Emilie Durand
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 sept. 2015

Jean-Charles Marchiani, de l'ombre à la lumière

Jean-Charles Marchiani est une figure incontournable de la cinquième République. On retrouve en effet le nom de cet ancien haut-fonctionnaire et homme politique français dans quasiment toutes les affaires délicates et sensibles qu'a eu à démêler la France dans les années 1980 et 1990 et dont le théâtre se trouvait à l'étranger. Celui qui a pris une retraite bien méritée en 2008 restera assurément

Emilie Durand
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Charles Marchiani est né à Bastia en 1943. Celui qui se définit volontiers et avec fierté comme un "paysan" corse fait ses premiers pas dans le petit village de Mazzola près de Bastia. C'est au petit séminaire d'Ajaccio que le jeune Marchiani fait ses études secondaires. On le retrouve ensuite sur les bancs de l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-En-Provence à la fin des années cinquante. La France, alors embourbée dans la guerre d'Algérie est divisée. Pour le jeune Marchiani, il n'y a aucun doute, l'Algérie doit rester française. Il s'engage alors au sein d'un mouvement nationaliste et d'extrême droite, "Jeune Nation", pour défendre ses idéaux. Lorsqu'en 1962, la France se retire définitivement de l'Algérie, il rejoint les services secrets français à l'age de 19 ans à peine. Pendant toute la décennie qui va suivre, Jean-Charles Marchiani, dans l'ombre de l'Administration du Général de Gaulle va être officier du SDECE (ancêtre du DGSE). 

Les années 70: les années dans le privé

Dans les années 1970, Jean-Charles Marchiani entame une carrière réussie au sein de quelques fleurons de l'industrie française. Tour à tour responsable des relations avec les syndicats chez Peugeot, Directeur des affaires juridiques chez Air France, Directeur de Servair puis Secrétaire Général du groupe des hôtels Méridiens, Jean Charles Marchiani fait son apprentissage de la médiation et du management des hommes. 


Les années 1980-1990: retour aux affaires


L'arrivée des Socialistes au pouvoir en 1981 va engendrer plusieurs périodes de cohabitation au cours desquelles on va retrouver Jean-Charles Marchiani en première ligne. Au cours de la première cohabitation en 1986, on le retrouve dans le cercle des collaborateurs de Charles Pasqua, alors Ministre de l'intérieur. Lorsque les journalistes Carton, Fontaine et Kauffmann sont pris en otage par le Hezbollah au Liban, Marchiani va servir de médiateur entre le gouvernement français et le mouvement islamiste. Il jouera un rôle majeur et prépondérant dans la libération des otages à la veille du second tour de la Présidentielle de 1988. On le retrouve en première ligne également sept années plus tard lors de l'affaire de la prise d'otages de deux pilotes français en Bosnie (seconde cohabitation). Là aussi, il réussit à obtenir la libération des deux otages. En 1995, il est nommé préfet du Var par le nouveau président Chirac. Département miné par la corruption et la main-mise de la mafia, le Préfet Marchiani a pour mission d'assainir le territoire. C'est ce qu'il réussit à faire avec un certain brio. Seul fausse note à son tableau: son éviction de l'affaire de l'enlèvement des moines de Tibirine en Algérie en 1996. Jean-Charles Marchiani avouera des années plus tard avoir été mis à l'écart de la médiation par le Premier Ministre et le Ministre de l'Intérieur de l'époque, Alain Juppé et Jean-Louis Debré, sans que Jacques Chirac n'y trouve à redire.


Les années 2000 et la politique


En 1999 lors des élections Européennes, l'ex-préfet Marchiani présente sur la liste menée par Philippe de Villiers et Charles Pasqua. Avec plus de 13% des voix, la liste dépasse celle d'un certain Nicolas Sarkosy. Jean Charles Marchiani est élu député européen, point d'orgue d'une carrière bien remplie. Lorsque prend fin son mandat en 2004, il est nommé préfet "hors cadre" jusqu'à sa retraite en 2008.

E. D.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa