Rwanda : le génocide des Tutsi a déclenché la guerre civile en 1994

Depuis août 1993 les accords d'Arusha sont signés. La mission des Nations unies se met en place à partir d'octobre 1993, les troupes françaises de l'opération Noroît quittent le Rwanda en décembre 1993(sauf des coopérants militaires), le FPR installe un bataillon de 600 soldats à Kigali sous le contrôle de la mission de l'ONU. Le conflit est arrêté. La transition prévue est en court.

Jacques Morel vient de publier un article qui fait une mise au point nécessaire sur les faits qui se déroulent à partir de l'attentat du 6 avril 1994. Il rassemble les faits connus, rien de nouveau à ce sujet, mais en montrant que c'est bien le déclenchement du génocide qui a provoqué le réveil de la guerre civile qu'on croyait terminée après les accords d'Arusha.

Cette mise au point est bienvenue car ces quelques jours qui suivent l'attentat sont l'objet de désinformations notamment venant des autorités françaises de l'époque et de certains militaires et politiques français ou spécialistes de la désinformation sur les auteurs du génocide et sur l'implication de la France dans le génocide des Tutsi.

Sous la pression de la communauté internationale, un gouvernement pluripartite est instauré le 18 Juillet 1993. En août 1993 les accords d'Arusha sont signés. Ils se composent d'un cessez-le-feu, déjà signé en juillet 1992, et de 4 autres accords qui organisent l'intégration politique et militaire des rwandais exilés ou tamponnés Tutsi dans la société  rwandaise et notamment le partage du pouvoir entre les différentes composantes de la nation rwandaise.

Le conflit est arrêté. La transition prévue par les accords est en court, mais le président Habyarimana traîne les pieds pour la mettre en application, sous la pression des extrémistes Hutu issus de fait de son propre entourage, notamment sur la mise en place du Gouvernement de transition à base élargie (GTBE)(Voir livre De Roméo Dallaire J'ai serré la main du diable). La mission des Nations unies se met en place à partir d'octobre 1993 pour veiller au bon déroulement de l'application des accords. Les troupes françaises de l'opération Noroît quittent le Rwanda en décembre 1993, avec 18 mois de retard sur les dispositions de l'accord de cessez-le-feu de 1992, la France a trainé les pieds. Restent des coopérants militaires français exclus de cette obligation de quitter le Rwanda en vertu des accords de coopération de 1975, modifiés en 1983 et 1992 (en août 1992 à cause de l'accord de cessez-le-feu pour étendre l'accord de la gendarmerie à l'armée française, et contourner ainsi les dispositions du cessez-le-feu en ce qui concerne le départ des troupes françaises). Le FPR installe un bataillon de 600 soldats à Kigali sous le contrôle de la mission de l'ONU le 28 décembre 1993 en exécution des accords. 

Lire l'article :

Au Rwanda en 1994, le génocide des Tutsi a déclenché la guerre et non l’inverse - Jacques Morel - 15 septembre 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.