L'affaire Benalla est une bulle des fonds troubles de l'état

Quand on lit l'article de Médiapart "Benalla: un témoin clé implique l’Elysée dans l’affaire des coffres", La seule véritable info de cette affaire est que l'armée et le réseau affairiste de la françafrique sont le dénominateur commun de ces très honorables personnages.

Il faut bien reconnaître que c'est de ce dénominateur commun, l'état, son armée (et sa police) et la françafrique, que remontent le plus de bulles en France ...

Je me tue à expliquer que quand un chef d’état arrive à l’Élysée il est pris en charge par l'appareil d’état, je devrais dire pris en camisole par l'appareil d'état. Cette mise en camisole commence pendant la campagne électorale et est verrouillée dans la minute qui suit l'annonce des résultats.

Plus je cherche à comprendre l'implication de la France dans le génocide des Tutsi à partir de 1989, plus je découvre que cet appareil d'état est un réseau de criminels à l'abri de toutes poursuites. Ce sont les honnêtes gens qui sont condamnés quand ils dénoncent ce genre de crimes.

Tout cela ne vaut pas plus ni moins que le gang de la drogue en Colombie, le Ku Klux Klan aux USA ou le réseau zéro de l'akazu d'Habyarimana au Rwanda.

Après on s'étonnera que la criminalité financière "augmente" dans le monde et que "les milliardaires détiennent désormais plus d’argent que 60 % de l’ensemble de la population de la planète, dénonce, lundi 20 janvier, l’ONG Oxfam dans son rapport annuel sur les inégalités mondiales." selon Oxfam.

Je suis convaincu que toutes ces fortunes reposent sur des compromissions d'état et des vols purs et simples, voire des meurtres simples ou des meurtres de masse, mais drapés de légalités locales ou de corruption de magistrats, simplement mentale le plus souvent.

Il est inutile de s'arracher les cheveux. Les pouvoirs ont toujours trompé les peuples à de rares exceptions près. Il suffit de rester soi-même honnête pour combattre ces conneries. Inutile de compter sur des lois. Ces lois sont au mieux des pieux plantés dans des marais autour desquels on peut toujours tourner. Mais essayer de s'y attacher permet trop souvent de peser de tout son poids pour coucher les pieux dans la vase. La force de ces conneries, la vase, c'est juste de faire chanter ceux qui trempent un iota dans ces magouilles et manquent d'un iota de courage pour reconnaître qu'on a réussi à les corrompre. Aucune loi ne protège de la corruption. Le juridisme est un piège, car le juridique ne sera jamais plus honnête que des hommes et en particulier que les responsables d'un pays. Il faut le considérer uniquement comme une barrière au bord du précipice en sachant que la barrière cède souvent.

Plus il y aura de gens honnêtes, plus les riches reculeront, et plus la démocratie progressera. C'est d'abord et avant tout un problème de conscience personnelle. Quelle est l'excuse avancée par tous les accusés de crimes : j'ai reçu des ordres et je dois obéir à ma hiérarchie, tout le monde le fait, etc. Non, il faut lutter individuellement, à travers sa propre conscience, contre ces abandons en chaîne, à commencer par ceux qui commencent chez soi dans sa ville ou son village, dans son boulot, dans son église, dans son parti politique, dans son syndicat, dans son pays, bref dans son terreau personnel. Les hypocrites se justifient toujours en accusant les autres des pires crimes.

Désolé pour cette leçon de morale, mais c'est avant tout un problème d'éthique personnelle et au-delà une question philosophique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.