Incohérence de la rigidité de certaines lois en période de pandémie

Une personne ayant un traitement contre l'hypertension doit renouveler son médicament dans cette période d'épidémie - incohérence par télescopage d'exigences

Une personne ayant un traitement permanent contre l'hypertension devait renouveler récemment son médicament prescrit pour trois mois en décembre 2019. Elle devait pour cela aller chez le médecin en cette période de confinement. D'un commun accord le médecin et la personne ont décidé par téléphone d'éviter la consultation, le médecin expliquant que le médicament peut être prolongé par le pharmacien.

Arrivé chez le pharmacien, queue dehors, les personnes sont espacées de trois mètres. Très bien. Lorsque arrive son tour la personne explique son cas. Le pharmacien lui donne un traitement pour un mois. La personne s'étonne de ne pas avoir son traitement pour trois mois comme d'habitude, mais le pharmacien lui répond que c'est la loi.

Résultat cette personne, pour éviter un contact avec le médecin, ira deux fois, peut être trois fois, chez le pharmacien pendant l'épidémie à cause de la loi. Cherchez l'erreur !

Il conviendrait donc de prendre des mesures dans ce type de situation épidémique pour que les renouvellements de médicament ne soient pas l'occasion de multiplier les contacts en milieu médical forcément plus exposés à l'épidémie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.