Emily Lever
journaliste freelance
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2018

Le swatting, une plaisanterie potentiellement mortelle

Aux Etats-Unis, le "swatting" est en quelque sorte une farce qui consiste à provoquer une descente de la police chez la victime—une plaisanterie qui peut facilement tourner au vinaigre, surtout dans un pays où la police est de plus en plus militarisée.

Emily Lever
journaliste freelance
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des policiers armés d'équipements militaires font une descente chez un particulier © Courier & Press

Au temps des téléphones fixes, avant l'accès généralisé à Internet à la maison, les canulars téléphoniques étaient un jeu d'enfants comme un autre. Les plaisantins répétaient des gags vus à la télé, en attendant que leur interlocuteur raccroche (après une trentaine de secondes) pour laisser éclater leurs gloussements.

Avec les mobiles et les services d'identification de l'appelant—et l'apparition d'autres façons de se divertir—ce genre de farce semble avoir disparu, du moins chez les enfants. De nombreuses émissions de radio font du canular téléphonique un fonds de commerce. Et à la télévision, dans un épisode de "Touche pas à mon poste," Cyril Hanouna avait piégé sept personnes (dont six hommes homosexuels) qui croyaient parler de sexe dans le cadre d'une conversation privée, sans savoir qu'ils étaient en direct. Le canular était d'autant moins drôle puisque l'un des hommes, reconnu à sa voix, s'était fait virer de chez lui par ses parents.

Aux Etats-Unis, le canular téléphonique admet une variante (encore) plus risquée, le swatting, qui consiste à appeler les urgences pour un motif inventé de toutes pièces. Le but est de provoquer une descente de police chez la victime de la farce. Loin d'infliger à sa cible un simple démêlé avec l'administration, un appel fantaisiste à la police peut mettre des vies en danger. 

L'un des derniers civils abattus en 2017 par la police américaine, Andrew Finch, a été victime d'un swatting. Le 28 décembre, la police de Wichita (Kansas) reçoit un faux appel décrivant une situation dramatique: une dispute familiale qui avait dégénéré en homicide puis en prise d'otages, avec menaces d'incendie.

La police accourt à l'adresse donnée dans l'appel, celle d'Andrew Finch, sans se rendre compte que le drame qu'ils comptent interrompre est fictif. Finch entend un bruit dehors et part à la recherche de sa source. Il sort et découvre la police sur le pas de sa porte; ils braquent leurs armes sur lui. Il porte la main à sa ceinture (selon la police) et est abattu. La police constatera plus tard que Finch n'était pas armé. 

Le procureur n'a pas encore déterminé s'il allait poursuivre le policier qui a tiré sur Finch. Quant au chef adjoint de la police, Troy Livingston, il rejette entièrement la faute sur le mauvais plaisant qui a passé le coup de téléphone.

L'auteur présumé du faux appel, Tyler Bariss, aurait commis le forfait depuis la Californie. Deux joueurs de Call of Duty s'étaient disputés, l'un des gamers a donné une fausse adresse à l'autre, et ce dernier contacte quelqu'un—supposément Bariss—pour lui demander de swatter son rival. Selon la mère de Finch, le défunt ne jouait pas à Call of Duty, ce qui suggère que Finch était étranger à la dispute.

La personne qui dit avoir contacté Bariss pour lui commanditer le swatting a révélé—sous condition d'anonymat, pour éviter de s'attirer l'opprobre d'autres gamers—que Bariss était un habitué du swatting. "Il est majeur et vacciné et ce n'est pas le première fois qu'il fait ce genre de chose," a confié un autre gamer à CNN. Selon deux autres gamers qui connaissent Bariss, le jeune homme avait pris pour nom d'utilisateur @SWAuTistic sur les réseaux sociaux: un mélange de "SWAT," l'origine de "swatting," et "autistic" (autiste). Il a par ailleurs reconnu qu'il avait été payé pour swatter par le passé.

La mort d'Andrew Finch est le fruit non seulement d'un malheureux hasard, mais aussi le convergence de deux phénomènes sociaux: le cyber-harcèlement et la violence policière.

Le swatting est monnaie courante parmi certains gamers, en particulier des jeunes hommes révoltés, et peut souvent être la culmination d'une campagne de harcèlement en ligne. Les membres du mouvement gamer anti-féministe Gamergate—connus pour leur penchant pour le harcèlement coordonné en masse sur les réseaux sociaux ou encore le doxxing, qui consiste à rendre publiques les informations privées d'une cible—sont souvent des adeptes du swatting.

Le swatting est une sorte de divertissement pour une communauté réactionnaire, transgressive et portée sur la violence (beaucoup considèrent Gamergate comme le berceau de l'"alt-right," un mouvement néo-fasciste proche de Donald Trump), mais c'est avant tout une pratique rendue possible par la violence et l'évolution autoritaire de police. 

"Swatting" vient du SWAT, une unité spécialisée des forces de l'ordre, munie d'équipements militaires. Destiné (à l'origine) à des situations exceptionnelles telles que des prises d'otages ou des captures de suspects liés au crime organisé, le SWAT voit aujourd'hui son champ d'action s'élargir. Les forces de l'ordre lui font régulièrement appel pour des arrestations pour des petits délits liés à la drogue. En 2014, en Géorgie, une unité SWAT a défoncé la porte d'une maison, grenades sonores au poing, pour interpeller un homme qui avait vendu une petite quantité de méthamphétamine à un policier en civil.

En parallèle, la police "ordinaire" emboîte le pas au SWAT et se munit d'armes reprises directement à l'armée. Le Département de la défense américain a "légué" 1,5 millions d'articles aux polices locales depuis 2006, y compris des fusils M16, des véhicules anti-mines, des lignes de mire et des baïonnettes. 

Le swatting implique donc de faire venir au moins une demi-douzaine d'agents armés jusqu'aux dents chez un individu qui ne s'y attend pas et qui ne maîtrisera pas forcément sa réaction. Par ailleurs, des vidéos de violences policières qui ont circulé sur internet suggèrent qu'un civil face à un policier peut perdre la vie même s'il ou elle adopte un comportement pacifique. C'était le cas notamment pour Daniel Shaver, l'un des 963 civils tués par les forces de l'ordre en 2016; une vidéo montre Shaver en train de ramper sur le sol et de supplier la police de ne pas tirer.

A l'heure où de tels faits divers sont extrêmement bien documentés, le swatting apparaît comme un acte d'autant plus inconscient ou déséquilibré. Cette pratique signale une radicalisation de certains jeunes hommes américains, l'adoption d'une attitude de plus en plus désinvolte envers une violence non seulement verbale mais physique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées