Elie Guillou
Ecrivain, dramaturge, comédien
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2022

Quelles émotions pour nos funérailles ?

Avec la chanteuse Chloé Breillot, nous avons ouvert un collectif d’artistes proposant de chanter à l’occasion des funérailles civiles. Convaincus que les artistes ont un rôle à jouer dans ce moment fondateur de l’expérience humaine - et qu’il y a là un manque - nous nous mettons à disposition des familles afin de construire une cérémonie funéraire sensible, en dehors des traditions religieuses.

Elie Guillou
Ecrivain, dramaturge, comédien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

QUELLES EMOTIONS POUR NOS FUNERAILLES ?

Depuis 2022, avec la chanteuse Chloé Breillot, nous avons ouvert un collectif d’artistes proposant de chanter et dire des textes à l’occasion des funérailles civiles, près de chez nous, à Montreuil (93). Convaincus que les artistes ont un rôle à jouer dans ce moment fondateur de l’expérience humaine - et qu’il y a là un manque - nous nous mettons à disposition des familles afin de contribuer à la construction d’une cérémonie funéraire sensible, en dehors des traditions religieuses.

Notre proposition est très simple et se veut sobre, non intrusive. Nous proposons de chanter deux chansons : la première, choisie par la famille, qui est en lien avec le défunt/la défunte et la seconde, choisie par nous, qui s'adresse à ceux qui restent.

Celles et ceux pour qui le religieux ne structure plus l’existence se retrouvent avec une grande liberté pour organiser leur vie, mais également, sur certains aspects, avec un grand vide. Au moment des funérailles, l’absence d’appareil symbolique se fait violemment sentir.

Quand la mort frappe, il faut agir vite, et souvent s’appuyer sur des pratiques qui nous pré-existent. Or, là où les traditions religieuses bénéficient d’un rituel éprouvé, qu’avons-nous ? La parole des proches du défunt forment bien sûr le socle autour duquel ces nouvelles cérémonies s’organisent mais pour le reste ? Un crématorium perdu dans une zone industrielle, une chanson diffusée sur un lecteur cd : est-ce suffisant pour supporter notre peine, notre désir de sens, de symboles, de liens, de spiritualité ? Atrophié, ce rite fondateur dégrade le processus de deuil, ne nous permet plus d’entrevoir la possibilité d’un lien avec nos morts, ni de régénérer ces liens par lesquels les vivants font communauté.

Cette perte de sens a été particulièrement criante pendant les premiers mois du COVID19, pendant lesquels accompagner nos morts nous a été simplement interdit. Or, il se trouve qu’une autre question s’est posée à nous à la même période : celle de la place de la culture, donc des artistes.

Quand la culture a été déclarée ‘non-essentielle’, il s’est bien sûr trouvé des gens pour s’indigner mais ceux-ci étaient essentiellement des artistes eux-mêmes, aidés par quelques abonnés de théâtres, de musées, de salles de concerts… Pour la grande majorité de la population, en revanche, cette assertion n’a pas été source d’indignation : après tout, on avait accès depuis chez soi à plus de culture que l’on ne pourrait jamais en consommer.

Pourquoi la culture est-elle aujourd’hui perçue comme un simple agrément dont il serait possible de se passer ? En nous laissant enfermer dans la production de biens et d’évènements culturels, nous, les artistes, avons sans doute joué un rôle dans cette déliaison d’avec le reste du corps social. Nos pratiques ont déserté des aspects de la vie dans lesquels nos savoir-faire et nos sensibilités pourraient, nous semble-t-il, jouer un rôle porteur.

Affirmer que les artistes ont un rôle à jouer au sein des funérailles répond donc à cette triple préoccupation : resserrer les liens au sein des communautés humaines, les liens entre les vivants et leurs morts et les liens entre les artistes et le reste du corps social.

Pour toutes ces raisons, succinctement présentées ici, nous avons décidé de considérer cette activité comme partie intégrante de notre activité et invitons les artistes dont la pratique résonne avec ces préoccupations, à en faire de même, là où ils/elles se trouvent.

Elie Guillou, Chloé Breillot, Neset KutasAmal Allaoui, Marie-Suzanne de Loye, Céline Regnard et Jean-Jacques Fauthoux

https://elieguillou.squarespace.com/funerailles

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse
Journal — International
En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe
Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon « anti-autoritaire » au sein de la défense territoriale, « pour protéger les populations et combattre l’impérialisme russe ».
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale