Maryam Salehi, l’énergie communicative

« We all want change the world ». Refrain connu. Mais faire évoluer les choses dans la réalité demande un véritable engagement, qui rime avec patience et longueur de temps. Doigté et volonté, directrice déléguée d’NRJ Group depuis près de dix ans, Maryam Salehi a su associer ces qualités pour piloter la gestion opérationnelle d’un leader français de l’audiovisuel coté à Euronext Paris.

NRJ, Nostalgieou Rires & Chansons, ces marques évoquent des mélodies qui restent à l’esprit.Le périmètre du groupe, désormais multimédia, englobe non seulement quatre stations de radio,mais aussideux chaînes sur la TNT (NRJ 12 et Chérie 25), NRJ Hits sur le câble, le satellite et l’Adsl, ainsi que 8 sites, 7 applications mobiles et plus de 220 webradios. Présent dans quatorze autres pays, l’ensemble a généré un chiffre d’affaires estimé à 377,7 millions d’euros en 2015. Cette année, tous les ratios boursiers sont attendus en hausse.

En radio, Maryam Salehi connaît la chanson En radio, Maryam Salehi connaît la chanson
 « You tell me that’s evolution », poursuit la chanson des Beatles. Loin des révolutions de palais, le management de Maryam Salehi repose sur des évaluations à la précision métronomique pour créer des synergies et optimiser les coûts. Talent qui n’a pas échappé Alain Weill, directeur général et administrateur du groupe lorsqu’il repère la jeune avocate, alors conseil de la radio, et l’appelle à ses côtés pour devenir sa directrice juridique.

Goût inné de la diplomatie

Ses spécialités - droit de la presse, droit de la concurrence et droit d'auteur - augurent de son futur trajet, mené allegro ma non troppo, dans les média : un secteur hautement concurrentiel, touché de plein fouet par la révolution digitale. Nouvelle étape du sans-faute, en 2005 le fondateur d’NRJ Group Jean-Paul Baudecroux, la nomme à la Vice-présidence du Directoire, puis en 2014 à celle du Conseil d’administration. C’est un goût de la diplomatie… quasi inné qui trouve à s’exprimer. Nombreux sont alors les défis à relever en matière de rentabilité.

Talent du verbe

Maryam Salehi, NRJ Maryam Salehi, NRJ

Changer le monde par la magie du verbe. Le rêve de jeunesse de cette dirigeante au sourire jeune et spontané - plaider pour un monde meilleur à la tribune d’une grande instance internationale - n’est guère loin. Le trajet de ses parents n’y est guère étranger. Maryam Salehi voit le jour en 1964 à Téhéran dans une famille de diplomates. Une expérience internationale qui a laissé cette ancienne avocate, passée par les cabinets Vaisse et Associés et BDA, une conviction profonde dans l’ouverture et l’égalité des chances. Maryam Salehi a participé au dernier baromètre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) sur la diversité.

Défendre la liberté d’expression

L’exil, rendu inévitable par l’histoire de son pays, décide de son ancrage en France. La jeune femme élit, outre la musique qui a bercé ses années d’études, une passion très française : la pratique du droit, moyen de défense par excellence de la liberté d’expression. NRJ a bercé ses soirées de jeunesse n’hésite pas à rappeler cette gestionnaire rompue aux charmes discrets des fonctions transversale en mode projet.

Femme-orchestre

« Il est important d’aimer les produits de l’entreprise pour laquelle on travaille pour y réussir pleinement et s’épanouir », évoque cette maman d’une petite Nina, fière d’avoir assisté ce soir du 5 octobre 2012 à la remise des insignes d’officier de l’Ordre des Arts et des Lettres des mains de Denis Kessler, conseiller culture de François Hollande.Responsable de la coordination des directions des services administratifs et ainsi passée maître dans l’art d’optimiser les achats - donc les coûts - Maryam Salehi s’avoue volontiers fan de « la programmation musicale de NRJ et Chérie FM ». Goûts modernes qu’assume une personnalité bien dans son temps. Libre, active, déterminée.  

NRJ NRJ

Energie positive

Ce soir-là, ils sont nombreux à être venus saluer sa réussite dans un univers en pleine mue, encore, sous la pression de réseaux sociaux toujours en quête nouveaux formats séduisants pour la plus jeune audience. L’écrivain Marek Halter et son épouse Clara, familiers des cercles informels de la politique, Guillaume Pépy, aujourd’hui à la tête du Directoire de la SNCF, Véronique Morali, présidente de Fimalac Développement, éditrice du site Terrafemina, le très influent publicitaire Gilles Finchelstein, également à la tête de la Fondation Jean Jaurès, ou Mouna Sepehri, directrice déléguée de Renault, autre juriste d’origine iranienne. Ce soir-là, Maryam Salehi rappelle discrètement à sa fille que le cadeau le plus précieux que lui ait jamais fait la France est l’espoir. Le flambeau de la méritocratie est passé. Avec élégance.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.