mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 27 août 2016 27/8/2016 Édition de la mi-journée

La face cachée (du procès) d’Etienne Chouard

Citoyen signataire parmi 60 000 autres, pour la plupart tout aussi anonymes que moi, de la charte pour une sixième République, j’ai choisi ce titre accrocheur pour attirer à moi, le temps d’une lecture, tous ceux qui sont bien heureux d’utiliser les turpitudes d’Etienne Chouard. Il n’est pas certain, quand ils m’auront lu, que je leur plaise encore.

Citoyen signataire parmi 60 000 autres, pour la plupart tout aussi anonymes que moi, de la charte pour une sixième République, j’ai choisi ce titre accrocheur pour attirer à moi, le temps d’une lecture, tous ceux qui sont bien heureux d’utiliser les turpitudes d’Etienne Chouard. Il n’est pas certain, quand ils m’auront lu, que je leur plaise encore.

« Mes amis », comme commence souvent un tribun populaire au sein du M6r, « même si la tentation est parfois grande d’arrêter de prendre les cons pour des gens, il faut nous reconnaître une grande tolérance puisque même quand ceux-ci nous cernent, notre humanisme ne leur retire pas leur qualité d’êtres humains (êtres étant nom commun au pluriel et non un verbe) . Mais il faudrait aussi, s’il vous plait, arrêter de nous prendre, nous, pour des cons ».

Etienne Chouard est-il un fasciste ? Ma réponse est non. Etienne Chouard est-il d’une intolérable complaisance avec l’extrême droite. Ma réponse est oui. Beaucoup le lui ont dit, beaucoup le lui ont écrit, avec plus ou moins de bienveillance. Judith Bernard, avec courage et cette belle constance qui est celle de l’amitié à un homme, l’a fait plusieurs fois. Anonyme que je suis, je l’ai fait aussi, avec l’envie de croire en l’homme. Avec eux, avec elle, avec moi, il a biaisé sa réponse, comme il le fait toujours. Aux sollicitations de tous, il n’a pas répondu et ne répondra pas.

Plus attentif à son égo qu’aux leçons du matérialisme historique, Etienne Chouard s’est converti au mythe de la « bonne nouvelle » en construisant une théorie délirante fondée sur sa mauvaise interprétation de l’historien et polémiste Henri Guillemin qui lui aurait apporté la lumière. Oublions Guillemin qui n’est plus là pour se défendre de ce qu’il n’a pas dit, et écoutons celui qui nous préoccupe, en ces temps, un peu trop.

Pour Etienne Chouard, le « curseur » entre fascistes et non fascistes se situe entre ceux qui sont pour le peuple et ceux qui ne le sont pas. Les élus, qui sont tous des oligarques, défendent leurs intérêts avant de défendre le peuple, sont tous des fascistes. Tous ceux qui, aujourd’hui ou demain, veulent être élus sont donc de futurs fascistes. On est dans le registre du « tous pourris ». Ceux qui défendent le tirage au sort, sont eux, des démocrates. Ceux qui parlent d’égalité, de réconciliation (ne détournez pas les yeux quand je parle), qui affirment défendre « le peuple » sont donc des résistants. Ainsi, Etienne Chouard aime bien Mélenchon comme il aime bien Asselineau, qui veulent rendre le « pouvoir au peuple ». Et peu lui importe que le renégat pasquaïen soit un partisan résolu de l’actuelle cinquième République et de son culte du chef. De Gaulle aussi aimait le peuple. Il accepte tout aussi bien Soral qui s’affirme, avec son pote Dieudonné « anti-raciste conséquent » contre le « complot judéo-talmudiste » mené par le grand Satan (oui, ça va jusque là) cher à la mouvance spiritualiste et au propagandiste pro-russe Thierry Meyssan. Bien sûr, Etienne Chouard vous dira que Soral professe des « horreurs », que lui, Etienne, est contre le racisme. Ce qui est vrai. Mais il considère que chacun de nous est « un peu raciste », un peu « xénophobe », un peu « antisémite » . Ainsi, il y a dans la pensée chouardienne une échelle de l’horreur sans que le seuil de l'acceptable, et donc de l’inacceptable, ne soit jamais défini par l’auteur. Il faudrait donc parler avec ceux-là, car on pourrait les faire changer puisque, par ailleurs, ils peuvent aussi avoir de bonnes idées. Lesquelles ? Pour Etienne Chouard, ils sont tous pour le peuple et cela lui suffit. Vous l’avez compris, ce n’est pas autre chose que la croyance en la rédemption chrétienne. Etienne Chouard se prend pour ce Christ des temps modernes qui va sauver le monde et rachètera ces vilains hommes que sont Soral et d’autres du mal et du pêché. Etienne Chouard ou le retour du divin dans la vie publique. Le père François, qui n’est pas d’Hollande, pourrait même approuver.

Laissons Etienne Chouard à ces turpitudes théologiques et oublions l’homme en lui appliquant son propre théorème. Peut-être qu’un jour, une nouvelle lumière s’allumera en lui et il viendra nous confesser ses pêchés dont il fera un nouveau Testament.

