Viva la muerte criaient les franquistes

La vie est lourde d'un tank, d'une bombe, d'un camion, et le bruit, c'est déflagration, répétition, corbeaux. L'odeur, c'est poussière, corps sans vie. Help ! Aiuto ! Des fois j'écris mes cris.

Appelle-moi

Je veux te parler

Comment tu vas dis-moi

J’ai pas de forfait

 

Les hurlements gris des loups

Les éclatantes forêts rouges

Les tempêtes dans les déserts

Et le volcan dans la mer

 

Les gars qui tirent Inch’Allah

Dieu avec nous on y va

Le poids d’un homme en armes

C’est plus fort que les larmes

 

Faites comme vous voulez

N’écrivez pas ne lisez pas

Couvrez-vous les oreilles

Le monde crie

Tout va bien

On n’a rien vu

Il n’y a rien

 

Allo appelle-moi

Je veux te parler

Comment tu vas dis-moi

J’ai pas de forfait

 

J’allume une cigarette

Pour éclairer ma tête

Mais dedans il vente

Le monde m’épouvante

 

En Syrie on ne plante plus

Sauf des têtes sur des piques

Comment faire un selfie

Dans le fond d’une maison

 

En Irak c’est pareil

Ça explose tout partout

A Kaboul y a des murs

A Nice feux d’artifices

 

Les camions qui roulent

C’est pas des marchandises

Le commerce y en a plus

C’est des bombes de crise

 

Les enfants sont éventrés

La peur troue leurs yeux

C’est le monde de demain

Qui est dans leurs mains

 

J’en veux pas !

Appelle-moi

Je veux te parler

 

22 mai 2018

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.