emmanuelalcarazrecherche
Journal de bord d'un enseignant et d'un chercheur en histoire du maghreb
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 nov. 2022

emmanuelalcarazrecherche
Journal de bord d'un enseignant et d'un chercheur en histoire du maghreb
Abonné·e de Mediapart

Ma réponse à Amar Mohand Amer

emmanuelalcarazrecherche
Journal de bord d'un enseignant et d'un chercheur en histoire du maghreb
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n'ai pas pour habitude de commenter les recensions universitaires dans des revues scientifiques. Mais, je suis bien obligé de le faire lorsque des informations publiées sont inexactes. L'historien Amar Mohand Amer a réalisé pour la revue Mémoires en jeu(Numéro 17 automne 2022) une recension de mon livre histoire de l'Algérie et de ses mémoires des origines au hirak publié chez Karthala avec une préface de Guy Pervillé. Son travail a globalement d'ailleurs un avis positif au sujet du livre. Mais, sur quelques points qui m'ennuient, je suis obligé de répondre. 

Amar Mohand Amer écrit: "Plus discutable encore est le fait d'évoquer la violence à Oran le 5 juillet 1962 et qualifier cet événement de "massacres des Européens d'Algérie à Oran(...)", sans préciser que ce même jour des musulmans ont également péri ou ont été blessés..."

Il suffit de consulter mon livre pour voir que je n'ai pas écrit cela. A la page 161 dans mon récit du 5 juillet 1962: "L'origine du premier coup de feu n'est toujours pas identifiée...Des victimes européennes et musulmanes sont immédiatement à déplorer dans plusieurs points du centre-ville, à proximité de la place d'armes et de la gare centrale..."

Je suis désolé de devoir pointer cette erreur. Mais je ne peux pas laisser passer cela dans le sens où je respecte tous les morts. Je ne fais pas de tri en fonction de leur origine ou de leur religion. 

Auparavant, Amar Mohand Amer me reproche d'avoir écrit "La guerre d'Algérie commence avec le massacre colonial du 8 mai 1945 et se termine par le massacre des Européens d'Algérie à Oran le 5 juillet 1962". D'autres auraient pu écrire qu'elle s'achève par la crise du Front de libération nationale de l'été 1962, titre de la thèse d'Amar Mohand Amer, autrement dit une guerre civile entre Algériens. De telles phrases soulignent simplement l'atrocité de cette guerre à la fois franco-algérienne, franco-francaise et algéro-algérienne. Mais, il est vrai aussi que cette guerre s'achève par la joie du peuple algérien qui accède à l'indépendance mettant ainsi un terme à 130 ans de colonisation francaise. 

Les travaux de Fouad Soufi et aussi d'Amar Mohand Amer, qui m'a fourni d'utiles informations à l'occasion d'un entretien, sont abondamment cités dans mon ouvrage. Je le remercie au passage pour sa collaboration. Tout à fait d'accord avec lui pour dire que d'autres travaux historiques individuels et collectifs sont nécessaires sur le 5 juillet 1962. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte