Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2022

Rwanda : une journaliste française réputée face à la justice

La journaliste Natacha Poligny est devant la justice pour avoir déclaré sur France Inter à propos du génocide des Tutsi : "on avait des salauds face à d'autres salauds".

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le procès a débuté le 2 mars et se poursuivra le 3 mars.

Ce procès est celui d'un relativisme verbal si cher à ceux qui refusent de prendre en compte les responsabilités "lourdes et accablantes" des autorités françaises dans le génocide des Tutsi. Il leur faut à tout prix diaboliser le FPR, front patriotique rwandais actuellement au pouvoir depuis la fin du génocide des Tutsi, pour le rendre plus criminel que les auteurs du génocide des Tutsi et justifier ainsi le soutien de la France aux génocidaires rwandais.

Derrière la formule "on avait des salauds face à d'autres salauds " il y a la volonté de ranger le FPR comme une organisation génocidaire, aussi génocidaire que les génocidaires Hutupower, ce qui est formellement démenti dans les faits. Aujourd'hui, au Rwanda, si les cartes d'identité ethniques avaient été malheureusement maintenues, on verrait que la très grande majorité de la population aurait toujours une carte cochée Hutu. Le FPR n'a donc pas cherché à exterminer les Hutu. Les Rwandais étaient 7 millions au moment du génocide, ils approchent aujourd'hui les 13 millions.

Le FPR s'est battu contre les génocidaires Hutupower, terme, Hutupower, qui fut lancé par les génocidaires eux-mêmes. Ce fut donc de ce point de vue une guerre civile. Mais en se battant contre la République Hutu, le FPR chercha dans un premier temps à combattre l'exclusion des Tutsi de la société rwandaise.

C'est  factuel, les Tutsi réfugiés dans les pays limitrophes étaient refusés d'entrer dans le pays et les Tutsi de l’intérieur ne bénéficiaient pas comme certains le racontent d'une situation enviable sous le dictateur Habyarimana arrivé au pouvoir par un coup d’État en 1973. Ils devaient souvent ruser pour faire des études à cause d'un quota fixé arbitrairement à 10% de Tutsi, ils entraient rarement dans la fonction publique et surtout les crimes commis contre les Tutsi étaient rarement punis.

Dans un deuxième temps, à partir du déclenchement du génocide,  le FPR a poursuivi les génocidaires Hutupower pour arrêter le génocide. Il y a eu certainement des exécutions sommaires et des massacres dans cette chasse aux criminels génocidaires1, mais le FPR était seul à appliquer la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. La France a totalement ignoré au Rwanda ce que signifiait cette convention de 1948 adoptée à Paris le 9 décembre 1948, prévention et répression du crime de génocide. Le rapport Duclert a clairement montré qu'elle a apporté un soutien sans faille aux génocidaires Hutupower

La phrase de Natacha Pologny, directrice de la rédaction de l'hebdomadaire Marianne2, s'inscrit donc dans le négationnisme de l'implication française au Rwanda. Ce n'est pas un négationnisme frontal du génocide des Tutsi, mais c'est un négationnisme qui veut rendre audible le soutien français aux génocidaires rwandais. C'est inacceptable.

La Convention de 1948 prévoit le cas des complices des génocidaires. Jusqu'à preuve du contraire, quand on fournit des armes à des criminels dont on sait clairement qu'ils veulent accomplir un génocide, quand on abrite à l'ambassade de France la formation d'un gouvernement dont les 2/3 des ministres furent condamnés pour génocide au Tribunal pénal international pour le Rwanda, quand on est le seul pays à accueillir des membres de ce gouvernement (à l’Élysée et au quai d'Orsay) pendant le génocide, quand on les soutient dans les instances internationales à l'ONU, quand on informatise leur fichier des personnes à rechercher et à surveiller3, quand on continue d'armer les génocidaires, pendant et même après le génocide, on est clairement complice selon la loi, même si les autorités françaises n'ont pas partagé l'intention de génocide, qu'elles connaissaient depuis 4 ans, et n'ont pas participé directement au génocide.

Le refus de reconnaître les autorités françaises comme effectivement complices dans le génocide des Tutsi fait partie de ce négationnisme du génocide des Tutsi. Ce crime de complicité dans un génocide est imprescriptible depuis 1948. Cette imprescriptibilité n'a jamais été remise en cause depuis 70 ans. Tous ceux qui sont sur la ligne de cette phrase désastreuse devraient être condamnés pour encouragement à l'impunité dans un crime de génocide.... si la justice française était cohérente avec nos lois, avec les faits et avec nos engagements internationaux. Jusqu'à ce jour, elle s'est le plus souvent montrée incohérente à ce sujet.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles