Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

144 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2014

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

En RDC 4 millions de morts ou cent quatre vingt trois mille morts ?

Une étude d'un cabinet de démographes, l'ADRASS, qui remet en cause la doxa des millions de morts en RDC à cause des guerres, estime à 183000 (cent quatre vingt trois mille) le nombre de morts au Congo sur la période 1998-2004. Or il se trouve que cette étude est la seule qui ait été faite par des démographes.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je rappelle que le rapport Mapping, qui couvre la période de 2003 à 2013, botte en touche sur ce problème du nombre de morts, contrairement à tout ce que disent ceux qui prétendent l'avoir lu.....

Etude de l'ADRASS : http://adrass.net/WordPress/wp-content/uploads/2010/12/Surmortalite_en_RDC_1998_2004.pdf

Site de l'adrass :

http://adrass.net/

Que dit le rapport Mapping à ce sujet ? Je n'ai trouvé que ceci :

  • Rapport Mapping page 49"Ces dix années ont, en effet, été marquées par une série de crises politiques majeures, des guerres ainsi que de nombreux conflits ethniques et régionaux qui ont provoqué la mort de centaines de milliers, voire de millions de personnes 87" 
  • "Note 87 : L’International Rescue Committee (IRC) a mené quatre études sur la mortalité en RDC entre 1998 et 2004. Selon l’IRC, depuis le début de la deuxième guerre en août 1998 jusqu’à la fin du mois d’avril 2004, environ 3,8 millions de personnes auraient péri, victimes directes ou indirectes de la guerre et des conflits armés. Il est à noter cependant que la méthodologie retenue par l’IRC pour déterminer le nombre de morts indirects repose sur des études épidémiologiques et des estimations de croissance démographique qui ont pu être contestées. Compte tenu de son mandat, il ne revenait pas au Projet Mapping de se prononcer sur le nombre total de personnes mortes ou tuées du fait de la situation en RDC au cours de la période considérée."

http://cec.rwanda.free.fr/informations/pre-rapport-ONU-RDC.html (page créée en 2010)

Voir aussi l'article du Monde Diplomatique de janvier 2014 "Jours d'après guerre au Congo - Polémique  sur les massacres" Michel Galy

Il apparait donc que cette histoire de 4, voire 6 millions de morts (voire 7 millions de morts selon Péan si ma mémoire est bonne) serait une extravagance ahurissante.

Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Cela sert sans doute à des ONG pour récupérer des subventions. Cela sert sans doute à justifier la Monusco, force des nations unies de plus de 25000 personnes, qui engloutit chaque année un milliard et demi de dollars. Mais dans quel but ? Probablement pour réguler les querelles indirectes de multinationales qui s'approvisionnent dans la région et se mène une guerre d'approvisionnement par instrumentalisation des nombreuses bandes armées de la région dont les fameuses FDLR issues des génocidaires rwandais de 1994.

Effectif de la Monusco selon son site, rubrique Faits et chiffres :

http://www.un.org/fr/peacekeeping/missions/monusco/facts.shtml

extrait de la page "Faits et chiffres de la Monusco" Situation au 31 mars 2013

Effectifs déployés au 31 mars 2013

25 698 personnes au total, dont :

  • 21 189 membres du personnel en uniforme, dont :
    • 19 514 soldats
    • 517 observateurs militaires
    • 1 158 policiers
  • 3 963 membres du personnel civil (au 31 janvier 2013), dont :
    • 990 membres du personnel civil international
    • 2 973 membres du personnel civil local
  • 546 volontaires des Nations Unies

Pertes en vies humaines

  • 42 militaires
  • 4 policiers
  • 3 observateurs militaires
  • 12 membres du personnel civil international
  • 11 membres du personnel civil local
    _____
  • 72 au total

Aspects financiers

  • Méthode de financement : Les crédits ouverts aux fins du financement de laMONUSCO sont portés à un compte spécial.
  • Budget approuvé (du 1er juillet 2013 au 30 juin 2014) : 1 456 378 300 dollars [A/C.5/68/21]

Pays contributeurs

Effectifs militaires

Afrique du Sud, Algérie, Bangladesh, Belgique, Bénin, Bolivie (État plurinational de), Bosnie-Herzégovine, Brézil, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chine, Égypte, États-Unis d'Amérique, Fédération de Russie, France, Ghana, Guatemala, Guinée, Inde, Indonésie, Irlande, Jordanie, Kenya, Malaisie, Malawi, Mali, Maroc, Mongolie, Népal, Niger, Nigéria, Pakistan, Paraguay, Pérou, Pologne, République tchèque, République-Unie de Tanzanie, Roumanie, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord de Grande Bretagne et d'Ireland du Nord, Sénégal, Serbie, Sri Lanka, Suède, Suisse, Tunisie, Ukraine, Uruguay, Yémen et Zambie.

Personnel de police

Bangladesh, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Djibouti, Fédération de Russie, Égypte, France, Guinée, Inde, Jordanie, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, République centrafricaine, Roumanie, Sénégal, Suède, Suisse, Tchad, Togo, Tunisie, Turquie, Ukraine et Yémen.

:

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte