mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Dernière édition

En défense d'Internet et de WikiLeaks (1): nous autres, barbares…

A peine conquises, nos libertés numériques sont menacées. Tandis qu'avec la loi LOPPSI 2, l'Assemblée nationale autorisait une censure gouvernementale du Net, le gouvernement, par le zèle d'Eric Besson, a voulu empêcher l'hébergement de WikiLeaks en France. Nul doute qu'avec la présidence française du G8 et du G20, d'autres épisodes vont suivre: en septembre dernier, Nicolas Sarkozy ne s'était-il pas déclaré partisan d'un «Internet civilisé»? Voici ma réponse de barbare solidaire de WikiLeaks à ces civilisateurs-là.

A peine conquises, nos libertés numériques sont menacées. Tandis qu'avec la loi LOPPSI 2, l'Assemblée nationale autorisait une censure gouvernementale du Net, le gouvernement, par le zèle d'Eric Besson, a voulu empêcher l'hébergement de WikiLeaks en France. Nul doute qu'avec la présidence française du G8 et du G20, d'autres épisodes vont suivre: en septembre dernier, Nicolas Sarkozy ne s'était-il pas déclaré partisan d'un «Internet civilisé»? Voici ma réponse de barbare solidaire de WikiLeaks à ces civilisateurs-là.

Mardi 21 décembre 2010, un nouveau verrou a sauté. Face aux potentialités libératrices offertes par la révolution du numérique, les pouvoirs politiques et économiques dont elle dérange les situations acquises, de rentes et de dominations, continuent sur la voie déjà illustrée par l'épisode Hadopi à propos du droit d'auteur: non pas inventer de nouveaux droits, étendre les libertés fondamentales et renforcer l'écosystème démocratique, mais, tout au contraire, se barricader pour mettre à distance les usagers, les contrôler et les surveiller, dans une alliance d'intérêts où politique et économie font bon ménage, hors de toute règle de droit, dans un arbitraire à la fois policier et financier.

Concrètement, en adoptant en seconde lecture le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (plus communément appelé LOPPSI 2), une majorité de députés de l'Assemblée nationale a décidé de donner les pleins pouvoirs au ministère de l'intérieur pour censurer Internet. Comme toujours quand il s'agit de s'en prendre à une liberté fondamentale, de l'amoindrir ou de la fragiliser (ici, le droit fondamental à l'information dont, auujourd'hiui, le Net est le véhicule le plus démocratique), le prétexte est une menace terrifiante et supposée terrifier, brandie pour faire taire les doutes et faire peur aux hésitants. Le terrorisme a ainsi souvent servi d'argument d'urgence et d'autorité pour sortir du droit commun, réduire les droits de la défense, augmenter les prérogatives policières, etc. Dans le cas d'espèce, le prétexte est la pédopornographie dont, évidemment, personne ne saurait mettre en cause la nécessité de la réprimer.

Comme le dit fort bien Jérémie Zimmermann, porte-parole de La Quadrature du Net, la protection de l'enfance sert ici de cheval de Troie pour réussir à introduire un filtrage administratif d'Internet, hors de tout contrôle de la justice, sans décision d'un juge ou d'un tribunal, sans droit de regard de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), sans évaluation du Parlement, etc. Désormais, l'Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication (OCLCTIC), qui dépend directement du ministère de l'intérieur, sera seul chargé de contrôler Internet sans avoir de comptes à rendre et pourra seul, sans droit de recours, prendre la décision de mettre un site sur sa liste noire. C'est un peu comme si, à la fin du XIXe siècle, quand débute vraiment l'ère médiatique avec l'apparition de la presse de masse, née de la précédente révolution industrielle (celle de l'électricité), on donnait à la police, au prétexte de dangers pour la morale publique, l'entier pouvoir d'empêcher la diffusion de tel ou tel journal, de façon discrétionnaire. Les plus démocrates de nos républicains d'alors auraient évidemment crié au déni de droit, estimant à raison qu'une telle interdiction de fait était contraire à l'Etat de droit et qu'une décision de cette gravité ne pouvait intervenir qu'à l'issue d'un débat contradictoire devant une instance judiciaire. Autrement dit que seule la justice pouvait la prendre, et certainement pas la police seule. Sinon, c'eût été le retour à une censure préalable digne de l'Ancien Régime, c'est-à-dire le retour à un Etat d'exception!

C'est donc ce qui nous arrive en ce début du XXIe siècle: face à la vitalité démocratique d'Internet, l'actuelle majorité de droite (mais elle compte certains alliés à gauche dont les silences ou les prudences sont bavards) instaure un contrôle policier discrétionnaire qui permet à l'Etat d'empiéter sur une liberté fondamentale. « Sous réserve de son adoption conforme – qui semble acquise – lors de la deuxième lecture au Sénat, explique Jérémie Zimmermann, le Parlement va donc permettre au gouvernement de filtrer le Net sans décision préalable de l'autorité judiciaire. Sans moyen pour les citoyens de contrôler la manière dont les sites seront censurés ou de s'opposer aux décisions, le gouvernement a carte blanche pour faire lui-même la police sur le Net au mépris des droits fondamentaux. Le risque est grand que ce filtrage extra-judiciaire du Net, qui remet en cause la séparation des pouvoirs, soit étendu à d'autres domaines. La porte est ainsi ouverte à de graves violations de la liberté d'expression et de communication, notamment dans le cas d'inévitables censures collatérales.» Et de conclure en demandant aux députés opposés au filtrage administratif du Net de saisir le Conseil constitutionnel afin que l'article concerné, l'article 4, soit censuré parce qu'il viole le droit fondamental à l'information.

Ce vote augure mal de la suite dans le contexte de panique suscité chez nos gouvernants par les rélévations de WikiLeaks. A l'exception notable de Christine Lagarde, le pouvoir, faisant chorus avec les tendances les plus réactionnaires de l'opinion américaine, s'est empressé de juger irresponsable et totalitaire l'activité de WikiLeaks (Nicolas Sarkozy), de l'accuser de vol et de recel et de vol (François Fillon) et, même, avec le zèle empressé qui caractérise Eric Besson (nouveau ministre en charge du numérique), de vouloir carrément le censurer en France, en interdisant qu'on puisse l'héberger. Sur son blog, Maître Eolas (que son récent déjeuner à l'Elysée n'a heureusement pas rendu moins vigilant et mordant) dit ce qu'il faut penser, en droit et en raison, de cette inquisition, où il s'agit, par opportunité politique, de «faire la chasse à un site qui ne fait rien d'illégal en droit français mais embête notre ami américain». Heureusement, pour l'heure, notre justice n'a pas suivi M. Besson et l'hébergement de WikiLeaks en France peut se poursuivre normalement.

Mais le pire, si nous n'y prenons garde et si nous ne nous mobilisons pas, peut venir de ces grandes messes mondiales que Nicolas Sarkozy est si fier de présider en 2011, dans son tour de chauffe international avant la présidentielle de 2012: les G8 et G20, regroupements, pour l'un, des puissances du monde d'hier et, pour l'autre, de ces dernières associés à celles du monde de demain. Au début de l'automne 2010, l'Elysée avait fait savoir que deux sujets étaient jugés importants par cette future présidence française et dignes d'être mis à l'ordre du jour des débats entre puissances par Nicolas Sarkozy: les flux migratoires et Internet. D'un côté donc, la circulation des hommes et, de l'autre, celle des idées, des opinions et des informations. Cet ordre du jour (car l'on pourrait en proposer bien d'autres dont les mots d'égalité, de solidarité, de justice, de fraternité, de liberté, etc., seraient les inspirateurs) était en lui-même tout un programme, comme l'aveu d'une double peur, celle des hommes et des idées qui marchent ensemble, bougent, se déplacent, circulent, se mêlent, etc.

Sans doute ne faut-il pas faire de procès d'intention et attendre pour connaître les intentions exactes de Nicolas Sarkozy. Mais les épisodes LOPPSI et WikiLeaks donnent une tendance, confirmant ce qui s'exprimait dans une lettre adressée le 29 septembre 2010 par le président de la République à celui qui était encore son ministre des affaires étrangères. En vue d'une Conférence internationale consacrée à la liberté d'expression sur Internet, conférence qui sera finalement annulée, Nicolas Sarkozy fixait sa feuille de route à Bernard Kouchner. Elle était résumée d'une formule imagée: l'objectif, écrivait-il, est «de bâtir un Internet civilisé». Nicolas Sarkozy aurait pu évoquer un Internet «régulé», c'est-à-dire avec des règles, des droits et des devoirs, notamment pour ces nouvelles forces économiques que sont les multinationales du numérique dont la puissance est, en elle-même, facteur de déséquilibre, d'atteinte au pluralisme, de concurrence faussée, etc. Non, il a préfèré parler d'un «Internet civilisé», ce qui suppose qu'y règnent des barbares sans contrôles qu'il faudrait donc amener, y compris par la contrainte, à une civilisation supérieure. Sa vision est clairement verticale, autoritaire et sécuritaire.

«Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage»: la mise en garde est de Montaigne (1533-1592), dans ses Essais, lequel sut nous apprendre il y a près de cinq siècles ce décentrement par lequel nous acceptons de nous voir comme un autre et comprenons, du coup, que ces hiérarchies de cultures et de civilisations sont l'alibi de la peur et de l'ignorance. Les barbares dont parlait Montaigne étaient les cannibales amérindiens, mangeurs d'hommes (morts) dans des festins rituels, qu'il osa comparer aux massacreurs français de son temps, ceux des guerres de religion, féroces inquisiteurs, tortionnaires et étripeurs d'hommes (vivants). D'une férocité l'autre, voici ce qu'écrivait Montaigne: «Je pense qu'il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu'à le manger mort, à déchirer par tourments et géhennes un corps encore plein de sentiments que de le rôtir et manger après qu'il est trépassé».

Nous voici arrivés bien loin d'Internet, direz-vous sans doute. Oh, que non! On pourrait par exemple souligner que les consignes secrètes à ses diplomates de Mme Hilary Clinton, les invitant à espionner jusque dans leur vie privée leurs collègues étrangers, relèvent plus essentiellement du vol, du recel de vol et de la violation de l'intimité de la vie privée, que la divulgation par WikiLeaks de télégrammes diplomatiques dont le contenu est, à l'évidence, d'intérêt public légitime, n'empiétant aucunement sur le droit des personnes. Bref, dans l'affolement qui gagne nos puissants (avec aussi bien la politique que l'argent comme moteurs de leur domination) face à l'indocilité bravache, confuse et multiforme d'Internet, il y a cette idée qu'ils seraient à bon droit les détenteurs de principes supérieurs face à des populations inférieures et qu'il leur reviendrait d'imposer cette civilisation installée aux nouveaux barbares qu'abrite et protège ce territoire inconnu et menaçant, le Net. Aussi est-il temps que nous autres, barbares, leur répondions, sans barguigner, solidairement et collectivement.

En guise de cadeau de fin d'année à tous les visiteurs de Mediapart, ce premier billet en introduit donc une série d'autres, diffusés les jours prochains et tous dévolus à la défense d'Internet et de WikiLeaks dans la lignée de mon parti pris Nous sommes tous des WikiLeaks! (que l'on peut lire… en s'abonnant à Mediapart, le soutien de nos lecteurs étant notre seule ressource et la garantie de notre indépendance). En prime, pour le conclure, j'ajoute un texte, déjà signalé par des lecteurs de Mediapart dans notre Club, écrit en préface au livre de l'un d'eux, livre issu d'ateliers philosophiques menés sur le Web. Il s'agit d'un essai de Thierry Ternisien d'Ouville, consacré à la pensée d'Hannah Arendt (1906-1975) et récemment paru aux éditions Utopia. Voici donc cette préface où l'on retrouve Nicolas Sarkozy, sa civilisation et les barbares que nous sommes:

La haine d'Internet est une haine de la démocratie

J'ai connu Thierry Ternisien d'Ouville sur Internet. Cette rencontre numérique fut provoquée par le lancement, en 2008, de Mediapart, notre journal en ligne indépendant et participatif, dont il est d'emblée devenu un contributeur aussi fidèle que critique. Habitué des blogs et des forums, Thierry Ternisien n'avait cependant pas attendu Mediapart pour se saisir des opportunités de débats et d'échanges offertes par la Toile. Fruit de deux ateliers de lecture ouverts depuis 2007, ce livre en témoigne. Il témoigne surtout de la formidable université populaire que peut devenir le Net si l'on s'en empare avec une haute exigence démocratique, en le défendant contre les assauts des pouvoirs politiques et économiques qui aimeraient bien venir à bout de son indiscipline et de sa vitalité.

La haine d'Internet est une haine de la démocratie et, par conséquent, du peuple. Car l'espérance démocratique toujours en chantier et sans cesse inachevée est la promesse d'une politique ouverte à « n'importe qui » : sans privilège de naissance, de fortune ou de diplôme, j'ai le droit d'avoir des droits, droit au travail, à la santé, à l'éducation, à la protection, etc., mais aussi, sinon surtout, droit de m'exprimer, de manifester, de voter, de me faire élire, voire de gouverner. Ce scandale social de la démocratie est insupportable à toutes les élites, avant-gardes autoproclamées ou experts patentés, qui se croient, se sentent ou se veulent propriétaires du bien commun. Par avantage d'origine, de richesse ou d'éducation, elles pensent mieux savoir que le peuple théoriquement souverain ce qui est juste et bien. Dans leur intérêt bien compris, évidemment, plutôt que dans le sien qu'il faut donc déposséder de son pouvoir de jugement, de compréhension et d'intervention afin qu'il acquiesce à sa servitude.

Aggravée et accélérée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l'actuelle privatisation de notre République est un énième épisode de cette bataille entre l'idéal démocratique et l'intérêt oligarchique. Nul hasard si, dans ce contexte, Internet fait figure d'épouvantail pour nos nouveaux oligarques. Face à la révolution numérique, cette troisième révolution industrielle de notre modernité, ce qu'ils craignent n'est pas la technique dans ses inventions, encore moins le commerce dans ses opportunités, mais la démocratie telle qu'elle peut s'y épanouir et s'y enrichir, se revitaliser dans la participation de tous les citoyens sans filtres ni intermédiaires, dans le partage direct du savoir et des opinions, des connaissances et des informations.

Issu de ce nouvel espace public qu'invente à tâtons l'univers d'Internet, ce livre paraît alors même que se précise l'offensive contre la démocratie numérique. Contrôler la circulation des hommes et celle des idées sont les deux objectifs policiers récemment fixés au G8, club restreint des puissances, par la présidence française : l'immigration et Internet comme les deux symboles d'une liberté, de déplacement ou d'échange, de partage et de rencontre, qu'il faut transformer en peurs et en menaces pour les juguler, les contrôler et les asservir. La France, par la voix de Nicolas Sarkozy, a même inventé une expression à elle seule bavarde : il s'agit « de bâtir un Internet civilisé », a écrit le chef de l'Etat à son ministre des affaires étrangères, le 29 septembre 2010. Il faut donc en déduire qu'aujourd'hui, des barbares y feraient la loi auxquels il serait temps d'imposer les bienfaits d'une civilisation supposée supérieure...

On imagine sans peine, et sans trahir son héritage, ce que la philosophe Hannah Arendt aurait dit de cette essentialisation du concept de civilisation opposé à d'indistinctes menaces barbares. Arendt est en effet l'intellectuelle du siècle précédent qui nous oblige à penser, tout au contraire, le surgissement de la barbarie au cœur de la civilisation. Non pas contre elle ou en dehors d'elle, mais en son sein et à cause d'elle. Qu'il s'agisse de son ouvrage capital, Les Origines du totalitarisme (1951) ou de son reportage en forme d'essai, Eichmann à Jérusalem (1963), son œuvre nous contraint à regarder en face cette « banalité du mal » qui s'installe à force de renoncements, d'accommodements et d'arrangements, d'aveuglements et de soumissions, d'injustices et d'oppressions.

Nourrie d'un compagnonnage intime avec la vie et l'œuvre de Rosa Luxemburg, cette figure martyre d'une social-démocratie qui n'aurait pas désertée l'exigence sociale, la radicalité démocratique et la solidarité internationale, la pensée d'Hannah Arendt est une invite à tout reprendre par le début sans rien renoncer à ce que l'on fut. A travailler l'inquiétude pour construire l'espérance. C'est ce à quoi s'efforce le livre de Thierry Ternisien, et c'est pourquoi il fait œuvre utile.

Lire ici la suite de "En défense d'Internet et de WikiLeaks": 2. La question démocratique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

 

 

Effacé

 

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Edwy Plenel

Journaliste, président de Mediapart
Paris - France

Le blog

suivi par 1661 abonnés

Les carnets libres d'Edwy Plenel

À propos du blog
En complément de mes articles dans le Journal de Mediapart, ce blog mêle divers registres. Des résonances subjectives où je m’exprime à titre personnel. Des informations complémentaires, droits de suite ou explications de texte, où je réagis à des interpellations de lecteurs. Enfin, ce que l’on appellerait dans les hauts parleurs des gares des « avis de service » où je fais le point sur l’actualité de Mediapart, qu’elle soit éditoriale ou économique.
Une du Club