Emmanuel_Cattier

webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi

Sa biographie
Très jeune, vers l'âge de 17 ans, j'étais intimement convaincu que je ne pourrai pas faire mon service militaire à cause de mes convictions chrétiennes. Rien dans mon entourage ne me prédisposait à un tel choix. J'habitais alors Neuilly-sur-Seine et n'en parlais même pas à mes camarades scouts de France. J'étais très embêté car je ne voyais pas comment je pourrais faire pour refuser ce service militaire. Je ne voyais que la solution de la coopération en Afrique, mais je ne voyais pas comment. Puis j'ai découvert, par des copains, l'existence du statut d'objecteur de conscience. J'avais donc un choix. Au moment de me décider, j'ai rencontré le CRIDEV à Rennes (Centre rennais d'information pour le développement). C'était vers 1974. On m'y a aidé à comprendre que si je faisais de la coopération, je ferai en fait le contraire de ce que je croyais. On ne parlait pas encore de Françafrique, mais c'était le sens de ce qu'on me disait. J'ai donc choisi d'envoyer ma lettre de demande de statut d'objecteur de conscience au ministre des armées. Ce statut me fut accordé. Plus tard, alors que je venais de démissionner d'un conseil municipal en Bourgogne, je fus averti que des Maires de Haute-Savoie, marchaient à pied vers Paris, avec des militants, pour dénoncer la politique de coopération française qui n'allait pas vers les véritables besoins des africains. Ces marcheurs, s'arrêtaient dans toutes les mairies. Leur trajet passait par mon village. Le Maire et moi-même mirent entre parenthèse notre conflit pour les accueillir (ma démission n'avait pas encore été acceptée). C'est ainsi que je fis la connaissance de l'association Survie qui organisait cette "marche des maires", puis bien sûr de François-Xavier Verschave qui allait quelques années plus tard créer le concept de Françafrique, aujourd'hui tombé dans le langage courant de nos médias. J'ai donc cheminé pendant 25 ans avec Survie, et notamment j'ai participé à la création de la Commission d'enquête citoyenne en 2003, dont les travaux devinrent publics à partir de 2004. Aujourd'hui je ne suis plus formellement adhérent de Survie, mais je continue de participer avec cette association à tout ce qui touche à l'implication de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda.
Son blog
7 abonnés Le blog de Emmanuel_Cattier
Voir tous
  • Rwanda, Florence Parly rassure l'armée avec des propos faussement impartiaux

    Par
    Dans une réponse de la ministre de la défense à un député, Florence Parly confirme une fois de plus la soumission des ministres de la défense à l'armée. Elle fait donc clairement preuve d'un manque d'autorité sur un sujet particulièrement grave, dont visiblement elle ne connait rien d'autre que la vox de l'état-major français. Cet embourbement dans un conflit d'intérêt évident est inacceptable.
  • France-Rwanda, la politique des petits pas

    Par
    La conférence de presse commune entre le président Paul Kagame et le Président Emmanuel Macron ouvre une lucarne sur l'avenir des relations entre la France et le Rwanda. Le chemin ouvert apparait à bien des égards très original.
  • Rwanda, génocide des Tutsi, un plan concerté

    Par
    Plusieurs voix en France soutiennent l’idée que le génocide des Tutsi aurait été un génocide spontané. Elles apportent comme argument que ce génocide serait une réaction à l’assassinat du Président Habyarimana. Or l’étude des faits ne permet en aucun cas de conserver cet argument sans en faire une idéologie négationniste.
  • Aux glorieux anonymes qui défendent l'action de la France au Rwanda

    Par
    Depuis 2017 une loi condamne le négationnisme du génocide des Tutsi. La négation de la "présomption" de complicité dans le génocide des Tutsi d'acteurs français au Rwanda est virulente sur Mediapart. Elle fait partie du crime de génocide. Il est difficile de ne pas reconnaitre de bonne foi cette complicité.
  • Il faut sortir du journalisme gaulois

    Par
    L'interview d'hier m'a déçu .... à cause des journalistes