TOURISME : FAUT PAS REVER !

Un tourisme qui préserve durablement les cultures et leur environnement ne peut se faire qu'en accord avec les populations concernées.



"Le tourisme peut être un facteur important de développement économique pour les populations locales mais dans la réalité, et malgré les  engagements pris par les professionnels du tourisme, elles sont souvent laissées pour compte, non seulement au niveau économique mais aussi au niveau culturel et environnemental. En réalité, les pays accueillants ne perçoivent que 5 à 30 % des recettes
engrangées, de la réservation à la clôture du voyage. Le tourisme constitue un vecteur de mondialisation dont les conséquences peuvent être irréversibles et extrêmes (exploitation des communautés locales, exhibitionnisme culturel, destruction de leur environnement social et naturel).
Pour ne citer qu’un exemple parmi tant d’autres; avant l’invasion touristique, l’île tunisienne de Djerba exportait ses produits agricoles. Aujourd’hui, elle ne couvre plus que 10% de ses besoins alimentaires. Le tourisme de masse a déstructuré les traditions locales, entre autres le travail saisonnier de pêche et d’agriculture.
Un tourisme qui préserve durablement les cultures et leur environnement ne peut se faire qu'en accord avec les populations concernées.
Or actuellement, les seules participations des populations d'accueil visent l’accroissement des bénéfices des sociétés touristiques. Si les autochtones ne sont pas associés dès les prémisses du projet touristique, celui-ci se construit à des milliers de kilomètres d’eux, en Occident, où sont situés les acteurs de l’Industrie touristique. Leur culture ; folklorisée, mise en scène, devient alors un produit de catalogue en deux dimensions dont ils ne voient jamais (ou si peu), la couleur des dividendes." (*)

L’objectif de l'association  "Maisons du bout du monde"

413880-447190068625176-769302217-o
est donc de proposer des alternatives contre les effets néfastes du tourisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1°) en sensibilisant,sur le terrain les habitants à leur patrimoine culturel et à sa conservation, par le biais de la location touristique solidaire, en direct et à 100%.
2°) en faisant la promotion des initiatives locales, privées ou associatives, participant par leurs activités diverses, (hébergement, restauration de bâtiments traditionnels ou historiques,préservation de la faune), par leur projet ou leur démarche, à la sauvegarde du patrimoine
matériel où immatériel des pays et des peuples.

(*)"Action et Recherches Culturelles 2010

 

 

 

tag

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.