Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

126 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 févr. 2022

Rwanda : Non lieu pour l'attentat signal de lancement du génocide

La justice française a refusé d'aller au fond des choses, se contentant de rejeter les accusations contre l'entourage de Paul Kagame. Mais les véritables auteurs de ce signal de lancement du génocide des Tutsi courent toujours, sauf s'ils furent condamnés à Arusha pour autre chose.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un non lieu !1 C'est une affaire lamentable, qui n'a probablement pas encore permis de révéler tout ce qu'elle cachait.

Quatre enquêtes2 ont privilégié que les missiles furent certainement tirés depuis le camp militaire des forces gouvernementales du régime Hutu. Une seule enquête, celle du juge Bruguière, disait que c'était le FPR qui en était l'auteur, sans apporter aucune preuve matérielle, seulement  des témoignages qui se révélèrent arrachés dans des conditions plus que douteuses. Or des éléments matériels furent récupérés par une équipe française sur les lieux du crash dans les heures qui suivirent. Cette enquête Bruguière est considérée par des juristes comme un "objet négationniste"3.

La justice française ayant dès le départ accusé l’entourage du Président Paul Kagame, cette décision sera évidemment bien accueillie à Kigali. Tous les négationnistes qui se sont gargarisés des conclusions infondées du juge Bruguière en seront pour leurs frais. Ils sont tellement bornés et intéressés à leur thèse qu'ils continueront de prétendre que Bruguière avait vu juste ! Le complotisme a la vie dure.

Mais le problème de fond reste entier. Qui sont les assassins de ce déclenchement du génocide ? Car si les enquêtes désignent le lieu de départ des missiles, le camp militaire de Kanombe, de nombreux indices laissent entendre que des Français, militaires ou mercenaires, ont pu prêter main forte, voire opérer directement cet attentat. Ce qui expliquerait la pagaille juridique de cette affaire.

Une vingtaine de militaires français résidaient officiellement dans ce camp le 6 avril 1994. L'un d'eux déclara même devant la justice avoir entendu le souffle de départ des missiles. Peut-être faisait-il parti de l'équipe des tireurs ? 

Un mercenaire français bien connu, ancien gendarme de l'Elysée, a été vu à Kigali ces jours là par plusieurs témoins. Lui-même déclara dans plusieurs écrits qu'il se trouvait sur une colline au centre de l'Afrique le jour de l'attentat. Il s'est montré souvent provocateur pour désinformer, allant jusqu'à prétendre à la télévision qu'il avait récupéré la boite noire de l'avion, montrant une boite noire, alors que la boite noire d'un avion est en fait orange, ce que France 2 rectifia le lendemain. Il est intervenu concrètement pour aider Bruguière à monter son accusation contre le FPR, le mettant, entre autres,  en relation avec un traducteur rwandais, gendre du "financier du génocide" (arrêté à Asnière-sur-Seine en 2020). Un "suicide" eut lieu à l’Élysée, le lendemain de l'attentat d'une personne en relation avec ce mercenaire, selon ce qu'il a raconté, et très proche de François Mitterrand. Ce sont des faits parmi d'autres. Ça sent l'affaire d’État à plein nez. Continuellement pendant ces 24 ans d'instruction, l'épicentre des désinformations fut à Paris.

De toute évidence les juges d'instruction n'ont pas voulu creuser la piste française. Une suspicion de honte continuera de régner sur notre pays au sujet de cet attentat qui déclencha le génocide. Une fois de plus, notre justice n'en sort pas grandie.

_________________________

1 - La justice française clôt l’enquête sur l’attentat contre le président Habyarimana en 1994 - France 24 - 15 février 2022

2 -  Auditorat militaire belge, enquête rwandaise et britannique conjointe, DGSE (Service de renseignement français dont les points de vue sur le Rwanda furent marginalisés de 1990 à 1994 par l’Élysée selon le rapport Duclert), et les juges anti-terroristes Trévidic et Poux (français) 

3 -  L'ordonnance du juge Bruguière comme objet négationniste
      Rafaëlle Maison, Géraud de Geouffre de La Pradelle -
      Revue Cités 2014/1 (n° 57), pages 79 à 90 PUF

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan