Grand débat, pouvoir d'achat et démocratie

La France est dans la confusion à tous les niveaux. Quelques points à clarifier.

Le grand débat

  1. Le grand débat doit déboucher sur des lois. Qui font les lois en France ? Les parlementaires. C'est donc aux parlementaires d’organiser et de conduire ce débat et de tenir en amont les cahiers des doléances. Ce n'est pas le rôle des maires.
  2. Dire qu'on organise un débat pour écouter les Français et déclarer que certains sujets ne pourront pas être débattus est incohérent. Ce sont les citoyens qui décideront de ce dont ils parlent et indiqueront ce qu'ils veulent modifier.

Les sujets, posés par la France des couleurs (vert, jaune, rouge, bleu et autres), sont ce que les citoyens ne peuvent pas faire entendre dans une démocratie confisquée depuis toujours et que les dernières élections présidentielles et parlementaires n'arrivent toujours pas à résoudre. Cela fait peur à ceux qui ont réussi à faire passer des lois malgré le point de vue de la majorité des Français, voire à détourner le résultat des consultations populaires. Cela fait peur à ceux qui spéculent sur les ratés de la démocratie pour faire de l'argent. Il faut revenir aux fondamentaux. Les Français doivent pouvoir décider notamment :

  1. Des grands choix comme des petits choix de société et de la cohérence de la légalité
  2. Des faits qui doivent être portés devant la justice
  3. Des niveaux de salaires des élus, de la haute administration et des dirigeants économiques
  4. Des correctifs éventuels par le biais de l'impôt
  5. Des ententes internationales et des exigences de gestion de la planète
  6. Des moyens de défense nationale,  des interventions à l'étranger et du secret-défense
  7. Des moyens de contrôle et de stabilité du fonctionnement de la démocratie

Sur le pouvoir d'achat

J'observe par ailleurs qu'on se braque sur les politiques à cause des impôts. Mais l'impôt n'est qu'un régulateur par le moyen de la participation à la caisse commune. La régulation est sans doute inefficace si les dérèglements sont trop importants.

Ce sont les dirigeants économiques qui ont toutes les clés initiales de ces paramètres : contrats de travail, salaires, prix de ventes des produits. C'est aussi sur les lieux de travail que la démocratie est la plus faible. Il n'y a aucune véritable liberté de parole dans les organismes économiques (entreprises, etc.). Ceux qui sont en désaccord doivent quitter l'organisme. Et donc la démocratie économique ne s'exprime que par la concurrence.

Étant strasbourgeois, je fais parfois mes courses en Allemagne. Je voudrais savoir pourquoi certains produits identiques, sont vendus parfois deux fois voire trois fois plus cher en France (farine et mélange tout prêts pour faire du pain ou CD et DVD vierges de même marque  par exemple) et très souvent 20 à 30 % plus cher. L'inverse est assez rare. Le salaire minimum est bas en Allemagne, mais le niveau des prix de ventes des produits est plus bas aussi. Cela démontre qu'en France les dirigeants économiques déraillent si on prend l'Allemagne en référence. Il est visiblement possible de faire baisser le niveau des prix à la consommation dans le même contexte international. J'ai une fois lu une statistique, selon laquelle le prix des services aux entreprises serait plus cher de 20 % en France par rapport à ceux de l'Allemagne. Pourquoi se polariser sur les coûts salariaux, comme explication des problèmes des entreprises quand on sait que les entreprises françaises externalisent de plus en plus leurs services ?

J'ai entendu ceci dans les "formations" pour la création d'entreprise : "c'est vous qui fixez votre rémunération. Vous devez donc déterminer votre revenu en considérant que vous aurez 100 jours de travail facturables sur un an." On voit donc des prix de journée de consultants qui montent à 1500 € la journée, alors que les frais de mise en œuvre ne sont parfois qu'un ordinateur et des logiciels à 500 € par an et une adresse comme siège social qui ne coûte parfois rien si c'est au domicile de la personne.Je fais partie de cette famille professionnelle, mais je ne pratique pas de tels prix. Un avocat, avec qui je n'ai pas fait affaire, m'a jugé gravement déconnecté des réalités à ce sujet.

Nous français, nous manquons peut-être de cohérence dans nos analyses sur les causes de nos dérèglements.

Sur la démocratie ou ce qui en reste, ou plutôt ce qui en est

La raison et l'intelligence ne sont la propriété de personne.

Nous serons obligés de retourner aux urnes si nous n'arrivons pas à sortir de la confusion.

Si nous voulons éviter qu'une autre anarchie s'installe, et donc une autre loi du plus fort, le minimum sera de respecter la constitution française qui existe avec tous ses défauts. Sinon les "GAFAM" prendront définitivement le pouvoir et nous deviendrons comme les pays africains qui ne sortent pas actuellement de la pauvreté ... que nous avons contribué à laisser désespérer dans cette situation en favorisant leurs hommes politiques les plus corrompus pour profiter aveuglément de leur exploitation à travers nos multinationales, nos moyens de communications et de cybernétique électronique, notre industrie automobile, pétrolière et nucléaire, nos interventions militaires, qui doublent voire triplent les salaires des militaires (quand les logiciels de payes de l'armée fonctionnent correctement ... à qui profite cette confusion dans la gestion militaire ?).

Si nous ne faisons pas d'effort de cohérence, d'une certaine manière nous aurons ce que nous méritons dans nos aveuglements politiques et professionnels.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.