Frappés par le fauteuil, cloués sur le malheur, changeons le handicap sur le regard…

 Dans un billet récent [1], Elisa Rojas a émis le vœu qu’une liste exhaustive sur les tournures fétiches que les journalistes utilisent lorsqu’ils parlent de handicap soit dressée pour le bien de l’humanité.

En bonne fée mais surtout en bonne philanthrope, je ne pouvais pas laisser passer cette opportunité qui m’est offerte de contribuer à faire de ce monde un endroit meilleur.

J’ai décidé ainsi de vous proposer un petit exercice consistant à relever dans un texte des termes, expressions et thématiques qui vous donnent une sensation de déjà vu ou de déjà lu dans les reportages ou articles consacrés au handicap. Vous pourrez ensuite dresser vous-mêmes votre liste et partager ainsi avec moi le sentiment que l’humanité a désormais une dette envers vous.

 A vos stabilos !:

Une journée particulière à Praline sur Sorge

De nos envoyés spéciaux Jean-Pierre Davant et Sophie Pernaud

 Nous nous rendons aujourd’hui à Praline sur Sorge, charmant village du centre de la France, pour vous faire découvrir le bouleversant quotidien de Marie-Sophie, notre héroïne du jour.

Après une dramatique chute de cheval qui l’a clouée sur une chaise roulante, ce petit bout de femme de 43 ans, a réussi, grâce à une volonté de fer, à surmonter son handicap.

Comme tant d’autres personnes frappées par le malheur, Marie-Sophie a la rage de vivre.

Malgré sa différence, elle est une maman comme les autres (euh, oui, c’est bien ça) ; il est émouvant de la voir accompagner sa fille à l’école chaque matin. Le chemin est un vrai parcours du combattant mais aucun obstacle n’arrête cette maman qui élève seule son enfant et fait face avec courage à toutes les épreuves que ses journées lui réservent.

Après avoir laissé son enfant à l’école, Marie Sophie a pour habitude de faire une balade dans la rue principale de la ville, récemment aménagée  grâce au noble et  ambitieux projet du maire et aux efforts consentis  par la commune  pour rendre la ville accessible à l’handicap. Marie-Sophie, qui vit à domicile, rejoint ensuite sa maison construite par l’entrepise  Handitoiture.

Elle attend alors que le service Handirepas lui livre son petit déjeuner.

L’après-midi, elle retrouve sa fille. Après avoir fait ses devoirs, la fillette aide sa maman à mettre la table pour le repas du soir, une tâche qu’elle accomplit avec dévouement.

Mère et fille nous donnent une belle leçon de vie et nous prouvent que, malgré le handicap, on peut prendre une belle revanche sur la vie et même avoir la joie de vivre.

La voisine de Marie-Sophie, Georgette, nous interpelle avant notre départ pour saluer le combat que le maire de sa commune mène pour les handicapés. Un maire qui ne lésine pas sur les moyens et va même jusqu’à se mettre sur un fauteuil pour vivre une vie d’ handicapé  pendant une demie heure dans le but de  mieux comprendre les difficultés de ces personnes.

« Notre maire est très attaché à faire changer  le regard sur l’handicap", nous confie Georgette. "Il fait beaucoup pour les handicapés.  Il a même mis des panneaux avec un message fort devant leuss places de stationnement : la connerie n’est pas un handicap. Il est convaincu que ces gens ont aussi droit au bonheur ».

Fort de cette conviction, cet élu engagé organise une fois par an Les rencontres  du cœur,  des rencontres entre valides et handicapés  qui donnent  l’occasion à Marie-Sophie de retrouver d’autres personnes comme elle venant des foyers des hameaux avoisinants. Monsieur le maire propose toute la journée durant des activités plus originales les unes que les autres et surtout accessibles à tous : du handiscrabble au  handimacramé, des handidéfilés de mode aux séances de handimassage proposées par des bénévoles en passant par les parcours ludiques en fauteuil ou les yeux bandés,  qui permettent de sensibiliser les valides au handicap, sans oublier, bien sûr,  les collectes de bouchons et ventes de galettes  en faveur des plus démunis qui offrent l’avantage de joindre le festif au solidaire.

Un moment de partage qui, l’espace d’un jour, redonne le sourire et l’occasion d’oublier le handicap aux personnes de cette commune où différence ne rime pas avec indifférence.

« On leur doit bien ça, nous dit avec fierté M. Le Maire, eux, ils nous donnent chaque jour une belle leçon de vie ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[1] https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2016/11/06/malgre-le-handicap-jai-un-nouveau-message-pour-vous-amis-journalistes/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.