emmanuelalcarazrecherche
enseignant et chercheur en histoire du maghreb
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2022

Mémoires algériennes : « Le “en même temps” d’Emmanuel Macron a des limites »

emmanuelalcarazrecherche
enseignant et chercheur en histoire du maghreb
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

TRIBUNE publiée dans La Croix le 27 janvier 2022. Emmanuel Alcaraz regrette que la politique mémorielle d’Emmanuel Macron sur l’Algérie ait été marquée par des « petits pas » et un « en même temps » qui a tenté de concilier les irréconciliables et a provoqué des crises diplomatiques. Pour l’historien, la seule boussole du président sur ce sujet semble avoir été le calcul politique

  • Les 21 et 22 janvier s’est tenu à la BnF et à l’Institut du monde arabe le colloque « Colonisation et guerre d’Algérie : oppositions intellectuelles ». Cette manifestation est la réponse de la présidence de la République à la préconisation du rapport Stora qui demandait un colloque dédié aux refus de la guerre d’Algérie. L’ambiguïté se précise dès le programme du colloque. S’agit-il d’évoquer les oppositions d’intellectuels à la guerre d’Algérie ou d’évoquer les oppositions entre intellectuels sur le sujet ? Dans le second cas, on est loin des préconisations du rapport Stora. Le public a pu être surpris d’entendre des communications sur les engagements divergents d’intellectuels face à la guerre d’Algérie évoquant Jacques Soustelle, défenseur acharné de l’Algérie française, mais aussi Frantz Fanon, théoricien de la violence révolutionnaire anticoloniale. Une autre communication traite d’Alexis de Tocqueville, qui n’est pas une figure du refus de la colonisation. Des grandes personnalités sont absentes du colloque : l’écrivain algérien Mouloud Feraoun, assassiné par l’OAS avec ses cinq collègues inspecteurs de l’éducation nationale, le général de la Bollardière, seul officier supérieur ayant refusé la torture, ainsi que de grands intellectuels chrétiens comme Louis Massignon et Henri-Irénée Marrou.
  • la suite sur: 

https://www.la-croix.com/Debats/Memoires-algeriennes-Le-meme-temps-dEmmanuel-Macron-limites-2022-01-27-1201197165

Emmanuel Alcaraz, Agrégé d’histoire et de géographie, docteur en histoire (Mesopolhis, Sciences Po Aix)

Dernier ouvrage paru : Histoire de l’Algérie et de ses mémoires, des origines au « hirak », Karthala, 2021.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS