Quelques scandales et crimes d'Etat des 2 et 3 janvier

Notes pour une histoire populaire. Liste non exhaustive.

2 JANVIER

2 janvier 1749 : une lettre patente (décret royal) de Louis XV généralise le « billet de congé ». C'est une vieille réglementation qui impose aux compagnons des métiers de se munir d'un congé écrit lorsqu'ils quittent un maître pour être embauchés ailleurs.

2 janvier 1896 : le Gouverneur de l'AOF condamne Samba Laobé, le dernier souverain du Cayor, à la déportation. On lui reproche de se préparer à la guerre et de ne pas avoir bien fait rentrer l'impôt. Il est déporté un peu plus tard vers le Congo français (Gabon actuel).

2 janvier 1947 : le ministre de la France d’Outre-Mer Marcus Moutet de retour d'Indochine s'exprime : « Nous avons eu le sentiment de nous trouver au milieu de populations soulagées et heureuse de retrouver enfin la paix et l’ordre français. »

2-janvier-1947-b

3 JANVIER

3 janvier 1952 : court reportage (43s.) de la télévision française sur la guerre d'Indochine et le « largage massif de bombes au napalm » au cours des derniers jours de l'année 1951.

https://fresques.ina.fr/independances/fiche-media/Indepe00136/la-bataille-de-la-riviere-noire.html

3 janvier 1969 : la suppression du carnet anthropométrique nomade est votée. Le livret de circulation qui le remplace n’a disparu qu’en janvier 2017.

3 janvier 2015 : le Daily Mail parle d’Harvey Epstein, du prince Andrew, et évoque la connexion française : « One sordid allegation was that for his birthday one year, he was presented with three 12-year-old girls from France for his sexual pleasure. » Pas de reprise par la presse hexagonale, pas d’enquête judiciaire https://www.dailymail.co.uk/news/article-2894970/The-Prince-paedophile-Andrew-enjoyed-sensual-massages-sex-offender-friend-s-Florida-mansion-Duke-invited-heart-Royal

3 janvier 2020 : mort par asphyxie de Cédric Chouviat, âgé de 40 ans. Livreur, interpellé à scooter, il avait tenté de filmer son interpellation par la police.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.