La crispation caricaturale d'une laïcité déifiée

Nous en sommes là. Le président de la République française organise son discours mondial sur la liberté d'expression autour de dessins potaches de mauvais goût, signifiant clairement que Mahomet serait un con.

J'aime bien la position de Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, que je résume ainsi : on ne peut pas tuer pour des caricatures, mais on doit comprendre que la liberté d'expression doit éviter de blesser des personnes et des peuples.

C'est bien le problème français. On ne veut surtout pas voir que pour se marrer gauloisement on n'hésite pas à blesser au cœur. Et on s'étonne, que dis-je on s'offusque hypocritement, qu'en réponse des individus déséquilibrés rétorquent par une violence physique inacceptable. Bien sûr on constate que ces comportements sont encouragés par des idéologues musulmans traumatisés par la domination occidentale et surtout l'invasion mondiale de sa civilisation de "mécréants". Des dirigeants musulmans, mélangeant intérêts politiques et défense de droits de l'homme, comme le font aussi les dirigeants "laïcs", renforcent ces idéologues par des attitudes ambigües, voire des doubles jeux. C'est de la politique, ce n'est pas de la religion.

Ce fanatisme islamiste, puisque c'est ainsi qu'on l'appelle, est une bête féroce. Les terroristes ont des nerfs reliés à cette idéologie, mais autodécisionnels. Ils se déclenchent d'eux-mêmes, solitairement ou par petits groupes ayant le sentiment d'accomplir une mission divine, en fait diabolique. Est-ce qu'un dompteur de bête féroce s'amuse à provoquer inutilement la bête ? Serait-ce une faiblesse que d'éviter de s'arcbouter sur une attitude qui met la bête en rage ?

En quoi avons-nous besoin pour notre exigence existentielle d'affirmer que Mahomet serait un con par des dessins stupides et potaches ? N'y a-t-il pas derrière des intérêts politiques, lié au Proche-Orient par exemple, voire des idéologies destructrices occidentales ? Qu'on caricature des personnalités publiques, on peut l'accepter, encore que je trouve parfois ces caricatures bêtes et méchantes et donc utiles à leurs seuls auteurs. Mais caricaturer de façon obsessionnelle ce qui fait le fondement d'une civilisation actuelle est, à mon avis, une erreur grave d'appréciation, une crispation pavlovienne qui en appelle une autre en retour. C'est peut-être ce que cherchent des idéologies destructrices occidentales, plus ou moins confrontées à l'Islam, qu'il faudrait identifier. La "liberté d'expression" a peut-être bon dos.

On accuse les réseaux sociaux de répandre la haine. La première cause de l'irresponsabilité sur les réseaux sociaux, c'est l'anonymat. On n'assume pas ses propos en se masquant. L'anonymat est la burqa culturelle de la liberté d'expression. Je dénonce les pseudos non assumés publiquement avec leurs véritables identités.

Je propose donc qu'on oblige tous les sites internet français à n'accepter que des identifiants véritablement contrôlés et à refuser tout identifiant qui ne peut pas être contrôlé. Cela permettrait en même temps de lutter contre des ingérences externes sournoises et destructrices, comme l'a vu massivement aux USA. Évidemment ce serait encore mieux si ce genre de mesures étaient acceptées au niveau européen et mondial. Mais cela ne nous empêche pas de commencer chez nous et d'engager ce combat, authentiquement, notamment vers les "GAFAM".

Évidemment les fanatiques français, car il y a aussi des fanatiques en France, vont hurler à la liberté d'expression qu'ils associent à celle de s'exprimer masqué. Il n'y a pas de liberté d'expression authentique si elle n'est pas personnellement assumée. Ou alors la France serait un pays où on ne peut pas s'exprimer ouvertement, un pays où la liberté d'expression est plus ou moins étouffée avec des relents totalitaires. Je crains que ce soit le cas en l'état actuel des choses : de nombreux citoyens ont peur de s'exprimer ouvertement.

Je vois sur Médiapart et ailleurs des membres du "club" qui adoptent une demi-mesure : ils écrivent leurs articles ouvertement et semblent parfois s'exprimer dans les commentaires pour dénigrer sous des pseudos. Ils savent que leur haine est condamnable et se masquent pour la déferler. Beaucoup d'autres sont sous pseudo pour les articles comme pour les commentaires pour dire des choses qu'on n'assume pas publiquement. On invoque des raisons professionnelles et autres. Ce n'est pas très courageux. Cela montre bien que la France, et au-delà la civilisation occidentale, et sans doute dans le monde entier, manquent de liberté d'expression notamment dans les sphères professionnelles. Le monde économique est fortement totalitaire. On assimile une critique grave à une trahison. Un pet de travers et, au mieux, on vous coupe les cordons la bourse. Le monde politique français en est hélas imprégné par osmose… et le monde médiatique aussi.

Alors les caricatures de Mahomet méritent-elles une consécration au niveau du symbole sans craindre que ce ne soit un symbole d'hypocrisie politique et culturelle, voire une déification de laïcs en mal de divin ? En tout cas elles sont clairement une provocation stupide d'une bête enragée.

La liberté d'expression ne doit pas étouffer la liberté de sagesse et de réflexion.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.