" L'IDIOT DES IDIOTS "

Timour Leng fait appeler son bouffon Nasr Eddin et lui commande :

- Gros paresseux, justifie un peu ta fonction : je veux que pour demain tu m'aies dressé la liste complète des idiots qui fréquentent la cour.

Le Hodja revient le lendemain, une feuille de papier à la main.

Timour voit tout de suite qu'elle porte un seul nom d'écrit.

- N'as-tu donc trouvé qu'un seul idiot ? lui demande-t-il.

- Oh, certes, non ! Mais il en est un qui dépasse à ce point les autres que nul ne peut supporter d'être comparé à lui. 

- Qui est-ce donc ?

- Timour Leng ! crie le Hodja.

Au lieu de se mettre en colère comme d'habitude, le tyran s'amuse plutôt de cette insolence, et il demande à Nasr Eddin de s'en expliquer.

- C'est pourtant évident, répond l'autre : s'il y a des idiots parmi tes courtisans, alors que tu les choisis toi-même, c'est que tu est un idiot de première grandeur.

- Tu te trompes, proteste Timour. Je suis entouré de gens remarquables.

- Si ce sont des gens remarquables, alors quel idiot tu fais de me demander de trouver parmi eux des idiots ?

Voyant qu'il n'arrivera à rien, le Tartare commence à se fâcher :

- Tais-toi donc, à la fin, insolent ! Je vais te dire ce que je pense, l'idiot c'est toi. 

- Dans ce cas, seigneur, poursuit le Hodja, imperturbable, je maintiens ma liste telle qu'elle, car il faut vraiment être l'idiot des idiots pour demander à un idiot de dresser la liste des idiots.

In, Divines insanités de Nasr Eddin Hodja, Phébus, 2002.

Découpage et choix d'El-Mehdi Chaïbeddera. 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.