine Le Pen qui fricote avec les « sionistes » selon son meilleur ennemi Alain Soral qui endosse du coup la posture old-school avec une amusante main tendue aux musulmans dans une posture symétrique de celle de la Fifille à Papa.

PR et FN se retrouvent embarqués sur le même plateau quand il s’agit des repas sans menu de substitution. Valls and Co n’y trouvent pas grand-chose à redire, alors qu’il s’agit d’une exclusion de fait de l’Ecole de la République. Voilà donc des Républicains très respectables que l’on ferait élire pour faire barrage au FN ? Mascarade.

 

L’inscription dans la loi des mesures liberticides des mesures de l’état d’urgence sont, non seulement contraires aux respects des droits de l’homme et en contravention avec les lois européennes mais une arme livrée clé en main au Front national ou à Sarkozy qui n’en demande pas moins, s’ils arrivaient au pouvoir en 2017. Encore une fois, la manipulation rime avec émotion. Insupportable !

 

TTIP !

Quand la presse populaire commence à s’alarmer du TTIP, c’est que notre travail commence à porter ses fruits. Ce n’est pas le moment de baisser la garde !

 

Le combat contre cette monstruosité qu’est le TTIP alias le TAFTA, la mère de toutes nos batailles pour l’écologie, le social et la démocratie est une priorité ! Il pourrait être signé en 2016 par les états puis devrait être ratifié par la représentation nationale. OK pour les lettres à nos députés, ça ne mange pas de pain, mais cela ne remplacera pas la pédagogie au quotidien,  obstinément et les luttes contre ces traités qui tendent à imposer la loi des firmes contre les peuples, contre notre terre.

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/01/02/la-bombe-a-retardement-du-ttip

 Nürenberg !                            

Il faudra bien qu’il se tienne le procès des génocidaires de l’environnement.

 Pas en 2016 malheureusement. Mais vite, avant que l’Armageddon nucléaire, gaz de schiste, méthane s’échappant dans l’atmosphère ou OGM ne s’abatte sur la planète entière. Jusqu’ici, ils n’ont lancé que des ballons d’essai qui à Fukushima, dans le Nebraska ou en Californie, comme dans plaines argentines.

 

Vive 2016 !

En 2015, la firme a vu son pouvoir continuer s’accroître, à la surface de la terre comme dans la profondeur des esprits.

Elle a tous les pouvoirs. Faisant fi de la démocratie, elle a soumis la Grèce. Alors pourquoi Mme Lagarde geint-elle ? Après tout, elle récolte ce que les maîtres incontestés de la planète ont semé depuis trop de décennies. Pourtant, dans nos forêts, des Chambaran à Notre-Dame-des-Landes, d’irréductibles pourfendeurs de l’ordre mondialisé se battent pour laisser à nos enfants une terre vivable. C’est de cela dont elle ferait bien de s’inquiéter.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.