Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2021

Bernard Cazeneuve doit faire un effort douloureux de cohérence

Bernard Cazeneuve est interviewé dans Le Monde du 19 mai 2021

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous ne pouvons qu'approuver sa phrase reprise comme titre de l'article : « Le rapport Duclert est une contribution à la vérité au Rwanda, il n’est pas la vérité »1, mais pas pour les mêmes raisons que lui.

Bernard Cazeneuve connaît bien le sujet. Il est l'un des rares à avoir posé des questions cruciales et pertinentes  lors de la mission d'information parlementaire sur le Rwanda. Il en fut le rapporteur avec Pierre Brana. Visiblement il n'en tire pas les conséquences inéluctables. On ne l'entendait pas sur ce sujet. Une honte cachée ?

Sur le site de la commission d'enquête citoyenne on peut connaître certains éléments bien réels qui n'ont pas tous été abordés dans le rapport Duclert2. Ces faits, "oubliés" ou "évités" ou "absents" dans les archives présentées, infirment les réserves de Bernard Cazeneuve sur les conclusions du rapport Duclert.

Il reste que les Mitterrandolâtres et autres membres du lobby régalien français de l'époque ont bien du mal à admettre les faits dans toutes leurs dimensions.  Les réserves que Bernard Cazeneuve émet apparaissent plus faites pour temporiser une intégration douloureuse que pour mieux chercher la vérité. Il préfère se distraire dans l'éventuelle possibilité de condamner le régime politique dominé aujourd'hui par Paul Kagame, après avoir dit dans cet interview à propos de la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsi :

  • "En revanche, il faut se méfier du biais rétrospectif, c’est­ à ­dire l’analyse des événements dont on connaît l’issue. Ce biais conduit à apprécier l’action des gouvernants d’hier à l’aune de ce que l’on sait aujourd’hui et qu’ils ne pouvaient pas savoir.."

Par conséquent, si Bernard Cazeneuve est cohérent avec lui-même, il ne devrait pas s'appuyer sur ce qu'il croit savoir, aujourd'hui, de la politique du FPR, assaisonnée aux rumeurs que font courir ses ennemis génocidaires et leur cour dont beaucoup sont protégés en France3 par les régimes français successifs dont il fut,  pour tenter de justifier que les autorités françaises l'aient combattu. Elles l'on fait en soutenant ses alliés génocidaires en toute connaissance de cause4, alors que le FPR tentait de mettre fin au génocide.

Comment peut-on prétendre qu'on soutient l'instauration d'une démocratie à travers des alliés qui accomplissent un génocide, alors qu'un génocide est un terrorisme extrême qui détruit tous ceux qui ne doivent pas faire partie du peuple en raison de leur naissance. Des hommes d’État auraient du percevoir l'ardente priorité de mettre fin au génocide des Tutsi. Ces Français ne furent pas des hommes d’État.

Comment pouvait-on mettre fin au génocide sans prendre le pouvoir au Rwanda ? C'était de plus l'objectif initial du FPR qui dès sa fondation voulait mettre fin à l'ethnisme rwandais et à sa république "hutu". Il l'a fait malgré les bastaings de béton que la France a mis dans ses roues5.

Comme on ne trouve pas de raison pertinente à la stratégie française, c'est sans doute pour la futilité que le drapeau du FPR est rouge-blanc-bleu et non pas bleu-blanc-rouge ! Le lobby régalien français de l'époque ne lui pardonne pas d'avoir réussi malgré tout. Ce sont les mêmes qui contestent les excuses que des responsables Français auraient dû présenter aux rescapés du génocide depuis 27 ans. Le serpent se mort la queue.

Rwanda - Le FPR à Gitarama © Emmanuel Cattier

_______________________________________________________________

1-Bernard Cazeneuve « Le rapport Duclert est une contribution à la vérité  au Rwanda, il n’est pas la vérité » le Monde - 19 mai 2021

2-Dans un encadré sur cette page du site de la commission d'enquête citoyenne

3-Rwanda: le «Hutu Power» a survécu en France Mediapart 18 mai 2021

4-La France, le Rwanda et le génocide: l’«occasion unique» d’Emmanuel Macron  Mediapart 17 mai 2021
   Les révélations circonscrites d'un rapport parlementaire

5-« Afrikarabia » « Le gouvernement français a activement travaillé pour saper le nouveau gouvernement rwandais »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine