Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2018

Rwanda, le renoncement préparé de la démocratie française à ses valeurs fondamentales

Comme toujours, quand il y a un crime, il n'a été exécuté par PERSONNE et PERSONNE est aussi son complice. Le génocide des Tutsi ne fait pas exception à la règle.

Emmanuel_Cattier
Citoyen actif pour le respect des citoyens de tous les pays par les responsables français, notamment comme webmestre et rédacteur du site de la commission d 'enquête citoyenne sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès que les faits ont lieu au Rwanda, ou en relation avec la politique française au Rwanda entre 1990 et 1994, la justice française est frappée de cécité, si des responsables français sont concernés. Ce qui est juridiquement inacceptable en France pour de simples affaires de droit commun, devient, si cela s'est produit au Rwanda, des faits "mal établis" présentés avec "mauvaise foi".

En France, on poursuit des complices de malfaiteurs  dès lors qu'ils ont fourni une arme, un plan, une liste de personnes à cibler, un scooter, une voiture, des renseignements utiles au crime.

Les autorités françaises connaissaient dès 1990 l'intention de génocide du régime rwandais qu'elles soutenaient, comme nous l'a appris le rapport parlementaire français. L’armée française a pourtant fait la même chose, mais  de façon exponentielle, que les petits complices de crimes de droit commun  : elle a fourni des tonnes d'armes et des véhicules militaires malgré les embargos des accords de cessez-le-feu, puis de l'ONU pendant le génocide, participé à l'élaboration des plans de batailles, informatisé le fichier central rwandais, (rebaptisé fichier des "personnes à rechercher et à surveiller") un mois après la publication d'une définition de "l'ennemi principal" précisé explicitement  comme étant "le Tutsi de l'intérieur et le Tutsi de l'extérieur" (alors que nos députés remarquèrent ensuite que l’armée rwandaise était "commandée indirectement" par les officiers français), tenu des barrières dès 1991 en faisant des contrôles "ethniques" suivis de mise à mort immédiate par des miliciens (selon mon épouse), entraîné des miliciens (selon le témoignage d'un gendarme du GIGN et de nombreux témoignages rwandais), soutenu une stratégie de retard d'action à Bisesero pour éviter de secourir des victimes de massacres génocidaires, ou voulu  conduire une stratégie offensive avec des moyens aériens contre ceux qui arrêtaient le génocide sur le terrain (projet de l'armée semble-t-il stoppé au dernier moment par L'Elysée), comme en témoigne le Lieutenant-colonel Guillaume Ancel, et un de ses collègues (selon La Croix), aidé dans sa fuite au Zaïre le gouvernement génocidaire et la plupart des petits bras du génocide. Le tout donc au bénéfice clair d'un régime génocidaire.

Qu'on articule les choses, ou qu'on les prenne en détail, cela révèle toujours une aide exponentielle par rapport aux contributions des complices poursuivis pour des crimes habituellement jugés en France. Mais les responsables militaires et politiques ne sont même pas mis en examen par la justice française. Soit elle n'est pas indépendante, soit elle manque d'envergure.

C'est tout simplement honteux. Dans ces conditions, se moquer des régimes totalitaires ou dictatoriaux devient proprement ridicule.

Cf. Article de Médiapart Massacre de Bisesero au Rwanda: fin de l'enquête, pas de mise en examen

Cf. Article de RFI : Massacre de Bisesero au Rwanda: Survie n'entend pas lâcher le morceau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat