Portfolio

Lampedusa watercolor tears

V.G. Artiste "dataïste" multi-modal, utilisant peinture digitale (2D) et VR Painting avec Google Tilt Brush, "cybertime" tps virtuel, collage temporel de webcams réticulaires et Time Heat horloge basée sur le pouls, mange sa réfection à sa façon d'enfance aux scènes de Lampedusa dédoublant à son nomadisme (Tokyo); Aquarelle et larmes humaines sur papier 40 x 60, 2015. E'M.C.
  1. Au terrible charroi de ces larmes ayant servi à hachurer l'accablant paysage proscessionnel : silhouettes passantes de ceux qui furent la veille heureux rois de chez eux, en hommage à leur déracinement zébrant à jamais nos cieux, on écoutera ces scènes tirées d'un trait génialement enfantin, nous nous accompagnerons du sublime Sodade de Cesaria Evora, l'impératrice aux pieds nues, dans les deux versions, modulé en créole capverdien, et en traduction française : 

  2.                                SODADE 

    Quem mostro'b

    Ess caminho longe ?

    Quem mostro'b

    Ess caminho longe ?

     

    Sodade sodade sodade

    Dess nha terra d'São Nicolau 

     

    Si bo t'screve'm

    Mta screvre'b

    Si bo t'squece'm

    M'ta squece'b

     

    Até dia 

    Ke bo volta 

     

    Sodade sodade sodade

    Dess Nha terra d'São Nicolau 

  3.                                SODADE 

    Qui t'a montré 

    Ce long chemin

    Qui t'a montré 

    Ce long chemin 

    Ce chemin pour São Tomé

     

    Sodade sodade sodade

    De la terre de São Nicolau 

     

    Si tu m'écris

    Je t'écrirai 

    Si tu m'oublies

    Je t'oublierai 

     

    Jusqu'au jour

    De ton retour 

     

    Sodade sodade  sodade 

    De ma terre de São Nicolau 

                           •

    (traduction de Frédéric Allary) 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.