Voter dimanche contre le Front National

Dimanche prochain, j'irai voter. J'ai la chance d'habiter dans les Pays de Loire. Le FN ne menace pas de prendre la région. Je tirerai donc au sort mon vote entre la droite traditionnelle (Les Ripoublicains et leurs alliés) et la droite complexée (le Parti qui n'a plus que le nom à être socialiste). J'irai voter parce que ce droit fut une conquête citoyenne et qu'il faut l'exercer.

 J'irai voter parce que  les femmes ont obtenu ce droit en France il y a seulement 70 ans. Et qu'il faut donc, hommes comme femmes, l'exercer pour que demain, il nous soit encore possible de voter pour des représentants que nous choisirons et qui nous représenteront vraiment.

Mais je pense aussi à mes amis, et aux millions d'inconnus, qui habitent dans une des cinq régions de France où le Front National peut gagner les élections. Je leur demande de donner leur vote aux candidats Ripoublicains ou faussement Socialistes. Un vote qui ne signifiera pas une approbation du programme de ceux-là. Mais un vote qui peut empêcher la victoire du FN et l'instauration de mesures exécrables dans les régions concernées. Pas une voix pour le parti xénophobe, pas une voix pour les racistes. Pas une voix pour ceux qui organisent la haine et veulent nous opposer les uns aux autres. Un vote de conscience.

Le Front national ne doit pas passer.

La situation est inédite. Dès lundi prochain, il sera temps de penser à la suite. Et il faudra être intransigeant avec ceux qui nous ont conduit là. Il n'est pas utile de les nommer aujourd'hui mais nous les connaissons bien. Dès lundi, l'avenir sera entre nos mains. Et tout est à construire. Faisons en sorte que le chemin ne soit pas encore plus noir qu'il ne l'est déjà.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.