Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

117 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2020

Les statues sont-elles la vérité historique ?

Brigitte Macron estime que déboulonner des statues serait renier notre histoire. Il me semble pourtant que certaines statues sont des mensonges sur notre histoire.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  • "Le passé est là. Il ne faut surtout pas le réécrire ou le tuer comme on est en train de le faire avec les statues. Le passé, c'est constitutif de ce que nous sommes. Ça dit quelque chose de nous, même si c'est quelque chose qui ne nous plaît pas. Il est là, donc on doit accepter l'Histoire. C'est très important de ne pas renier l'Histoire, de pas renier notre culture." Brigitte Macron sur France Info le 10/7/2020

Je ne suis pas d'accord avec l'épouse du chef de l'Etat sur ce point. Sauf à vouloir mettre en exergue certains mensonges de notre histoire qui font partie de l'histoire.

Je vais prendre l'exemple de la place Kléber à Strasbourg.

Pendant  ce que nous appelons la révolution française, et ses régimes sanguinaires successifs où tous les révolutionnaires notoires se sont entretués les uns après les autres, le général Kléber fut l'un des bras armés d'un massacre de masse en Vendée. Ce massacre de masse  n'épargna aucun civil, et en particulier aucun vieillard, aucune femme, aucun enfant, allant jusqu'à éventrer des femmes enceintes pour tuer leur bébé, comme en Arménie, tel que Jean Jaurès l'a décrit à l'assemblée nationale le 3 novembre 1896 (19 ans avant le génocide des Arméniens !) et comme au Rwanda en 1994, pendant le génocide des Tutsi.

Un contemporain, le révolutionnaire Gracchus Babeuf, créa le terme de "populicide" pour qualifier ce crime de "dépopulation" de la Vendée.

Des historiens ont montré ces dernières années que ce "populicide" était en fait un génocide "parfait". Les archives françaises gardent les ordres  écrits du pouvoir exécutif d'exterminer les Vendéens. C'est donc un crime d’État. Comme dans tout crime, on a justifié ces massacres, dans ce cas par la résistance royaliste et catholique des Vendéens aux "bienfaits" de la révolution. Les communistes d'URSS n'ont rien fait de pire. Éventrer les femmes enceintes pour tuer leurs bébés assurait ainsi l'extinction de la résistance des Vendéens par l'extermination de leur peuple. La réédition commentée du livre de Babeuf "La guerre de Vendée et le système de dépopulation" aux éditions du Cerf le montre très bien.

Les méthodes du général Kléber et de ses collègues furent exportées aussi en Egypte. Le général Kléber y conduisit plusieurs massacres de masse (Berket Ghitas, Boulaq, notamment). L'historien Jean-Joël Brégeon dans son livre : "Kléber, le Dieu Mars en personne", édité chez Perin, écrit  :

  • "Cet acte barbare est mentionné dans l'ordre du jour du 17 septembre par cette formule laconique : "Le village de Berket Ghitas n'éxiste plus". Kléber promet le même sort à tous "les Arabes des bourgs" qui voudraient résister. [...] Durant toute l'occupation française, les "Berket Ghitas" se multiplieront [...] "

A Strasbourg, un collège, un lycée, un quai et la principale place de la ville portent le nom de Kléber en hommage à ce général. Son tombeau surmonté d'une statue à sa gloire trône sur la place Kléber. Une autre statue à hauteur d'élève, se mêle aux lycéens, un parmi les autres, dans la cour de récréation au Lycée Kléber. Certes il fut aussi architecte de plusieurs bâtiments en Alsace. Mais ce n'est pas l'architecte que l'on commémore dans ces statues, mais le général.

La perversion populaire s'aggrave quand on observe, à la suite de l'attentat terroriste du 11 décembre 2018, que, de bonne foi et probablement dans l'ignorance entretenue par d'autres historiens "officialisés", les strasbourgeois se rassemblèrent place Kléber, autour de sa statue, pour honorer les victimes du tueur "islamiste". Kléber a fait tuer beaucoup plus de Musulmans  en Égypte deux siècles avant.... pour rien d'autre que le maintien de la présence française dans un territoire mal conquis sans aucune légitimité.

La place Kléber n'est pas le point central des tueries de décembre 2018. La place Gutenberg était parfaitement située pour cela. Elle aurait aussi été plus authentique d'un point de vue culturel pour recevoir les hommages des strasbourgeois. En effet les terroristes "islamistes" sont intolérants avec la culture occidentale et Gutenberg, inventeur de l'imprimerie occidentale, en est un des principaux symboles.

Ces statues de Kléber entretiennent des mensonges historiques graves. C'est une faute pédagogique que de ne pas les déboulonner. Les déboulonner n’effacerait pas le passé, mais permettrait d'en corriger une vision erronée. Les statues ne doivent pas entretenir des mensonges historiques, du négationnisme. La France s’honorerait de faire le ménage dans son histoire.

_____________________

Deux vidéos d'une émission de la chaîne Histoire, présentent le livre de Gracchus Babeuf et rappellent les fondements "légaux" du "populicide" :

Le génocide vendéen :

Partie 1 (après une minute de vidéo)

https://www.dailymotion.com/video/x8bqhz

Partie 2

https://www.dailymotion.com/video/x8bqex

Les messages des Strasbourgeois aux victimes de l'attentat du 11 décembre 2018 © Emmanuel Cattier

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot