mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 24 mai 2016 24/5/2016 Dernière édition

Parlons Net: Julien Dray, Mediapart et la vérité

Invité cette semaine de l'émission de France Info "Parlons Net!", animée par David Abiker, Julien Dray a vivement critiqué Mediapart à cause de notre dernier article sur son affaire. Bref rappel en forme de mise au point.

Invité cette semaine de l'émission de France Info "Parlons Net!", animée par David Abiker, Julien Dray a vivement critiqué Mediapart à cause de notre dernier article sur son affaire. Bref rappel en forme de mise au point.

Travail de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme, l'article contesté remettait quelques vérités en place, notamment sur le sens exact du "rappel à la loi" signifié par la justice au député PS de l'Essonne et sur les faits constatés qui ont motivé cette décision qu'on ne saurait assimiler à un classement sans suite du dossier. Partenaire de l'émission (tout comme Marianne2, Causeur, Le Figaro, Arrêt sur images et Bakchich - mais pas Mediapart), Rue89 en a rendu compte, ce samedi 9 janvier, dans un article intitulé: Affaire Dray: nouvelle plainte déposée contre Mediapart.

Vous trouverez ci-dessous la vidéo du moment de l'émission où Julien Dray nous (et me) met en cause (c'est au début de la deuxième moitié), suivie de la mise au point que j'ai postée sur Rue89, dans le fil des commentaires. Confraternellement, nos amis de Rue89 en ont d'emblée tenu compte, la signalant à leurs lecteurs et modifiant le titre (de déposée, la plainte devient envisagée). Sans alimenter outre mesure la polémique, tant les faits me semblent parler d'eux-mêmes, j'ajoute en préalable ces deux remarques: cet épisode est bien la preuve que la pratique de l'investigation à Mediapart n'est pas à sens unique, enfermée dans des obsessions partisanes et réservée à la seule droite au pouvoir; l'excessive contre-attaque de Julien Dray témoigne d'une méconnaissance profonde de ce qu'est le journalisme professionnel et de son nécessaire rôle en démocratie.

Voici donc la vidéo, puis le commentaire posté sur Rue89: 

Chers riverain(e)s de Rue89,

Pour votre (complète) information, j'indique ci-dessous en lien les principaux articles consacrés par Mediapart au feuilleton Dray. Certes, sur Mediapart, pour lire le Journal, il faut payer (mais ce n'est pas très cher, ça vaut le détour et, pour le Club, la lecture est gratuite), mais cela n'interdit pas, pour ceux qui voudraient juger par eux-mêmes, d'aller y voir et, notamment, de constater que notre traitement fut à mille lieues de l'acharnement fantasmé par Julien Dray dans son propos.

Voici donc:

- notre première enquête qui ne s'appuyait pas sur le (contesté) rapport Tracfin: Affaire Dray: l'enquête de la brigade financière .

- notre entretien avec le procureur de la République de Paris, notamment sur les malsaines ambiguïtés (et l'opacité) de la procédure choisie: Affaire Dray: le procureur de Paris s'explique .

- notre compte-rendu de la décision judiciaire finale, le fameux "rappel à la loi": Affaire Dray: le venin du soupçon.

- notre commentaire politique sur la manœuvre du pouvoir sarkozyste (et de ses relais judiciaires) dans cette affaire: Julien Dray: les trois coups politiques du procureur de Paris.

- et, enfin, notre dernier article (celui qui a provoqué la colère du député de l'Essonne) qui se contente de rappeler ce que signifie judiciairement un "rappel à la loi" et sur quels faits constatés le parquet justifie cette décision (laquelle ne signifie pas l'absence totale d'infractions, sinon le parquet aurait simplement classé sans suite): Affaire Dray: le grand malentendu.

J'ajoute, toujours pour votre complète information, ce qui va sans dire: pas plus que celle de Rue89, la rédaction de Mediapart n'écrit sur ordre. Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi , les journalistes concernés, n'ont rien à voir avec les vieux fantômes et vieilles querelles invoqués par Julien Dray. Ils enquêtent et informent, tout simplement. Pour ma part, je ne suis jamais intervenu sur cette affaire et notre seul commentaire politique fut le fait du directeur éditorial de Mediapart, responsable opérationnel de la rédaction, François Bonnet. Enfin, respectant la règle du contradictoire, nous avons régulièrement (mais en vain) proposé à Julien Dray de s'expliquer, des courriels témoignant de nos demandes de contact.

De plus, notre propre avocat, Me Jean-Pierre Mignard, par ailleurs socialiste tout comme Julien Dray, a publié, dans le Club de Mediapart, une libre opinion fort critique de la procédure choisie, peu respectueuse des libertés, qui est, pour une grande part, la cause du trouble actuel dans lequel se débat Julien Dray lui-même. Vous pouvez la lire (c'est en accès libre) en cliquant sur ce lien: Julien Dray, l'autre affaire.

Pour finir, une ultime remarque: Mediapart n'étant pas partenaire de "Parlons Net!" et ayant déjà eu l'occasion d'y être attaqué par un invité (c'était... Alain Minc, fin 2008), il me semblerait normal que nous puissions un jour prochain y apporter notre propre éclairage et nos réponses, ne serait-ce que par souci d'équilibre.

Bonne lecture (sur le Net bien sûr ;-) et bon week-end,

Edwy Plenel, directeur de Mediapart

P.S.: le titre de l'article anticipe quelque peu sur la réalité: aucune nouvelle plainte n'a, à ce jour, été déposée contre Mediapart. Ce sera peut-être le cas. Mais ne confondons pas vitesse et précipitation, en l'espèce annonce verbale d'une poursuite et dépôt réel d'une plainte.

ACTUALISATON, le 10 mars 2010: Julien Dray a de lui-même renoncé à poursuivre Mediapart. Non seulement la nouvelle plainte annoncée sur France Info ne nous est jamais parvenue, mais, de plus, le tribunal de Paris a constaté, le 9 mars, la défection du député socialiste dans le premier différend. Sa plainte a été déclarée irrecevable pour défaut de consignation. Les précisions sont à lire ici.

POST SCRIPTUM, septembre 2012: revisitant par hasard ce billet, je découvre que la vidéo de France Info est désormais introuvable tout comme l'article de Rue89. Je suppose que Julien Dray et ses avocats auront veillé à l'effacement de cet épisode autour d'une polémique qu'il avait lui-même lancé. Intéressant cas d'école: s'agit-il d'un légitime droit à l'oubli ou, au contraire, d'une atteinte au souci de mémoire?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
-

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Edwy Plenel

Journaliste, président de Mediapart
Paris - France

Le blog

suivi par 1585 abonnés

Les carnets libres d'Edwy Plenel

À propos du blog
En complément de mes articles dans le Journal de Mediapart, ce blog mêle divers registres. Des résonances subjectives où je m’exprime à titre personnel. Des informations complémentaires, droits de suite ou explications de texte, où je réagis à des interpellations de lecteurs. Enfin, ce que l’on appellerait dans les hauts parleurs des gares des « avis de service » où je fais le point sur l’actualité de Mediapart, qu’elle soit éditoriale ou économique.