Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

125 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 nov. 2020

IBUKA : LES RECETTES COMPLOTISTES DE JUDI REVER

Le livre de Judi Rever paru au Canada en langue anglaise tente de protéger les autorités françaises des années 1990 d'accusations de complicité dans le génocide des Tutsi. Ibuka passe ses propos d'un article de Marianne au tamis de l'idéologie génocidaire.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les articles d'Ibuka

Début du premier article :

  • "Le 21 décembre 2019, le magazine Marianne ouvrait ses colonnes à la Canadienne Judi Rever. Décrite comme journaliste freelance par le quotidien canadien anglophone Globe and Mail pour lequel on nous précise qu’elle a publié « de nombreux articles », Rever est aussi l’autrice du livre In Praise of Blood. The Crimes of the Rwandan Patriotic Front (paru en 2018), que les éditions Fayard renoncèrent à publier en France.[1]
  • Cet ouvrage, comme l’article qui fait l’objet de la présente étude, développe une thèse que résume complaisamment Alain Léauthier dans sa courte introduction : selon l’autrice, le Front Patriotique Rwandais, dont la branche armée était alors dirigée par l’actuel président Paul Kagame, aurait « pris part aux massacres des Tutsis, en infiltrant les milices du Hutu-Power. Avec un objectif politique conduit en tout cynisme : s’imposer comme le seul recours légitime face aux génocidaires. »
  • Autrement dit : pour prendre le pouvoir, M. Kagame avait besoin d’un génocide, qu’il aurait donc préparé, déclenché et auquel auraient participé des commandos FPR, dans le but d’y mettre un terme, afin de se poser en sauveur aux yeux du monde et d’asseoir sa domination sur le pays.
  • L’absurdité fondamentale de ce raisonnement devrait suffire à en invalider le potentiel de persuasion. De fait, l’article de Mme Rever prolonge l’œuvre engagée dès 1994 par les avocats des génocidaires visant à « inverser les rôles, à relativiser, à banaliser, à mentir sur la réalité des faits »[2]. Il conduit également à s’interroger sur l’opportunité de sa publication dans un hebdomadaire français bien installé dans le paysage médiatique.
  • Mais du relais donné à l’idée d’un « génocide des Hutus » dès 2000[3], jusqu’aux propos de sa rédactrice en chef actuelle, soutenant que le génocide de 1994 mettait en présence « des salauds face à d’autres salauds »[4], Marianne a depuis longtemps démontré son obsession pour la réécriture et la falsification de l’histoire du génocide commis contre les Tutsi au Rwanda.
  • Mme Rever creuse donc un sillon déjà labouré dans un sens et dans l’autre, tout en rejetant l’accusation de négationnisme que lui vaut sa thèse.
  • L’article de la journaliste canadienne, ainsi que sa présentation par Alain Léauthier représentent un cas d’école de la rhétorique fallacieuse employée par la nébuleuse négationniste, langue composite mêlant confusion conceptuelle, défaut de rigueur méthodologique et manipulation des faits.
  • Les erreurs factuelles – les mensonges ? – qui grèvent la trame de l’article de Mme Rever ont ainsi été exposés par Raphaël Doridant, dans un article récent, étayé et implacable.[5] La présente analyse se concentrera donc surtout sur les artifices formels mis en œuvre dans le but de rendre plausibles des propos absurdes, stratégie commune à tous les négationnismes, mais qui prend un tour spécifique dans le cas du génocide contre les Tutsi au Rwanda.
  • Il s’agira, dans un premier temps, d’exposer la falsification caractérisée de l’histoire des massacres commis à Bisesero, opérée par cet article ; on verra ensuite comment les outils qu’emploie la journaliste canadienne, par leur manque de pertinence et de rigueur, contribuent à brouiller la lecture générale de la planification et du déroulement du génocide contre les Tutsi au Rwanda ; enfin, un troisième moment exposera les ressorts complotistes qui font de cet article un modèle de discours conspirationniste, dont Marianne semble s’accommoder sans grand scrupule."

______________________

  • [1] « Génocide des Tutsi au Rwanda : les éditions Fayard ne publieront pas le livre controversé de Judi Rever », Jeune Afrique, 22 mai 2019.  Les éditions Max Milo ont depuis annoncé la sortie de sa version française pour la fin août 2020, « Génocide des Tutsi au Rwanda : le livre controversé de Judi Rever paraîtra en France », Jeune Afrique, 9 juillet 2020.
  • [2] Assumpta Mugiraneza, « Négationnisme au Rwanda post-génocide », in Revue d’Histoire de la Shoah, n°190,2009, p.288. Sur ce sujet, voir dans le même volume « L’histoire des vaincus : Négationnisme du génocide des Tutsi au Rwanda », p.299-347.
  • [3] « Le Nouveau Scandale du Rwanda », Marianne, 15 mars 2000. La plume anonyme derrière cet encadré évoque tout de même « l’explosion de haine ethnique dont des centaines de Tutsis ont sans doute été victimes ». Tant de scrupules et d’équivoque en quinze mots confine au chef-d’œuvre.
  • [4] « Le Duel », France Inter, 18 mars 2018.
  • [5] Raphaël Doridant, « Négationnisme : Judi Rever au miroir de Bisesero », Billets d’Afrique, n°268, 06/2020. Consultable en ligne : https://survie.org/billets-d-afrique/2020/298-juin-2020/article/negationnisme-judi-rever-au-miroir-de-bisesero.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter