UNE " GUERRE" AU CORONAVIRUS " SE PREPARE

La situation actuelle présente beaucoup d’analogie avec l’impréparation et les doctrines aberrantes que la France, a connu, de façon récurrente, avant et au cours les guerres classiques.

Nous sommes en guerre contre le coronavirus. Certes ! Toutefois  les accents martiaux d’Emmanuel Macron ne peuvent plus occulter la situation critique, où se trouve notre pays , en matière de lits en réanimation, l’absence de stock de masques, de gants à usage unique, les conséquences calamiteuses de la délocalisation de la production des médicaments etc.. Sans oublier la situation, profondément dégradée de l’hôpital public,, déjà connue avant la crise et que Mme Buzyn ,ministre de la santé(sic) ex-médecin avait laissé s’aggraver
Cette situation présente beaucoup d’analogie avec l’impréparation et les doctrines aberrantes que la France, a connu, de façon récurrente, au cours des guerres classiques. On remarque que le contenu superficiel de leur formation, fait souvent des énarques et notamment des inspecteurs des finances , comme Macron, les dignes successeurs des généraux des guerres de 1914 – 1918 et 1939 – 1940. Dans « SUR LA REFORME DE L’ENSEIGNEMENT », annexé à « L’ETRANGE DEFAITE »l’Historien, Marc Bloch ( Résistant assassiné par la Gestapo Héros des guerresv1914-1918 et 1939 -1945) critique à juste titre tout enseignement spécialisé qui pourrait conduire à un esprit de corps : « À nos groupes dirigeants, trop tôt spécialisés, nous ne donnons pas la culture générale élevée, faute de laquelle tout homme d’action ne sera jamais qu’un contremaître. Nous formons des chefs d’entreprise qui, bons techniciens, je veux le croire, sont sans connaissance réelle des problèmes humains ; des politiques qui ignorent le monde ; des administrateurs qui ont l’horreur du neuf. À aucun nous n’apprenons le sens critique, auquel seuls [...] le spectacle et l’usage de la libre recherche pourraient dresser les cerveaux. Enfin, nous créons, volontairement, de petites sociétés fermées où se développe l’esprit de corps, qui ne favorise ni la largeur d’esprit ni l’esprit du citoyen. » Dans cette guerre contre le coronavirus, les doctrines qui  ont été   "portées " principalement par nos  énarques ultralibéraux  , fascinés par les doctrinaires étasuniens tel Milton Friedman  et L’Ordo libéralisme  germanique "" sont à l’origine de la dégradation de notre système de santé   Des idées  simplistes telles   que« La mondialisation heureuse » avec , Minc « la concurrence libre et non faussée »  avalisée par  Lamy , Jospin , Naouri  , « la privatisation des services publics » continuée par  Hollande et  ,Macron  « l’avantage comparatif »  cher à  Giscard Autant  de doctrines binaires, mises en œuvre par les énarques depuis ce dernier ( lui-même énarque et inspecteur des finances ). Ces idées appliquées sans faillir, par les conseillers des ministres , tant à droite qu’à gauche font souvent des énarques et notamment des inspecteurs des finances , comme Macron, les dignes successeurs des généraux des guerres de 1914 – 1918 et 1939 – 1940, les dignes successeurs des généraux de la guerre de 1914 – 18.Cette situation présente beaucoup d’analogie avec l’impréparation et les doctrines aberrantes que la France, a connu, de façon récurrente, au cours des guerres classiques. On remarque que le contenu superficiel de leur formation, f Ces généraux, sortis des grandes écoles , comme polytechnique, qui se prenaient pour des génies, peu soucieux du sang de nos soldats citoyens, s’illustrèrent par exemple avec la doctrine de « l’offensive à outrance » prônée par Joffre et Foch ou par celle de « la percée décisive » au Chemin des Dames voulue par Nivelle. N’ayant aucun souci du détail ils firent charger à la baïonnette les mitrailleuses allemandes ou encore attaquer par les tirailleurs sénégalais les Allemands enterrés dans des casemates, en pleine tempête de neige. Il ne faut pas l’oublier Gamelin et Weygand responsables de la défaite de 1940, alors que nous "devions" gagner  la guerre car « nous vaincrons, car nous sommes les plus forts, » avait proclamé Paul Reynaud

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.