S’il faut, sans équivoque, rejeter cette idéologie professée par Etienne Chouard et ses gentils virus, faut-il pour autant jeter l’anathème sur toutes ses idées sans les examiner ? Faut-il bruler Céline parce qu’il était antisémite ? Faut-il dissoudre Reporters sans Frontières parce qu’un de ses quatre fondateurs est ce Robert Ménard qui nous crie, le salaud, « Vive Le Pen » ? Faut-il interdire « Médecins sans Frontières » ou « Médecins du Monde » parce que Bernard Kouchner aimait poser devant un photographe avec un sac de riz sur le dos avant de sombrer dans les poubelles de l’histoire en se faisant jeter des abymes sarkoziennes ? Ma réponse ne peut être que non.

Devons-nous écouter Pascale Fautrier, qui vient de résumer « Les Rouges » en un livre, et voudrait maintenant résumer les idées d’Etienne Chouard à sa complaisance envers l’extrême droite ? Devons-nous accepter sans débat la pirouette de Clément Sénéchal qui convient que « les partisans du tirage au sort font le bon diagnostic : le système actuel est vicié » pour aussitôt conclure qu’ils « apportent le mauvais diagnostic. » Une nouvelle fois, non.

Quand en 2005, Jean-Luc Mélenchon appelait avec raison à voter contre la Constitution européenne, il avait reconnu s’être trompé sur Maastricht. Etienne Chouard apellait ce projet, comme il le fait pour la Constitution de l’actuelle 5e République, une anti-Constitution. Je suis d’accord avec lui. La Constitution de notre future 6e République devra être la gardienne des pouvoirs, être la première garantie pour les citoyens qui sont et doivent demeurer les seuls souverains, contre tous les abus et les privilèges des élus. Qui, parmi nous, serait en désaccord avec cette idée ?

Créer, dès aujourd’hui, des ateliers constituants dans nos immeubles, nos quartiers, nos villages et nos villes, pour que les citoyens comprennent ce qu’est une Constitution, l’écrivent eux-mêmes, hors des experts juridiques déjà prêts à nous tromper, n’est ce pas une excellente idée ? Et si demain, des ennemis de notre République voulaient nous l’enlever, n’est-ce pas la meilleure garantie que les citoyens se lèveront pour défendre cette Constitution puisqu’ils l’auront écrite et qu’ils la connaîtront comme leur bien le plus précieux ?

Quant au tirage au sort pour la désignation des membres d’une Assemblée Constituante, les arguments d’Etienne Chouard ou d’autres en faveur de celle-ci peuvent-ils être ignorés sans débat ? Encore une fois, non. Il nous faut échanger, arguments contre arguments, sur ces questions.

Citoyen anonyme qui entend le rester, je porte ses idées et j’ai autour de moi quelques citoyennes et citoyens qui se retrouvent dans mes mots. Parmi nous, quelques-uns étaient gentils virus et ont décidé de rompre avec Etienne Chouard et de le faire savoir. D’autres, nous le savons, nous rejoindront très vite. Comme nous avons un peu d’humour, nous avons décidé de nous nommer rétrovirus car « nous avons muté ». Nous sommes allergiques à l’extrême droite. Comme nous sommes allergiques à toutes les idéologies. Nous n’acceptons que le combat des idées.

Nous sommes aussi résolument européens, même si nous pensons que les actuels traités européens sont profondément anti-démocratiques. Avec les peuples amis qui, comme nous se battent pour retrouver leur souveraineté, il nous faudra refonder l’Europe quand nous aurons refondé notre République. Certains d'entre nous pensent qu’une sortie de l’euro est inévitable et souhaitable au plus vite. Non pas par volonté d’un repli national, et encore moins nationaliste, mais pour refonder une monnaie commune, complétée par des monnaies nationales, régionales et locales, en lieu et place de cette monnaie unique. Nous avons des idées. Nous voulons en débattre.

Ceux qui veulent nous rejoindre peuvent le faire. Nous n’y mettons qu’une condition : faire sienne notre adaptation aux temps actuels de l’article 4 de la Constitution de 1793, celle de Robespierre.

« Toute femme ou tout homme né et domicilié en France, âgé de dix-huit ans accomplis ; tout étranger âgé de dix-huit ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année, y vit de son travail, ou acquiert une propriété, ou épouse un français ou une française, ou adopte un enfant, ou nourrit un vieillard ; tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l'humanité, est admis à l'exercice des Droits de citoyen français. »

Etes-vous prêt, vous-même, à la faire vôtre ?

Pour nous rejoindre et débattre ensemble de ces questions… et d’autres, postez votre demande sur Facebook.
https://www.facebook.com/retroviri

Pierrick le Feuvre,
Citoyen français

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pour le moment j'ai une assez bonne opinion du mouvement M6R...  Et serais favorable à une introduction (militées) de tirage au sort.
Merci de ce billet et de ce débat, que je vais essayer de relire plus attentivement.

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) valable jusqu'au 4 septembre et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Le blog

suivi par 9 abonnés

Killing no murder