Note préliminaire : à la suite de mon commentaire, Médiapart a corrigé son article et a signalé cette correction et son origine dans sa "boite noire" en bas de l'article et en en réponse ci-dessous..

Il n'y a pas que la Suède, contrairement à ce qu'affirme l'article, qui extrade au Rwanda. Le Canada notamment, après de multiples péripéties, a extradé un présumé planificateur notoire, célèbre par son discours de 1992, Léon Mugesera. Il avait affirmé pour sa défense qu'il serait tué à son arrivée à Kigali. Il est en cours de jugement depuis un an à Kigali.

D'autres pays (Norvège et USA) et le TPIR lui-même ont accepté des extraditions. La CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme), a constaté que les conditions de procès équitables étaient réunies au Rwanda :

http://www.lextimes.fr/4.aspx?sr=9050

""Concernant la phase du procès, la Cour considère que rien ne permet de douter sérieusement qu'elle sera menée avec indépendance et impartialité. Elle rappelle que le Tribunal pénal international pour le Rwanda a estimé qu'il y avait désormais des garanties en ce sens. Alors qu'il avait toujours refusé de transférer des détenus dans ce pays, il l'a pour la première fois accepté en juin 2011, estimant que les normes internationales en matière de droits de l'homme étaient aujourd'hui respectées. La Cour ajoute que "l'expérience des équipes d'investigation allemandes et de la police norvégienne va dans le même sens, en ce que les autorités rwandaises n'ont interféré d'aucune manière avec leur travail ou les témoins qu'ils ont entendu"

Concernant la sentence probable, il est également relevé que le Rwanda ne condamne jamais à perpétuité à l'isolement des personnes provenant d'États tiers. Le gouvernement suédois avait également invoqué que ce pays avait aboli la peine de mort. 

Concernant l'incarcération, le requérant sera détenu à la prison centrale de Kigali et à la prison Mpanga. La CEDH relève que ces deux lieux "répondent aux standards internationaux" selon le TPIR, le gouvernement néerlandais, le tribunal de district d'Oslo (Norvège) et le Tribunal spécial pour la Sierra Leone qui y a transféré plusieurs condamnés."

J’observe que ce sont les opposants rwandais à Kagame et les courants français traumatisés par leurs échecs et les conséquences de leurs compromissions dans le génocide des Tutsi au Rwanda, qui entretiennent l’idée que la justice rwandaise ne serait pas équitable et qui vouent une haine palpable à Kagame. En réalité la justice rwandaise n’est pas plus inéquitable que celle de la France, en particulier sur la question du Rwanda. Il n’est pas question de sous-entendre ici une mise en cause des magistrats français qui luttent en interne pour que la vérité soit établie, mais les obstructions procédurières, politiques, diplomatiques, et économiques, de la justice, française et internationale, par les autorités françaises depuis 20 ans. Il semble que Chistiane Taubira ait une vision plus saine de cette affaire. Mais je n'en dirai pas autant des "Mitterandiens" qui sont actuellement au gouvernement.

Enfin rappelons que le juge Bruguière a œuvré très activement pour enfumer le corps des magistrats et l’opinion française avec son instruction qui confine à priori au parjure impuni, concernant l’attentat du 6 avril 1994. Cette instruction fut largement médiatisée par les sevices de communication français et leurs porte-paroles. On oublie un peu naïvement que notre armée s'entraine en permanance dans "l'art" de la guerre de communication, au sein de nos médias, ... notamment quand ses intérêts et ceux des politiques au pouvoir sont en jeu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Oui, vous avez raison.

Je l'avais signalé pour le TPIR mais j'avais manqué le Canada.

Je vais rectifier. Merci.