Natacha Polony : "[génocide des Tutsi] on avait des salauds face à d'autres salauds"

Rwanda : Trop d'intellectuels français n'arrivent pas encore à discerner que les victimes du génocide des Tutsi n'avaient rien à voir avec le Front Patriotique Rwandais et encore moins avec le régime politique actuel du Rwanda. Ce sont des amalgames.

Le duel Natacha Polony, Raphaël Glucksmann
France Inter - 18 mars 2018 11 ème minute

Ce débat est très intéressant à cause de la position typique de Natacha Polony : "on avait des salauds face à d'autres salauds".

C'est en effet typique de la difficulté des intellectuels français qui n'arrivent pas à discerner que les victimes du génocide n'avaient rien à voir avec le FPR et, par définition, encore moins avec le régime politique que le FPR instaura après le génocide.

Pour atténuer la responsabilité de la France, même si Natacha Polony reconnaît timidement qu'elle a conduit une politique criminelle au Rwanda, on essaye de confondre pêle-mêle le Front Patriotique Rwandais avec la propagande politique française* sans tenir compte des informations vérifiables sur le régime actuel du Rwanda d'une part, et les Tutsi de l'intérieur à l'époque du génocide d'autre part.

NON, Natacha Polony ! Les enfants, les bébés, les vieillards, les femmes enceintes, les femmes violées, les pères de famille n'étaient pas des salauds. C'est une insulte de plus à l'égard de ces victimes du génocide. Les intellectuels français doivent vraiment faire un effort d'humilité face à cet événement.

*Pour justifier à posteriori sa stratégie criminelle dans son implication au Rwanda, la propagande française essaye de démontrer que le FPR serait plus criminel que les génocidaires. Il faut s'en tenir aux faits. Le FPR n'a pas commis de crime de génocide alors que le régime de la cinquième république française est complice du génocide des Tutsi. Alors que la communauté internationale se dérobait, il a lutté contre les génocidaires comme le prévoit la convention pour prévention et la répression du crime de génocide. Il a travaillé très concrètement à la réconciliation des Rwandais que l'ethnisme avait dévasté. Il lutte encore aujourd'hui contre l'idéologie du génocide, comme le fait l'Allemagne contre l'idéologie nazie. Tout régime politique est critiquable, mais on doit reconnaitre ces faits.

Lire :

Rwanda : La France et le Front Patriotique Rwandais (FPR) dans la période 90-94

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.