Comment détruire son enfant après un divorce

1- Faites de lui votre messager pour éviter d’avoir directement à traiter avec l’autre parent.

2- Rappelez-lui que vous êtes LE parent qui a le plus d’affection pour lui.

3- Dites-lui que les problèmes d’adultes se règlent entre adultes tout en le jetant sur le champ bataille judiciaire en voulant en faire votre champion.

4- Faites-lui comprendre que le temps qu’il passe avec l’autre parent c’est du temps qu’il ne passe pas avec vous, le délaissement est mathématique.

5- Tâchez de grapiller à tout prix le maximum de temps de garde pour ensuite le laisser seul chez vous devant la télévision, comme un trophée qu’on ne convoite plus maintenant qu’on l’a arraché.

6- Ajoutez une belle-mère/un beau-père au premier plan du tableau : faites comprendre à votre enfant qu’elle/il marque sa renaissance après ce que vous avez connu avec son parent. A ce titre, il est normal qu’elle/il supplante tout dans sa nouvelle vie.

7- Insistez sur cette notion de nouveau départ au point que votre enfant se demande quelle est sa place dans votre chronologie : dans le passé en tant qu’enfant du méchant parent qui lui a pourri la vie ou bien greffé au présent tel un ruban décoratif autour du cadeau de votre « nouvelle vie »

8- Considérez votre progéniture comme la meilleure arme pour encore atteindre l’autre parent et ainsi vous venger de vos blessures : retirez-lui-en la garde, appelez la police lorsque selon le jugement il doit le déposer à 18h et qu’il est déjà 18h01…bref, cherchez à tout prix à saborder la garde alternée.

9- Transgressez à loisir les règles établies chez l’autre parent : par exemple achetez-lui à dessein ce que l’autre parent n’a jamais voulu lui offrir.

10- Menacez-le régulièrement de votre perte s’il ne fait pas bloc avec vous contre l’ennemi qui doit être commun, à savoir l’autre parent.

11- Lors d’une dispute ou d’un désaccord alors que les arguments viennent à vous manquer, décochez un cinglant « de toute manière tu es comme ta mère/ton père » en grimaçant comme s’il s’agissait de la pire insulte au monde.

12- D'ailleurs faites du « ne sois pas plus tard un parent comme ta mère/ton père » un grand principe asséné quotidiennement avec un air grave.

13- Vexez-vous de manière ostentatoire lorsqu'il manifeste des marques d’affection pour l’autre parent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.