Patriarcat, l'histoire d'une poutre masculine

Aucune analyse sous l'angle du patriarcat, comme d'habitude, les mecs ne font jamais partie du problème... C'est normal qu'ils ne s'en aperçoivent pas, ils sont assis dessus, Mediapart autant que les autres. Pas une seule déconstruction de leur poutre, et ceux d'avant nous parlent de l'après...

20191123-143848sat

 
Toujours rien sur le patriarcat au pays du viol à la française.
Les mecs d'avant continuent à donner leur avis sur la société d'après, se ménageant en bon opportuniste une place dans celle ci, qu'ils imaginent évidemment continuant à tourner à leur avantage.
Sinon pourquoi nulle déconstruction de leur part des mécanismes de la société actuelle, nul regard sous l'angle du patriarcat qui est pourtant le pilier du capitalisme?

On ne fera rien de neuf avec les hommes blancs hétéros qui ne font pas la déconstruction de la domination masculine.

Suffit d'y penser en les écoutant pour s'apercevoir que sur tous les sujets, partout, tout le temps, les mecs font l'impasse systématiquement sur le patriarcat dans leur analyse.
Alors pourquoi se prétendent-ils penseurs ou journalistes commentateurs, si ils n'arrivent même pas à penser le patriarcat dans leur analyse? Pourquoi suggérer des idées portées par les femmes qui militent depuis si longtemps alors qu'eux étaient tous en train de chercher avant tout à gagner du pognon?

Parce qu'ils n'y trouvent rien à dire en fait du patriarcat. Ils sont assis dessus.

Jamais ils ne pensent à regarder la poutre dans leur oeil, les mecs, ils parlent d'espèce humaine, sans même avoir conscience que la société actuelle est le résultat de leur domination masculine, de leurs semblables, soient décideurs, soient commentateurs, partout, tout le temps, sur Mediapart même, pas la moindre déconstruction patriarcale de la part des mecs.

Même sur les vidéos parlant du féminisme, ce sont encore des mecs qui en parlent. C'est assez comique à force d'être ridicule.

Est ce qu'il nous viendrait à l'idée de légiférer sur le fait de leur autoriser le port de la barbe ou de la moustache aux mecs?
Eux ne se gênent pourtant pas pour légiférer de l'utilisation de notre propre ventre ou m^me d'un simple voile.
De quoi je me mêle? Parce que nous ne serions que des outils de reproduction pour ces messieurs? "hourra c'est un garçon!"
Il portera le nom de son papa? Rien d'étonnant qu'ils aient fait la part belle au mariage pour tous, alors que c'était surtout le mariage qui les concerne eux...

Ce sont les mecs blancs hétéros en majorité qui continuent à être encore invités à faire une analyse de pourquoi nous en sommes arrivés là...
Les mecs d'avant qui avaient déjà la parole sont encore là pour nous parler du monde d'après? Sérieusement?

"L'homme, l'homme"... Et exit le reste de l'humanité? Et leur propre responsabilité avec la domination masculine, ils la pointent quand?

Quand ils la pointeront de toute façon, ce sera encore pour se maintenir au pouvoir, je ne me fais aucune illusion sur leur bonne foi pour la majorité des mecs de pouvoir, au plus haut niveau de l'état autant que sur bobonne à la maison.

Liberté égalité fraternité, fraternité, même de la devise française, ils ne tiquent toujours pas ces imbéciles.

La fraternité, ce n'est pas l'humanité, ça saute pourtant aux yeux, c'est juste la moitié l'humanité: leur fraternité est constituée de frère blanc.
Le racisme, c'est encore eux, une histoire de cheptel à se garder, cela ne fait aucun doute. La femme noire, ça peut aller, mais l'homme noir, "ah ça non! on n'en veut pas chez nous"

Toujours aucune déconstruction du patriarcat parce qu'ils ne veulent pas scier le tronc sur lequel ils sont tous assis.

Jamais un mot sur le fait que ce sont des femmes en majorité qui militent pour la planète, pour les droits de tous, (avec des hommes qui ont eu la chance d'être élevés par des mères et des soeurs, ou qui ont été intellectuellement assez honnêtes pour déconstruire le patriarcat et pas que dans le blabla pour faire le paon auprès des copines qu'ils aimeraient épater). Surtout quand leurs potes n'en sont pas témoins.

Ils n'ont rien à proposer ni à dire d'intelligent qu'on ne sache déjà, ce sont de problèmes dont ils parlent, mais nous ce sont nos vies qui en sont impactées.
Ils font partie du problème, du capitalisme. Alors pourquoi sont-ils aussi massivement amenés à toujours prendre la parole, qu'ils s'expriment aux plus hautes fonctions de l'état, pyramidal comme leur quéquette, ou qu'ils s'expriment sur France Culture ou encore sur Mediapart, sur tous les media encore en situation de domination, à critiquer un modèle qui les a fait pourtant ce qu'ils sont, et uniquement quand le vent tourne?

Parce que ça ne les arrange pas ou qu'ils ont perdu quelques facultés, comme tous les dominants qui ont cessé de se remettre en cause grâce à leur toute puissance.

D'ailleurs c'est assez comique d'observer youtube, dès qu'un mec vient de comprendre quelque chose, il se précipite direct pour en faire une vidéo, où il explique ce qu'il a mal compris d'un article de mec tiré d'un commentaire sur l'article d'une femme en gros...
Et ils arrivent à en penser quelque chose...!

Esbroufe et incompétence, monopolisation de la parole, recyclage des idées des femmes, quelque soit le groupe politique, les hommes font des discours et les femmes bossent.

Ce ne sont pas les mecs qui préparent les trousses à pharmacie quand on part en vacances.
Pourquoi s'étonner qu'il n'y ait pas de masque sous covid et qu'ils préfèrent le cac40 aux humains?

On leur doit entièrement le système actuel. Ils y ont tous collaboré. Tous. Ils ont nourri leur famille avec le fruit de leur trahison de base, qui pour eux, allée de soi. Solidarité masculine, corruption de base.

Les femmes n'ont décidé de rien de ce monde. Les dégâts étaient déjà en route que nous n'avions m^me pas le droit de faire des études.
Avec leur éducation dédiée à leur genre, ils les ont destinées, mises dans les emplois considérés comme improductifs, donc sous payées selon leur logique: santé éducation, tout ce qui possède encore des traces d'humanité... Et bobonne à la maison, par dessus, comme si les mecs n'avaient pas 10 doigts comme nous.
Est-ce que ça vient du fait qu'ils ne savent pas faire 2 choses à la fois? Gagner des sous ou empêcher la destruction du vivant?
La situation du covid en est le résultat et nul part c'est pointé du doigt.

Le flic et l'infirmière, voilà leur modèle patriarcal de base sous covid 19.

Le mouvement "Me too" n'aurait pas du se contenter de pointer du doigt les seuls prédateurs sexuels.

Il nous faut aller plus loin et pointer du doigt une bonne fois pour toute toutes les prédations, que ce soit politique, économique, sexuel, sur tous les terrains, ce sont encore et toujours eux.
Et quand ils protestent sans m^me regarder leur poutre, ils citent en général une femme qui fait office d'exception,
à croire qu'elle ne sert qu'à ça... Pour quels motifs en plus? pour épater son papa? Prendre sa revanche? Sur qui, pourquoi?
Comme si collaborer était la solution. On ne gagne rien à rejoindre le camp de celui qui se désigne lui m^me comme ennemi.

Nous pouvons toutes dire "Me too", si on ajoute la prédation économique, la prédation du droit à la parole, du pouvoir politique que eux imaginent toujours vertical, comme les chefs qui disent qu'on aurait besoin de chef, surtout parce qu'ils tiennent à le rester.
L'horizontal, ça existe aussi pourtant.

C'est pitoyable, et c'est bien partout, tout le temps, quelque soit les media, ou la réalité, toutes les femmes s'en aperçoivent, des mecs qui blablatent avec leur poutre. Se rendit-ils compte que nous les voyons tous faire depuis toujours?

Il est temps que ça change. Et eux si ils ne changent pas, faudra au moins limiter leur nuisance. C'est bruyant les hommes, parfois on a envie de leur dire "tais toi".
Il est clair que ce ne sont pas eux qui utilisent leur 2 cerveaux.

Il n'y a plus aucune aide à attendre des mecs, ça fait longtemps qu'ils nous ont toutes trahies, que quand ils pensent, ce n'est jamais à toute l'humanité, mais à leurs seuls intérêts, pour leurs ego en souffrance de petits garçons qui n'ont pas plus pleurer quand ils étaient petits?

Ils ont toujours une "mecsplication" pour dire que eux, non... Ben tiens...

Les pauvres choux... Faudrait encore les plaindre, partout, tout le temps?

Si au moins, ils ne monopolisaient pas l'attention, on pourrait peut-être se concentrer sur l'état des lieux de la planète et agir au plus vite...
Parce que eux, pour l'instant, ils continuent à penser qu'il est normal d'être à la place que leur aînés leur ont réservé dès le début.


Les femmes n'ont pas intérêt à attendre les hommes pour sauver la planète, parce que le temps qu'ils daignent comprendre et ce sera déjà trop tard.
Il y a bien plus d'humanité pourtant avec la sororité qu'avec leur seul fraternité. Tant pis pour eux.

Pour les autres, ceux qui n'ont rien décidé de ce monde, pas plus que les femmes, inutile qu'ils se vexent, ils sont autant soumis que les femmes... Et si ça les vexe, c'est que la poutre est bien intégrée dans leur oeil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.