Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

302 Billets

4 Éditions

Billet de blog 10 mars 2020

Mediapart publie ses comptes et résultats 2019

Comme chaque année en mars, Mediapart rend publics tous ses comptes. L’année 2019 marque la consolidation de notre indépendance, non seulement par la cession de notre capital au Fonds pour une presse libre, structure non lucrative, mais aussi par la démonstration d’une rentabilité économique structurelle grâce à des résultats historiques.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Journal numérique quotidien, avec trois éditions par jour, Mediapart vit en permanence au rythme de l’événement, qu’il s’agisse de ceux imposés par l’actualité ou de ceux créés par ses révélations. Mais sa vie interne en tant qu’entreprise de presse, dont rendent compte ce billet annuel et le livret qui l’accompagne où sont publiés tous nos chiffres, comptes et résultats, n’a pas forcément la même intensité au fil des ans.

De ce point de vue, 2019 restera comme une année exceptionnelle dans l’histoire de Mediapart, un millésime aussi important que celui de sa naissance éditoriale (2008) ou celui de son équilibre financier (2010).

Deux faits la distinguent singulièrement : d’une part, la sanctuarisation définitive de notre indépendance avec la cession de tout notre capital à une structure à but non lucratif ; d’autre part, la forte progression de nos abonnés, et donc de nos résultats, confirmant la régularité et la solidité de notre croissance.

Depuis le 15 octobre 2019, Mediapart n’a plus d’actionnaires (lire ici toutes les précisions).

À l’invention des débuts, tout à la fois éditoriale (un quotidien entièrement digital), professionnelle (une culture collective de l’enquête), démocratique (un journal radicalement participatif) et commerciale (un modèle payant par abonnement), s’est ajoutée une invention capitalistique sans équivalent dans la presse française. Via la Société pour la protection de l’indépendance de Mediapart (SPIM), notre journal appartient désormais au Fonds pour une presse libre (FPL), un fonds de dotation qui en préserve et en protège définitivement l’indépendance.

Abonnés de Mediapart

En approchant les 170 000 abonnés au 31 décembre 2019, soit une croissance de 12,8 % par rapport à 2018, Mediapart réalise son année la plus profitable en douze années d’existence :

  • 16,8 millions d’euros de chiffre d’affaires (+ 21,68 % par rapport à 2018) :
Chiffres d'affaires de Mediapart
  •  4,3 millions de résultat courant (soit 26 % du chiffre d’affaires) :
Résultat courant de Mediapart
  •  2,3 millions de résultat net (en tenant compte, outre l’imposition, d’une forte augmentation de la participation versée aux salarié.e.s qui atteint un montant total de 703 615 euros redistribués) :
Résultat net de Mediapart

Ces résultats permettent à Mediapart de poursuivre ses investissements en développements éditoriaux, techniques et commerciaux. 

L’indépendance de Mediapart est ainsi doublement garantie : par une structure juridique qui nous met à l’abri de toute prédation, perte de contrôle ou offensive sur le capital ; par une rentabilité économique structurelle qui offre la meilleure protection qui soit – le soutien et l’adhésion d’un public croissant d’abonné.e.s fidèles.

Il va sans dire que ce succès nous oblige. Loin d’une incitation à faire une pause, c’est une invitation à poursuivre dans la voie exigeante que nous avons choisi d’emprunter : celle d’un journal d’intérêt public, alliant qualité et rigueur, à la fois multimédia et participatif et, par-dessus tout, sans cesse à l’écoute des mouvements de la société et toujours au service de son droit de savoir.

Rien de tout cela ne serait possible sans le soutien de toutes celles et tous ceux qui, par leur abonnement, font vivre ce journal. C’est en effet la seule recette de Mediapart qui ne sollicite ni ne reçoit aucune subvention, qu’elle provienne de la puissance publique ou de mécène privé. Cet exercice annuel de transparence est aussi l’occasion de remercier chaleureusement nos fidèles lectrices et lecteurs.

> Le carnet rouge des douze ans de Mediapart, avec toutes les données, tableaux, chiffres et comptes, est téléchargeable ici :

2008-2020 Douze ans d'indépendance (pdf, 5.6 MB)

.

Retrouvez la vidéo de la conférence de presse du 10 mars :

Conférence de presse - douze ans de Mediapart © Mediapart

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart