"Paris et les quarante voleurs en défense !"

Voilà tout ce qu'une photo ne dit pas .....

 

La Défense et Paris dans le brouillard © Emmanuel Cattier La Défense et Paris dans le brouillard © Emmanuel Cattier
A vrai dire La Défense est "habitée" par des milliers d’entreprises soumises à ceux qui construisent ces quartiers d'affaire et non pas uniquement par des entreprises du CAC 40... qui ne sont probablement pas toutes là.

Le titre de mon article est donc plus une vérité symbolique qu'une vérité économique. Pourquoi "j'en veux" à ces grosses entreprises ? Parce qu'elles assèchent l'économie réelle. Les capitaux sont en fait des liquidités que ces entreprises du CAC 40, pour ne citer que les françaises, empêchent de circuler dans des milliers de petits canaux, irrigation nécessaire à la survie de millions de personnes. La logique de ces "grosses" est de piquer le maximum de circulation de cette irrigation nécessaire pour leurs ambitions. Il ne reste plus aux autres qu'à essayer de les suivre et de grappiller des miettes.

Kigali ~ Banque d'Afrique © Emmanuel Cattier Kigali ~ Banque d'Afrique © Emmanuel Cattier

C'est là qu'on perçoit que l'économie pourrait être une science s'il s'agissait de créer un réseau d'irrigation de l’activé humaine, mais reste de l'escroquerie quand il s'agit de profiter de sa position sans se soucier de l'impact de ses décisions sur le reste de la planète et de la population.

Les politiques, de droite comme de gauche, ne savent pas vraiment où se situer dans cette foire d'empoigne. Les échecs de Sarkozy et Fillon, puis de Hollande et Valls, l'expriment très bien.1

Mais au niveau de chaque citoyen, qui se préoccupe de cette justice économique quand il cherche des sous pour vivre ou pour survivre ? Là est la grande contradiction des électeurs politiques. Chacun ne se soucie que de soi .... et on a beau jeu ensuite d'accuser les politiques. Les "grosses" restent les bénéficiaires de ces multitudes de comportements incohérents : Moi-même, indépendant en informatique, il y a une dizaine d'année, je suis un jour sorti d'une profonde panade, à 58 ans, grâce à un contrat avec Nestlé ! Panade qui m'a permis de reprendre le paiement d'une pension alimentaire.... et à cause de laquelle je fus condamné à quatre mois de prison avec sursis parce que je ne pouvais plus la payer .... aurais-je du refuser ce contrat ?

Le jour, et à l'heure où je suis entré dans le bureau où j'allais signer ce contrat, la Présidente de l'association Survie, association dont François-Xavier Verschave fut son prédécesseur et créateur du concept de "Françafrique", m'a envoyé, sans rien savoir de ce que je faisais, un mail titré "Nestlé tue" en faisant référence à un vieux scandale en Afrique pour une campagne publicitaire désastreuse incitant les africaines à utiliser le lait en poudre dans les biberons sans se soucier de la qualité de l'eau. Il y eut des morts.... J'ai découvert le mail après avoir signé le contrat. J'ai honoré ma signature, j'ai payé ma pension alimentaire, m'évitant la prison ferme, j'ai repris de l'espoir pour mon activité ... et j'ai aidé, par mon logiciel, le directeur environnemental de Nestlé Water, d'ailleurs très engagé personnellement dans son travail, à faire ses rapports annuels !

Ceux qui pensent que l'économie est une science me font beaucoup rire ! .... et c'est précisément l'argumentaire principal de ces "grosses". Cette "science" n'est qu'un alibi. Je ne connais qu'une seule science économique, c'est la comptabilité tenue honnêtement.

D'ailleurs la principale préoccupation de ces grosses entreprises est de lutter contre la transparence de leurs activés, pour les protéger... ce qui est le contraire du dogme du libéralisme : la transparence des marchés. Il n'y a qu'à voir la violence juridique, et parfois même violence tout court, avec laquelle elles défendent leur opacité sacrée.

Paris ~ La Défense © Emmanuel Cattier Paris ~ La Défense © Emmanuel Cattier

 

Et puis La Défense, Paris et sa région dans son ensemble, ignorent complètement les contraintes logiques qu'on devrait déduire de la loi économique des rendements décroissants... dont les transports parisiens sont la manifestation la plus visible. On cherche à faire le "grand Paris". On marche sur la tête. J'ai grandi à Neuilly-sur-Seine rue d'Orléans, à côté de l'avenue de Neuilly, avant qu'on la rebaptise avenue Charles de Gaulle. Petit garçon je fus enthousiasmé par les maquettes du projet de La Défense .... mais j'ai choisi de vivre en province en grande partie pour cette raison : la loi des rendements décroissants...que vous me croyiez ou pas ....

 

 1 Texte écrit en novembre 2016, en légende de cette photo sur mon compte Flickr, et légèrement modifié ici.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.