Gabon : L’entrepreneur Thérence Gnembou Moutsona lance son parti

Exaspéré par l’état et le manque de perspectives du Gabon, cet ancien contrôleur de gestion déjà engagé dans la vie associative active, via notamment l’association l’Échelle de l’Espoir et le collectif citoyen le Réveil a lancé le Parti du Réveil Citoyen (PRC) pour défendre ses convictions dans le débat politique national.

C'est dans une famille chrétienne que Thérence Gnembou Moutsona voit le jour en janvier 1973 à Libreville. Il grandit au sein d’une famille où travail, rigueur et persévérance résonnent profondément sur son éducation. Les carrières respectives de ses parents ont pour lui valeur d’exemple, qu’il s’agisse de sa mère, institutrice, ou de son père, militaire, saint-cyrien, dont l’engagement au service de son pays connaît son point d’orgue en 1997, au poste stratégique de Secrétaire général de la Défense nationale. 

Dans ce cadre, Thérence Gnembou Moutsona est activement encouragé dans ses études. Il vient étudier en France après l’obtention de son bac B en 1990 au Gabon. S’il se rêve écrivain, c’est à l’étude des sciences de gestion qu’il se consacrera finalement, jugeant ce secteur d’activité plus propice à ses ambitions professionnelles. Une bourse lui permet de suivre un cursus à l’IAE de Lyon, puis auprès de celui d’Aix-en-Provence. Titulaire d’un DESS en audit, il repart au Gabon en 1996 pour y entamer sa carrière professionnelle.

Carrière professionnelle

Sa carrière débute en 1996 dans la grande distribution, à la CECA GADIS, où il prend en charge l’audit et le contrôle de gestion. Il y officie jusqu’en 2002, date à laquelle il rejoint, dans les mêmes fonctions, le Groupe Castel.


Une nouvelle opportunité le ramène ensuite en France, à Paris, chez Optorg, où il prend les fonctions de Directeur du contrôle général en 2009 et intègre le Comité Exécutif Groupe. 

Comprenant les potentiels enjeux de développement pour le Gabon, il saisit en 2014 l’opportunité de retourner dans son pays pour y prendre la direction de la filiale automobile d’Optorg, Tractafric Motors Gabon ; à ce titre, il fait bénéficier le marché de l’introduction de grandes marques. 

En 2018, la filiale équipement du groupe lui est également confiée. Il jouera à ce titre un rôle actif dans l’équipement en matériels de grands chantiers destinés à améliorer les infrastructures du pays.

Et si le Gabon avait besoin d'un contrôleur de gestion ? Et si le Gabon avait besoin d'un contrôleur de gestion ?
Engagement associatif

Parallèlement à sa vie professionnelle, Thérence Gnembou Moutsona n’a de cesse, depuis son retour au Gabon, de contribuer activement à l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens au travers d’un engagement citoyen actif.

C’est ainsi que depuis 2015, en tant que fondateur et président du mouvement - sans étiquette politique - Le Réveil, il met en avant le dialogue social. C’est depuis le terrain, et du peuple même, qu’il sollicite l’émergence d’idées. L’année suivante, le lancement de la plate-forme en ligne du mouvement est un succès et permet de recueillir nombre de témoignages sans filtre en provenance des Gabonais.

Au service de l’enfance également, il s’engage activement. Lui-même père de famille, Thérence Gnembou Moutsona fonde et préside en 2017 l’association l’Échelle de l’Espoir. La structure a, entre autres, pour but de venir en aide aux enfants défavorisés du Gabon et plus particulièrement à ses orphelins, par le biais d’actions directes ou d’accompagnement à des organismes sociaux déjà en activité.
Plus généralement, l’objectif est de lutter contre les inégalités subies par une frange particulièrement vulnérable de la population.

Vocation politique

En 2020, fort de toutes ces expériences et dans la droite ligne de ses actions associatives et citoyennes, Thérence Gnembou Moutsona décide de franchir un nouveau cap dans son engagement au service du pays. Il met fin à sa carrière professionnelle pour se consacrer pleinement à son engagement citoyen et lance un nouveau parti politique, le Parti du Réveil Citoyen. 

S’appuyant sur un principe de démocratie participative, le PRC entend promouvoir les idées du terrain pour reconstruire le pays. Lutte contre le chômage et la pauvreté, promotion de l’éducation, de la culture et des savoirs, amélioration de l’offre de soins, des infrastructures et des conditions de vie, promotion d’une meilleure gouvernance, refonte du modèle économique ou encore baisse de l’endettement : il veut être force de proposition sur tous les grands sujets sociétaux, avec pour objectif non seulement de pallier les urgences mais aussi et surtout de construire l’avenir du pays pour les jeunes générations.

La création du PRC pourrait permettre à l’entrepreneur philanthrope de se présenter à la présidentielle de 2023. Pourtant, assure-t-il, l'objectif à ce jour est moins l'ambition politique que la volonté de construire une société plus juste et d'apporter des solutions concrètes aux préoccupations urgentes des Gabonais.

Pour en savoir plus : https://prc-gabon.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.