Auto-écoles en ligne : le remède miracle

Vous avez sans doute vu dernièrement les pubs télé de ces prétendues auto-écoles en ligne qui sont soi-disant 2 fois moins chères que les auto-écoles traditionnelles. Et nombreux et nombreuses d'entre vous sont tombés ou vont tomber dans le panneau tellement l'offre paraît alléchante... Mais avez-vous vu l'astérisque et lu la petite ligne qui s'y réfère ?

Merci au rédacteur, exploitant et sympathisant d'EECR,

Merci Philippe S.

LES TROMPERIES DES VENDEURS DE RÊVE

 

Cas n°1 : "Le code jusqu'à 10 fois moins cher." FAKE !

 

Cette phrase est suivie d'un astérisque et si l'on s'y reporte, on y apprend que c'est sur la base d'une comparaison avec seulement une centaine d'auto-écoles, étude qui a été réalisée en interne (et non par un organisme indépendant) et qui date de plusieurs années... Hum...

 

Et si on se penche un peu plus sur cette comparaison, on s'aperçoit rapidement que c'est une belle tromperie !

 

En effet, cette comparaison est fallacieuse car on ne compare pas les mêmes produits ! D'un côté, on a des auto-écoles qui vous vendent un package tout-compris (inscription, fournitures, accès en ligne, accès à la salle, et parfois même une présentation à l'examen est incluse). De l'autre, on a ces plateformes qui vous vendent uniquement un accès au code en ligne qui bien souvent comprend moins de séries et contient plus d'erreurs... Exemple : sur le site d'une de ces plateformes que l'on appellera "Arnaker"[1], on y apprend notamment que les ambulances sont des véhicules prioritaires[i], ce qui est faux : elles ne bénéficient que d’une facilité de passage... Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres.

 

Au final, c'est comme si les fast-foods prétendaient vous vendre un repas jusqu'à 10 fois moins cher que les restaurants, en comparant un simple hamburger un peu froid au menu entrée/plat/dessert des restaurants... Bref ! L'arnaque, quoi.

 

Alors que si on compare à produit équivalent : la plupart des auto-écoles traditionnelles peuvent aussi vous proposer le code en ligne seul, pour seulement 30€. À la différence que derrière, les séries ont été réalisées par des professionnels du code de la route, que bien souvent le contenu est plus riche et le nombre de séries plus élevé et que bien souvent aussi vous avez une vraie équipe pédagogique pour répondre à vos questions, à l'auto-école, et non des téléconseillers non-diplômés qui sont susceptibles de vous raconter n'importe quoi.

 

Cas n°2 : "Des moniteurs disponibles près de chez vous/partout en France...", "...disponibles de 6H à 23H", "...7J/7...", "...24H/24." FAKE !!

 

Vous en connaissez beaucoup vous, des gens qui travaillent de 7H à 23H ou pire, 24H/24 ?...

Non, personne. Car c'est impossible. Et ce serait même dangereux ! Surtout pour l'élève qui prendrait sa leçon à 22H alors que son moniteur serait épuisé par les 16H de cours précédents...

 

La vérité, c'est que ces moniteurs travaillent en free-lance, sans horaire mais aussi et surtout sans contrôle pédagogique… Et plus ou moins dans l’illégalité (nous y reviendrons plus loin).

 

Donc cela veut dire qu'ils ne seront pas toujours disponibles pour vous, comme on veut vous le faire croire... Qu’ils ne peuvent pas couvrir tout le territoire. Et qu'ils sont aussi susceptibles de disparaître du jour au lendemain.

Sans compter que cela multiplie le risque de tomber sur un mauvais moniteur, vu qu'il n'y a aucun contrôle pédagogique. La seule évaluation qu'ont ces moniteurs est une évaluation faite par les élèves eux-mêmes. Il suffit donc d'être sympa pour avoir une bonne note et tant pis si l'apprentissage ne respecte pas les critères pédagogiques en vigueur ou si on leur apprend une règle qui n’est plus valable...

 

Cas n°3 : "83% / 90% de réussite au code"... "70% de réussite au permis "... FAKE !!!

 

Là aussi, il faut regarder le petit astérisque !

  • "(*) Calculé à partir des informations déclarées par nos candidats libres" (sic !)
  • "(*) Calculé à partir des résultats de nos candidats..." (lesquels et comment ?)

