Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

138 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2020

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Les statues sont-elles la vérité historique ?

Brigitte Macron estime que déboulonner des statues serait renier notre histoire. Il me semble pourtant que certaines statues sont des mensonges sur notre histoire.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • "Le passé est là. Il ne faut surtout pas le réécrire ou le tuer comme on est en train de le faire avec les statues. Le passé, c'est constitutif de ce que nous sommes. Ça dit quelque chose de nous, même si c'est quelque chose qui ne nous plaît pas. Il est là, donc on doit accepter l'Histoire. C'est très important de ne pas renier l'Histoire, de pas renier notre culture." Brigitte Macron sur France Info le 10/7/2020

Je ne suis pas d'accord avec l'épouse du chef de l'Etat sur ce point. Sauf à vouloir mettre en exergue certains mensonges de notre histoire qui font partie de l'histoire.

Je vais prendre l'exemple de la place Kléber à Strasbourg.

Pendant  ce que nous appelons la révolution française, et ses régimes sanguinaires successifs où tous les révolutionnaires notoires se sont entretués les uns après les autres, le général Kléber fut l'un des bras armés d'un massacre de masse en Vendée. Ce massacre de masse  n'épargna aucun civil, et en particulier aucun vieillard, aucune femme, aucun enfant, allant jusqu'à éventrer des femmes enceintes pour tuer leur bébé, comme en Arménie, tel que Jean Jaurès l'a décrit à l'assemblée nationale le 3 novembre 1896 (19 ans avant le génocide des Arméniens !) et comme au Rwanda en 1994, pendant le génocide des Tutsi.

Un contemporain, le révolutionnaire Gracchus Babeuf, créa le terme de "populicide" pour qualifier ce crime de "dépopulation" de la Vendée.

Des historiens ont montré ces dernières années que ce "populicide" était en fait un génocide "parfait". Les archives françaises gardent les ordres  écrits du pouvoir exécutif d'exterminer les Vendéens. C'est donc un crime d’État. Comme dans tout crime, on a justifié ces massacres, dans ce cas par la résistance royaliste et catholique des Vendéens aux "bienfaits" de la révolution. Les communistes d'URSS n'ont rien fait de pire. Éventrer les femmes enceintes pour tuer leurs bébés assurait ainsi l'extinction de la résistance des Vendéens par l'extermination de leur peuple. La réédition commentée du livre de Babeuf "La guerre de Vendée et le système de dépopulation" aux éditions du Cerf le montre très bien.

Les méthodes du général Kléber et de ses collègues furent exportées aussi en Egypte. Le général Kléber y conduisit plusieurs massacres de masse (Berket Ghitas, Boulaq, notamment). L'historien Jean-Joël Brégeon dans son livre : "Kléber, le Dieu Mars en personne", édité chez Perin, écrit  :

  • "Cet acte barbare est mentionné dans l'ordre du jour du 17 septembre par cette formule laconique : "Le village de Berket Ghitas n'éxiste plus". Kléber promet le même sort à tous "les Arabes des bourgs" qui voudraient résister. [...] Durant toute l'occupation française, les "Berket Ghitas" se multiplieront [...] "

A Strasbourg, un collège, un lycée, un quai et la principale place de la ville portent le nom de Kléber en hommage à ce général. Son tombeau surmonté d'une statue à sa gloire trône sur la place Kléber. Une autre statue à hauteur d'élève, se mêle aux lycéens, un parmi les autres, dans la cour de récréation au Lycée Kléber. Certes il fut aussi architecte de plusieurs bâtiments en Alsace. Mais ce n'est pas l'architecte que l'on commémore dans ces statues, mais le général.

La perversion populaire s'aggrave quand on observe, à la suite de l'attentat terroriste du 11 décembre 2018, que, de bonne foi et probablement dans l'ignorance entretenue par d'autres historiens "officialisés", les strasbourgeois se rassemblèrent place Kléber, autour de sa statue, pour honorer les victimes du tueur "islamiste". Kléber a fait tuer beaucoup plus de Musulmans  en Égypte deux siècles avant.... pour rien d'autre que le maintien de la présence française dans un territoire mal conquis sans aucune légitimité.

La place Kléber n'est pas le point central des tueries de décembre 2018. La place Gutenberg était parfaitement située pour cela. Elle aurait aussi été plus authentique d'un point de vue culturel pour recevoir les hommages des strasbourgeois. En effet les terroristes "islamistes" sont intolérants avec la culture occidentale et Gutenberg, inventeur de l'imprimerie occidentale, en est un des principaux symboles.

Ces statues de Kléber entretiennent des mensonges historiques graves. C'est une faute pédagogique que de ne pas les déboulonner. Les déboulonner n’effacerait pas le passé, mais permettrait d'en corriger une vision erronée. Les statues ne doivent pas entretenir des mensonges historiques, du négationnisme. La France s’honorerait de faire le ménage dans son histoire.

_____________________

Deux vidéos d'une émission de la chaîne Histoire, présentent le livre de Gracchus Babeuf et rappellent les fondements "légaux" du "populicide" :

Le génocide vendéen :

Partie 1 (après une minute de vidéo)

https://www.dailymotion.com/video/x8bqhz

Partie 2

https://www.dailymotion.com/video/x8bqex

Les messages des Strasbourgeois aux victimes de l'attentat du 11 décembre 2018 © Emmanuel Cattier

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal