Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 août 2021

Les lunettes de la haine

Reconnaitre la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsi étrangle de colère ceux qui veulent poursuivre leur combat contre Kagame, au mépris de la réalité génocidaire qu'ils ont toujours minimisée pour justifier leur stratégie.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces Français ont combattu Kagame en dédaignant de considérer le projet génocidaire de leurs alliés qu'ils auraient du combattre. Ils en avaient la connaissance, l'autorité, les moyens et le pouvoir. Ils ne l'ont pas fait. Ce génocide aurait pu être évité, mais ils ont au contraire soutenu matériellement, militairement et diplomatiquement les génocidaires. Pour se justifier, ils tentent de faire passer toute expression de la vérité dans le génocide des Tutsi comme un soutien inconditionnel à Kagame, alors qu'il s'agit du respect de la mémoire des victimes et des rescapés. Pour eux la vérité dans le génocide des Tutsi doit s'incliner devant les reproches qu'ils veulent faire au régime du FPR.

Kagame est un général d'armée. La rencontre récente entre des officiers français et le Président Kagame fut rapportée comme amicale. Que ce soit en Europe, en Amérique, en Asie ou en Afrique, comme tout général qui a conduit des guerres, les décisions du général Kagame ont entrainé des morts. On pourra disserter pendant des heures sur la justesse de telle ou telle guerre. Mais dans le cas de Kagame, il est établi qu'il n'a pas conduit de génocide des Hutu, contrairement aux alliés de la France qui ont commis le génocide des Tutsi. Les thuriféraires mitterandiens, militaires, néogaullistes des responsables français, complices dans le génocide des Tutsi, voire eux-même, se défaussent dans un bashing anti-Kagame, dont ils essaient de forger une réputation de plus grand tueur de tous les temps, plus criminel que les génocidaires eux-mêmes.

Mon propos n'est pas de justifier la violence de la guerre menée par le FPR. Toutes les guerres amènent ces violences. Les alliés de la seconde guerre mondiale ont bombardé la France, faisant des dizaines de milliers de morts français, pour combattre le nazisme. Comme objecteur de conscience, j'aurais sans doute préféré d'autres voies, mais je n'oublie pas que Gandhi disait que si à la violence il préférait la non-violence, entre la lâcheté et la violence, par contre, il choisirait la violence. Les Français hypocrites accusent Kagame de violences pour mieux masquer leurs lâchetés devant un projet génocidaire avéré et connus dès 1990, dont ils ont soutenu les auteurs en toute connaissance de cause. Ils continuent de se joindre aux auteurs du génocide des Tutsi  pour tordre la vérité afin qu'on dise que les vérités dans le génocide des Tutsi sont en fait un soutien à un Kagame criminel, dont ils voudraient reprendre le pouvoir. Ils n'ont pas changé depuis 1990.

Toute vérité n'est qu'un soutien à la vérité. Le reste est de la propagande mal fagotée. Les récents rapports d'historiens français et de juristes américains, ce dernier pour le compte du Rwanda, sur le génocide des Tutsi apportent des éléments, mais pas tous, à la vérité dans ce génocide et la complicité des responsables français dans ce génocide.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
« Une grande purge est en cours à Hong Kong »
Militant hongkongais des droits des travailleurs, Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression qui réduit la société civile au silence. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui, à gauche, célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal
Dans l’ancienne colonie britannique, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa