Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

296 Billets

4 Éditions

Billet de blog 13 sept. 2015

Hommage public à François Maspero, le 19 octobre, au Théâtre de l'Odéon

Notre ami François Maspero est parti dans la discrétion le 11 avril dernier. La date de l’hommage public, souhaité par tous ceux qui l’ont aimé, est enfin connue : ce sera lundi 19 octobre, à 20 heures, dans la grande salle du Théâtre de l’Odéon, à Paris. Venez nombreux.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Notre ami François Maspero est parti dans la discrétion le 11 avril dernier. La date de l’hommage public, souhaité par tous ceux qui l’ont aimé, est enfin connue : ce sera lundi 19 octobre, à 20 heures, dans la grande salle du Théâtre de l’Odéon, à Paris. Venez nombreux.

Je reproduis ci-dessous le texte que j’ai écrit pour l’annoncer dans la Lettre N°16 du théâtre (ici en PDF). Vous pouvez retrouver notre article mis en ligne au surlendemain de son décès (en français, en anglais, en espagnol) ainsi que la vidéo de l’entretien qu’il nous avait accordé il y a exactement un an (version intégrale, version chapitrée).

François Maspero, une poétique de la résistance

Quand il était librairie et éditeur, dans les années soixante du siècle passé, François Maspero avait pour habitude d’adresser à ses amis, chaque fin d’année, un recueil de poèmes. Imprimées avec un méticuleux soin d’artisan, ces éditions fraternellement confidentielles comptèrent, en pleine vague de révolutions coloniales et de révoltes estudiantines, un choix de Sonnets de La Boétie, l’auteur du Discours de la servitude volontaire, l’ami de Montaigne.

Cette anecdote dit quel homme fut celui dont la mort récente, presque silencieuse, a bouleversé tant d’hommes et de femmes pour qui l’énoncé « François Maspero » fut comme un Sésame collectif, sans partis ni frontières, ouvrant à d’infinies libertés dont « La Joie de Lire » fut l’université populaire. Libraire, éditeur, écrivain, traducteur : quelles qu’aient été ses métiers parallèles ou successifs, Maspero fut, sa vie durant, un résistant.

Mais un résistant insoumis, indocile, insaisissable. Disant non aux injustices comme aux impostures. Aux oppressions comme aux mensonges. Aux conformismes comme aux suivismes. C’est en ce sens que, dans son chemin de vie, politique et poétique sont indissociables. Souci du présent, quête de l’imaginaire. Pas l’un sans l’autre. Et, faisant lien de l’un à l’autre, une exigence morale qui ne transigeait jamais, une rectitude rétive aux accommodements, une droiture qui était aussi une dette.

François Maspero est mort le 11 avril 2015, précisément au jour du soixante-dixième anniversaire de la libération de Buchenwald, ce camp de concentration où son père, le sinologue Henri Maspero, s’est éteint, le 17 mars 1945. François avait l’habitude d’écrire et de dire que sa seconde naissance remontait au jour de l’arrestation, en juillet 1944, par les nazis de son père et de sa mère, Hélène – la seule à être revenue. La mort si tôt, non seulement celle du père, mais aussi celle du frère admiré, Jean, né en 1925, résistant héroïque dont François partageait les secrets, tué au combat le 8 septembre 1944 après s’être porté volontaire pour rejoindre, comme traducteur, l’armée américaine.

Plus il avançait en âge, plus François Maspero revendiquait donc ce terme pour se définir : « résistant ». Mais, loin des plaintes souffrantes qui font des postures de victimisation, trop souvent aveugles aux autres, il avait tiré de cette empreinte familiale une injonction d’action et d’engagement, dans la fidélité aux refus essentiels. Dire non, comme une évidence, un réflexe de survie. Dire non pour inventer, chemin faisant, un oui qui refonde et rassemble. Du refus du colonialisme à celui du stalinisme, des combats des indépendances aux espoirs du tiers-mondisme, de l’Algérie à Cuba, en passant par le Vietnam, aucun de ses engagements ne fut aveugle et, tous, en même temps furent entiers. On s’engage, et puis on voit, tristesse et joie mêlées, inquiétudes et espérances inséparables.

L’œuvre-vie de François Maspero est un présent qui nous requiert. Tel sera le sens de cette rencontre publique organisée au Théâtre de l’Odéon par la Maison de l’Amérique Latine, les Editions du Seuil, la Maison des Passages (Lyon) et Mediapart.

Lundi 19 octobre, 20 heures, avec la participation de nombreux amis, camarades et compagnons de François Maspero (notamment celles de Régis Debray, d’Annie Morvan, son éditrice au Seuil, et de Bruno Guichard, auquel on doit le film François Maspero, les chemins de la liberté), cette soirée sera présentée par Frédéric Bonnaud.

Théâtre de l’Odéon, Place de l'Odéon, 75006 Paris, Métro : Odéon, RER B : Luxembourg. Entrée libre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot