Pascal Robaglia : trouver une galerie, c'est construire un désir

Le galeriste Pascal Robaglia livre ses recommandations aux artistes qui souhaitent trouver le meilleur lieu d’exposition en adéquation avec leur CV et leur œuvre. Spécialiste du street art, Pascal Robaglia est avant tout un dénicheur de talents - qu’ils soient artistes ou... acheteurs. Rencontre.

Galeriste depuis une bonne vingtaine d’années, Pascal Robaglia vente aussi bien le street art qui s'expose hors les murs... qu'entre les murs. A ce titre, il a reçu et promu  de nombreux artistes désireux d'exposer dans ses murs. Pascal Robaglia vous conseille.

Quel enseignement tirez-vous de cette expérience in situ dans une grande galerie parisienne ?

Pascal Robaglia : L'aspect le plus important de l'approche d'une galerie qui corresponde à votre production artistique est de prendre votre temps. Ne soyez pas pressé. La pire chose que vous puissiez faire est de montrer vos œuvres à une galerie sans avoir la moindre idée de qui ils sont, de leur histoire, de ce qu'ils représentent, du type d'art ou d'artistes qu'ils représentent, de leur politique, des fourchettes de prix dans lesquelles ils vendent généralement l'art, ou d'autres détails sur la façon dont ils opèrent.

Comment appréhender une galerie ?

Pascal Robaglia : Si vous voulez avoir une chance de réussir à obtenir une galerie pour vous donner une exposition, représenter votre art ou même vous faire remarquer, vous devez mettre à jour votre base de connaissances, et une fois que vous l'avez fait, écrivez et peaufinez une présentation efficace qui est adaptée à la personne ou à la galerie avec laquelle vous voulez entrer en contact. Il est vivement déconseillé de se présenter dans une galerie que l'on connaît à peine, comme un parfait inconnu, sans aucune préparation préalable - en ligne, en personne ou autre - et de leur demander de regarder votre portfolio ou de vous donner une exposition ou quoi que ce soit d'autre qui ne vous mènera nulle part.
Vous devez considérer le processus d'identification et de présentation de votre art à des galeries particulières comme un investissement important dans votre avenir en tant qu'artiste et réaliser que le développement d'une approche efficace prend du temps. Vous ne pouvez pas entrer avec des attitudes comme "Je me fiche de l'endroit où j'expose tant que j'expose quelque part" ou "A quelle vitesse puis-je trouver une galerie" ou "Si une galerie n'aime pas mon travail, j'irai à la galerie d'à côté et je leur montrerai" ou "Vous êtes une galerie, vous avez des murs, je suis un artiste, j'ai de l'art – ça va forcément fonctionner pour nous deux !". De telles approches sont tout simplement irresponsables et paresseuses. Si vous n'y investissez pas de temps, pourquoi devraient-ils faire la même chose pour vous ? Le processus d'introduction ou de présentation de vous-même et de votre travail à n'importe quelle galerie est d'indiquer clairement comment et pourquoi vous les avez spécifiquement identifiés comme un lieu potentiel pour votre art, pourquoi ils devraient envisager de l’exposer, et pourquoi vous tenez à le montrer là-bas.

Portrait d'un galeriste spécialisé dans la photo © F/1.4 - À pleine ouverture


L’approche d’une galerie passe par un phase d’enquête ?

Pascal Robaglia : Oui, on est dans la recherche de renseignement. Pour commencer, inscrivez-vous à la newsletter de la galerie ou à la liste d'annonces. De cette façon, vous pouvez suivre l'actualité de la galerie, obtenir des invitations à leurs vernissages ou événements, apprendre comment ils présentent et écrivent sur leurs artistes, voir quels types d'art et d'artistes ils ont tendance à représenter, comment ils décrivent leur travail artistique, comment ils présentent leurs expositions à venir et comment ils communiquent avec leur clientèle. En parallèle, parcourez l'ensemble du site Web de la galerie. Là, vous en apprendrez beaucoup plus sur qui ils montrent, ce qu'ils montrent et comment ils présentent au public. Comprendre d'où vient une galerie, son point de vue sur le monde de l'art et les types spécifiques d'art et d'artistes qu'elle représente est essentiel pour s'assurer que votre art correspond à son programme. Suivez toutes les galeries qui vous intéressent sur les médias sociaux, et plus important encore, « likez » et parfois commenter leurs messages. Cela suppose bien sûr que vous avez quelque chose d'authentique et de constructif à dire, et que vous ne vous engagez PAS avec eux à des fins purement promotionnelles. Il y a de bonnes chances qu'ils vous remarquent, et peut-être même qu'ils consultent vos pages de médias sociaux, votre profil ou votre site Web. Vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur la façon dont les galeries interagissent avec leurs fans et leurs followers en faisant cela, vous pouvez plus facilement déterminer si elles conviennent à votre travail ou non. Et ils peuvent aussi apprendre beaucoup de choses sur vous.

Suivre les galeries ciblées online vous affranchit-il pour autant d’un travail de visite sur le terrain ?

Pascal Robaglia : Non, c’est pourquoi, je recommande dans la mesure du possible de visiter personnellement la galerie. Souvent, une visite vous permet de vous faire une idée assez précise de la pertinence d'une galerie pour vous. Si vous préférez rester anonyme, allez à l'un (ou de préférence plusieurs) de leurs vernissages. Si vous êtes d'accord pour qu'on vous remarque, allez-y pendant les heures normales d'ouverture. Regardez l'art, voyez comment il est étiqueté, organisé et présenté, prenez ou lisez tous les documents imprimés qu'ils distribuent, et portez attention aux détails physiques de l'espace - aménagement, bureaux, bibliothèque, salles d'exposition, arrière-salles, etc. Quoi que vous fassiez, soyez détendu et résistez à l'envie de commencer à parler de vous et de votre art. Considérez ceci comme une mission d'enquête, rien de plus. Ne brûlez pas les étapes. Si, après des visites personnelles, sur le site Web ou dans les médias sociaux, vous pensez toujours que l'approche de la galerie est une bonne idée, continuez à visiter au moins leurs expositions sur une période de trois à six mois - ou de trois à six expositions. Si vous n'êtes pas en mesure de visiter physiquement la galerie, surveillez régulièrement leur site Web et leurs pages sur les réseaux sociaux et suivez leurs activités. Si vous avez des questions sur l'art qu'ils montrent, posez des questions ou envoyez des courriels, mais limitez vos interactions à cela. Ensuite, pourquoi ne pas simplement passer du temps à regarder les expositions, voir comment ils l'organisent et le présentent, ce qu'ils écrivent ou disent à son sujet, combien ça coûte, etc. Votre mission première à ce stade est de recueillir de l'information.

Exposer dans une galerie, c'est installer une relation de désir Exposer dans une galerie, c'est installer une relation de désir

Après ces recherches, qu’est-ce qui fera que le « courant passera » entre le galeriste et l’artiste ?

Pascal Robaglia. C’est plus qu’un détail, c’est vraiment essentiel. Si vous voulez finalement aborder une galerie avec votre art, vous feriez mieux de bien comprendre de quoi il s'agit et pourquoi votre art et votre vocation en tant qu'artiste correspondent aux œuvres qu’ils exposent, leurs artistes, leur programmation et leurs points de vue. Deux autres points très importants : Tout d'abord, soyez relativement exclusif sur les galeries que vous contactez. Aucune galerie ne veut montrer un artiste qui a présenté son travail à toutes les galeries de la ville. Tout se sait. Pourquoi donner une expo à un artiste qui a écumé vainement les galeries concurrentes et entendre ces dernières répandre des bruits tels que "Cet artiste est venu à nous aussi, et nous avons refusé l'œuvre". Deuxièmement, quelle que soit la galerie que vous approchez, assurez-vous d'avoir un nouvel ensemble d'œuvres qui n'ont pas été montrées ailleurs, qu'elles soient déjà terminées ou en voie de l'être. Aucune galerie ne veut exposer des œuvres qui ont déjà été exposées dans d'autres galeries ou en ligne et qui n'ont pas encore été vendues. Si vous n'avez pas de nouvelles œuvres en voie d'achèvement ou déjà terminées, attendez de vous présenter ou de présenter votre art jusqu'à ce que vous ayez quelque chose d’inédit à montrer. Peu importe la galerie que vous contacterez, personnalisez votre présentation. N'utilisez pas la même approche encore et encore et encore. Sachez qui vous contactez par leur nom, quel est leur titre et ce que vous allez dire sur eux ou sur leur galerie (ou les deux) pour démontrer que vous avez clairement fait vos « devoir »s - et que vous vous souciez réellement de qui ils sont et de ce qu'ils représentent. Les galeries sont extrêmement douées pour repérer les artistes qui n'ont pas fait le travail de préparation nécessaire à l'avance et ignoreront probablement toute tentative de se présenter ou de présenter leur travail.

Un dernier conseil pour mettre toutes les chances du côté de nos lecteurs ?

Pascal Robaglia : Si vous êtes plus jeune, moins expérimenté ou si vous n'avez pas beaucoup de CV, restez avec des galeries près de chez vous qui montrent principalement des artistes nouveaux ou émergents. On pourrait appeler cela "l'avantage du terrain". Les galeries qui montrent des artistes d'autres villes ou pays montrent presque toujours ces artistes parce qu'ils se sont déjà fait un nom là où ils vivent et travaillent. Vous pouvez certainement approcher des galeries à l'extérieur de votre région, mais sachez que la géographie fait une différence, surtout au début.

J’insiste là-dessus : des visites personnelles et l'étude du site Web d'une galerie et des pages des réseaux sociaux sont nécessaires avant que vous ne preniez contact de quelque façon que ce soit. Passez en revue leur calendrier d'exposition, leurs expositions individuelles, voyez quels types d'artistes ils représentent, lisez les déclarations d'artistes et les déclarations d'expositions, lisez l'histoire de la galerie et, bien sûr, voyez quelles sont leurs politiques et procédures pour rencontrer des artistes ou accepter de voir leurs travaux (certains ont cette information sur leur site Web). Tout au long de ce processus, continuez de développer et d'affiner votre position sur la façon dont vous vous intégrez - et pourquoi ils devraient considérer votre travail.

Pourquoi ne pas poussez votre travail d’approche en lisant aussi les présentations des artistes déjà exposés sur leurs sites web ? Plus vous avez d'histoires et d'antécédents sur les artistes d'une galerie, mieux vous serez préparé à argumenter votre cas sur la raison pour laquelle vous correspondez aux critères de la galerie.

Restez honnête avec vous-même - à tout moment. Êtes-vous vous vraiment dans la même veine que les artistes déjà exposés dans la galerie que vous convoitez ? Avez-vous un CV comparables aux leurs? Êtes-vous aussi actif en tant qu'artiste depuis aussi longtemps qu'eux ? Sont-ils dans votre tranche d'âge ? Ont-ils tendance à vivre localement ou sont-ils plus nationaux ou internationaux ? Avez-vous eu autant de publicité, de prix ou de distinctions au cours de votre carrière qu'eux ?

La fourchette de prix est-elle semblable à la fourchette de prix dans laquelle votre art se vend (j’entends par là ce qui signifie non pas le prix auquel vous l'évaluez, mais combien il se vend réellement) ? La plupart des galeries vendent des œuvres d'art dans des fourchettes de prix uniformes et fixes, disons de 2000 € à 5000 € ou de 10 000 € à 30 000 €, par exemple, et ont tendance à ne pas s'écarter de ces fourchettes. Restez raisonnablement sûr de pouvoir démontrer, en vous basant sur votre curriculum vitae et vos ventes passées, que votre art est un bon rapport qualité-prix.

Si vous êtes vraiment un fan d'une galerie, vous pourriez penser à offrir d'y travailler, même sur une base volontaire, en supposant que vous aimez vraiment et respectez ce qu'ils font. C'est une excellente façon de mieux les connaître et de faire des progrès dans la communauté artistique locale. Peut-être offrir d'aider à l’accrochage, à faire du travail de bureau ou de les aider lors des vernissages. La volonté de s'impliquer fortement démontre non seulement votre engagement envers ce que représente la galerie, mais aussi envers la communauté artistique dans son ensemble. Des galeries comme les artistes qui veulent sérieusement faire partie de l'action. N'insistez pas sur le sujet s'ils ne sont pas intéressés. Rendez-vous simplement disponible. Et même si vous y travaillez, mais que vous n'obtenez pas votre expo, c'est toujours une excellente façon de rencontrer des gens et de savoir qui est qui. L'avantage de l'approche lente, délibérée et globale est que plus vous passez du temps à connaître une galerie, plus vous serez certain de savoir comment et pourquoi votre art s'intègre à la galerie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.