France-Rwanda : les archives du premier ministre

Monsieur Balladur vient de révéler qu'il va ouvrir ses archives au moment de la publication du rapport de la commission Duclert. Chercherait-il à établir une concurrence entre les politiques et les historiens ?

Monsieur Balladur se décide à ouvrir ses archives. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait plus tôt, s'il déplore ce débat interminable qu'il veut rapporter à la seule préoccupation de sa boutique : l'opération Turquoise ? Monsieur Balladur ne dit pas s'il a ouvert ses archives à la commission Duclert. Si ce n'est pas le cas, quel cynisme accompli ce serait. Espérons quand même qu'il l'ait fait.1

(Paragraphe obsolète selon la Note 1) Ce cynisme serait celui-ci :  La commission Duclert travaille depuis bientôt deux ans, et il ouvrirait ses archives quand elle rendra ses travaux. Autant dire qu'on l'aurait laissée travailler de façon bancale pour espérer rendre à dessein ses conclusions obsolètes et prolonger un débat qu'on ne veut surtout pas clore, de crainte de ses conséquences.

Le problème pathologique des hommes politiques français, c'est  la distance parfois océanique entre ce qu'ils prétendent avoir fait, les maigres résultats de leurs actions qu'ils surévaluent, et ce qui s'est réellement passé sur le terrain, à l'opposé de leur centre de préoccupation. Il ne suffit pas de s'être promené d'un coup de jet une journée au Rwanda en bras de chemise sous le soleil au milieu d'officiers plus roués les uns que les autres, pour être le phénix de ceux qui auraient pu arrêter la complicité française  dans le génocide des Tutsi, en laissant entendre que l'objectif fut atteint.

Allons-nous découvrir que Monsieur Balladur aurait tout fait pour stopper la complicité française dans le génocide des Tutsi ? Allons-nous découvrir que Monsieur Balladur aurait tout fait pour empêcher les alliés de la France de commettre le génocide des Tutsi ? Ce serait un scoop !

L'opération Turquoise ne fut que la partie visible de l'iceberg. Cet iceberg est l'un des "mondes de François Mitterrand", un radeau de la Méduse, maquillé en paquebot France par ses affidés. L'iceberg s'est détaché de la France en 1990 et a dérivé dans les eaux du Rwanda pendant 5 ans. C'est la totalité de cette période qu'il importe de prendre en compte et pas seulement le point de vue du sous-traitant gouvernemental de la politique de Mitterrand, la dernière année de cette dérive - même s'il a tenté d'en limiter les excès et désorientations dramatiques, sans excès d'efficacité connus.

Nous aurons de quoi nous rengorger !

1 J'ai découvert le 19 janvier 2021 un article de Ouest-France où il est écrit que la Commission Duclert a effectivement consulté les archives de Monsieur Balladur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.