 

Le principe de l'inscription en candidat libre, c'est qu'on se présente seul aux examens de code et de conduite. Par conséquent, les services en charge de l'organisation des permis ne peuvent savoir de quelle plateforme provient tel ou tel candidat libre, contrairement aux candidats qui sont présentés par une auto-école traditionnelle. L'administration n'est donc pas en mesure de fournir des statistiques de réussite propres à chacune de ces plateformes mais juste les statistiques de réussite de l'ensemble des candidats libres.

 

Et le résultat est loin d'être valorisant : pour l'épreuve de conduite, les candidats libres tournent autour des 40% de réussite en 2017...[ii]

 

On est bien loin des 70% annoncés par ces plateformes !... Preuve qu'ils trichent de manière éhontée sur leurs chiffres. Ou en tout cas que ceux-ci sont loin de la réalité.[iii]

 

Certaines plateformes vous rétorqueront que sur le département où elles ont un numéro d'agrément, elles présentent des candidats en leur nom et sont donc en mesure de communiquer des taux validés par l'administration (vrai) et que les résultats sont nettement supérieurs à ceux des auto-écoles traditionnelles, preuve qu'elles sont meilleures ! (Faux !) C'est juste plus facile d'avoir de meilleurs résultats quand on ne garde que les meilleurs éléments et qu'on incite la grande majorité des autres à se présenter en candidats libres ou pire, à quitter l'école...

C'est une ruse vieille comme le monde des écoles. Regardez le lycée Louis Le Grand à Paris et ces 100% de réussite au Bac !... À la différence que ce lycée ne cache pas la sélection qu'il fait à l'inscription et en cours de scolarité.

 

L'ENVERS DU DÉCOR OU QUAND LE RÊVE TOURNE AU CAUCHEMAR

 

Cas n°4 : Exemple de la société "Permis No, no, no"[2] (Hommage à la chanteuse Amy Winehouse, disparue elle-aussi, dans la fleur de l'âge...)

 

À la base, c'était plutôt bien parti pour cette société lyonnaise. Respectueuse de la réglementation en vigueur, elle ouvrait des locaux dans chaque département, employait des salariés, et non des indépendants (enfin presque...), et misait surtout sur la dématérialisation des inscriptions et des cours théoriques pour faire des économies et proposer une formation moins chère que les auto-écoles traditionnelles. Ce qui faisait d’elle une auto-école hybride.

 

Sauf qu'ils ont sans doute eu les yeux plus gros que le ventre : des mauvais choix stratégiques, un développement peut-être un peu trop rapide... Et finalement, lorsque leur partenaire financier les a lâchés, ils ont mis la clé sous la porte après avoir engouffré les économies de centaines d'élèves qui avaient payés d'avance pour des leçons dont ils ne verront pas la queue... ou le pneu. Notamment parce que l'entreprise n'avait souscrit à aucune garantie financière (contrairement à toutes les auto-écoles qui proposent le « permis à 1€ par jour »).

 

Et la tentative de reprise par un autre financier s'est soldé par le même échec, peu de temps après, tant la dette avait été mal évaluée et impossible à rembourser au final...

 

Le maire de Lyon a eu beau s'en offusquer auprès de ses copains politiciens[iv], ça n'y a rien changé... Au contraire, il semble que cela les a motivés à voter des lois qui iront encore plus loin. L’auto-école hybride est morte, vive l’uberisation !

 

Cas n°5 : Exemple de la société "Le Père mi-libre, mi-condamné"[3]. Fermeture administrative non respectée.

 

Parfois, devant la concurrence déloyale de ces plateformes, certains patrons d'auto-école portent l'affaire devant la justice. Et parfois, la justice donne raison à ces patrons et ordonne une fermeture administrative pour non-respect des règles de la concurrence.

 

C'est ce qui est arrivé à cette société à qui on a ordonné une fermeture administrative de trois mois en répression de ses actes de concurrence déloyale dans la mesure où elle employait des indépendants qui ne l'étaient pas car ils travaillaient exclusivement pour elle et sous ses ordres. Ce qui était un très bon plan pour cette société car ce faisant, elle ne payait pas les charges salariales (entre autres...) dont doivent s'acquitter tous ses concurrents et pouvait donc facilement proposer des tarifs moins élevés... Mais cela s'appelle du salariat déguisé. Donc, pas bien. NOT FAIR !

 

Mais qu'à cela ne tienne ! Malgré la décision de justice, cette société a fait fi de cette injonction et continue de travailler comme si de rien n'était, avec les mêmes indépendants, en misant sur les rouages de la justice qui leur a permis de réduire la durée dans un premier temps et qui dans un second temps, leur permettra sans doute de s'en sortir grâce à leurs relations haut placées. A moins que ce ne soient les problèmes d'effectifs que rencontrent les organismes de contrôle et de répression de l'Etat qui leur permettra de passer à travers les mailles du filet... D'autant que ces petits copains qui font la même n'ont jamais vraiment été inquiétés...[v]

 

Au pire, ils pourront sans doute faire traîner les choses jusqu'à ce que les accusateurs s'épuisent... Ou tout du moins leurs ressources financières qui sont bien moins étoffées que celles de leur protecteur. Ou jusqu’à que la loi change…

 

Ah... Justice à deux vitesses, quand tu nous tiens !

 

En tout cas, bravo ! Belle mentalité pour cette société qui est censée apprendre aux autres les règles de l'Etat applicables à tous sur la route !...

 

Cas n°6 : Exemple de la société "En Villégiature Bo-bonne"[4]. Détournement de clientèle.

 

Enfin, cerise sur le gâteau...

 

Non contente de faire de la pub à la télévision aux heures de grande écoute, cette autre société, sans doute impatiente de se développer, a décidé récemment de transformer une partie de son site internet en annuaire pour ses concurrents : les auto-écoles traditionnelles.

 

Vous allez sans doute vous demander : mais quel est l'intérêt de faire ça ? Ça fait de de la pub pour la concurrence, non ?

 

Hé oui ! Qui fait ça ? De mettre l'adresse de ces concurrents sur son site... Personne.

 

Sauf si l'on a suffisamment bien pensé le truc pour que le site de recherche Google référence en bonne place chaque page (concernant chaque auto-école de France) avec un lien qui reprend le nom de l'auto-école recherchée, associé au tarif à bas coût de la plateforme et qui renvoie vers le site de cette dernière avec une belle pub qui incite à s'inscrire chez eux !

 

Du coup, à chaque fois que quelqu'un tapera le nom d'une auto-école de son coin sur ce site de recherche, il tombera sur ce lien et il pourra croire que c'est soit le site officiel de ladite auto-école, soit un simple annuaire, mais en tout cas, il pourra s'inscrire chez eux plutôt que chez son choix initial, en pensant sans doute faire une bonne affaire...

 

C'est purement et simplement une pratique fallacieuse qu’on pourra qualifier de détournement de clientèle ou d’usurpation d’identité. En tout cas, c’est à vomir !

 

Et sans doute comptent-ils eux aussi sur l'inaction des pouvoirs publics ou sur leurs appuis politiques pour perpétuer leurs méfaits...

 

L’EXCEPTION DE L’AUTO-ECOLE HYBRIDE

 

Pour l'instant, une seule plateforme trouve grâce à nos yeux car non seulement elle respecte la loi en employant des salariés plutôt que des auto-entrepreneurs et en ouvrant un local par département, mais également parce qu'elle a à sa tête des professionnels de l'enseignement et de la sécurité routière qui n'ont pas pour seule préoccupation d'enrichir leurs actionnaires sur le dos des jeunes mais bien de former lesdits jeunes à la sécurité routière. Et du coup, ils ont un vrai suivi pédagogique. Et n’en déplaise à ceux qui subissent leur concurrence, celle-ci est loyale.

 

Par ailleurs, leur discours n’est pas vindicatif à l’égard des auto-écoles traditionnelles, contrairement aux auto-écoles en ligne évoquées précédemment, qui ne se cachent pas de vouloir "disrupter" (comprenez « détruire ») le secteur de la formation à la conduite pour on ne sait quelles raisons personnelles.

 

CONCLUSION

 

On peut facilement comprendre la rancœur des auto-écoles traditionnelles qui se dirigent vers la banqueroute à cause de la forte concurrence de ces plateformes. Qui plus est lorsque ces auto-écoles traditionnelles font (ou faisaient) du bon boulot et qu'en face d'elles, c'est la fête à la pratique douteuse et déloyale...

 

D'autant que le système de l’e-learning (dématérialisation de l’apprentissage) ne peut convenir à tout le monde. Et nombreux sont ceux ou celles qui pensant faire une bonne affaire finissent par être déçus, y compris parmi les associés de ces plateformes[vi]...

 

L'auto-école traditionnelle a plus que jamais sa place et son rôle à jouer dans ce monde. Surtout quand on n'est pas doué avec l'informatique ou quand on n'a jamais appris à étudier seul. Et le service de proximité qu'offre l'auto-école traditionnelle vaut largement le tarif qu'elle en demande.

 

Mais pour que l'auto-école de proximité existe, encore faut-il que les margoulins du secteur soient sanctionnés à juste titre ! Car ce sont eux qui ont toujours malmenés ce marché, attirés par l'appât du gain et surtout par la taille du gâteau ! L'examen du permis de conduire étant le premier examen de France… Et cela représente un "pognon de dingue" !

 

D'ailleurs, bien avant l'arrivée des plateformes, nombres de "petits malins" ont voulu prendre une part de ce gâteau car il fait envie. Et ils ont toujours la même méthode : casser les prix et bercer le client d'illusion... Si possible, en s'insurgeant contre le "méchant lobby" des auto-écoles traditionnelles (sic) !

 

Un seul conseil pour les élèves et leurs parents : Fuyez les prix trop bas et les promesses douteuses ! Ils ne sont pas compatibles avec une formation de qualité. Et c'est votre vie, celle de vos enfants et celle des autres qui est en jeu. Les économies que vous pourriez faire sur la formation risquent fort de se payer plus cher après... Que ce soit en auto-école traditionnelle ou via les plateformes, c'est souvent la roulette russe quand le prix de départ est trop alléchant : ça passe ou ça casse ! Seul un bon suivi pédagogique peut vous garantir un bon apprentissage.

 

Quant aux décideurs, un seul conseil : arrêtez de casser ce secteur d'activité sous prétexte démagogique de vouloir permettre un accès plus facile à la conduite afin de récupérer des voix pour vos prochaines élections ou de faire des économies de bouts de chandelle sur les services de l'Etat.
Si vous continuez, on risquerait de croire que votre intérêt est avant tout de favoriser vos amis qui ont investi dans ces nouvelles structures afin qu'ils puissent faire fructifier leur investissement et continuer de financer vos campagnes
[vii]… Et cela ne manquera pas de vous retomber dessus.

 

D’autant qu’au final, ce n’est absolument pas dans l’intérêt de la nation de brader cette formation qui reste le dernier rite de passage vers l’âge adulte et qui implique un plus grand enjeu que celui de l’intégration sociale, à savoir celui de notre sécurité sur les routes. Plutôt que de vouloir copier le modèle des pays libéraux (ex : Etats-Unis) où malgré une forte répression, le nombre d’accidents graves y est beaucoup plus élevé que chez nous, on ferait mieux de s’inspirer du modèle des pays scandinaves qui sont exemplaires en matière de sécurité routière et d’intégration sociale.

Devons-nous vous rappeler que nous avions un objectif de moins de 2000 morts en 2020 ? Et qu’aujourd’hui, en ce début 2019, nous en sommes toujours à plus de 3500 morts par an ?

Comment fera-t-on pour traverser la rue pour trouver du boulot si nos routes ne sont plus sures ?

On veut bien marcher avec la République... mais sur la tête !

 

[1] Le nom a été volontairement changé

[2] Le nom a été volontairement changé

[3] Le nom a été volontairement changé

[4] Le nom a été volontairement changé

 

[i] www.ornikar.com/code/cours/usagers/prioritaires-exceptionnels/vehicule-prioritaire

[ii] www.permismag.com/bilan-2017-les-taux-de-reussite-des-candidats-libres/

[iii] www.permismag.com/taux-de-reussite-2017-auto-ecoles-en-ligne/

[iv] www.lyoncapitale.fr/actualite/PermiGo-le-maire-de-Lyon-6e-interpelle-le-ministre-de-l-economie/

[v] www.lexpress.fr/actualite/societe/des-moniteurs-d-auto-ecole-independants-pas-tres-legaux_1829024.html

[vi] www.youtube.com/watch?v=oTUIDXww0Us

[vii] www.marianne.net/politique/candidat-des-premiers-de-cordee-la-campagne-presidentielle-d-emmanuel-macron-ete-financee

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.