emmanuel.glais
Historien du dimanche, romancier du samedi
Abonné·e de Mediapart

61 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2020

Bill Gates et les scientifiques de la géo-ingénierie (Guardian, 2012)

D'autres particuliers fortunés ont également financé une série de rapports sur l'utilisation future des technologies pour "géo-ingénier" le climat

emmanuel.glais
Historien du dimanche, romancier du samedi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un petit groupe d'éminents scientifiques du climat, soutenus financièrement par des milliardaires, dont Bill Gates, font pression sur les gouvernements et les organismes internationaux pour soutenir les expériences de manipulation du climat à l'échelle mondiale afin d'éviter des changements climatiques catastrophiques.

Les scientifiques, qui préconisent des méthodes de géo-ingénierie telles que la pulvérisation de millions de tonnes de particules réfléchissantes de dioxyde de soufre à 30 miles au-dessus de la terre, soutiennent qu'un "plan B" pour le changement climatique sera nécessaire si l'ONU et les politiciens ne peuvent se mettre d’accord sur les réductions nécessaires d’émissions de gaz à effet de serre. Ils disent aussi que le gouvernement américain et d'autres devraient payer pour un grand programme de recherche internationale.

Les techniques de géo-ingénierie solaire sont très controversées: alors que certains climatologues pensent qu'ils peuvent s'avérer un moyen rapide et relativement bon marché de ralentir le réchauffement climatique, d'autres craignent que lorsqu'ils sont menés dans la haute atmosphère, ils puissent irrévocablement modifier les régimes de précipitations et interférer avec le climat de la Terre.

La géoingénierie est combattue par de nombreux écologistes, qui disent qu’elle pourrait saper les efforts de réduction des émissions, et par les pays en développement qui craignent qu'elle puisse être utilisée comme une arme, ou au bénéfice des pays riches. En 2010, la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique a déclaré un moratoire sur les expériences en mer et dans l'espace, à l'exception des études scientifiques à petite échelle.

On craint maintenant de plus en plus que le groupe restreint mais influent de scientifiques et leurs bailleurs de fonds aient un effet disproportionné sur les principales décisions concernant la recherche et les politiques en géo-ingénierie.

"Nous devrons nous protéger des intérêts acquis [et] être sûrs que les choix ne sont pas influencés par les parties qui pourraient gagner des sommes importantes en choisissant de modifier le climat, en particulier en utilisant la propriété intellectuelle exclusive", a déclaré Jane Long, directrice (« director at large ») pour le Lawrence Livermore National Laboratory aux États-Unis, dans un document présenté à une récente conférence de géo-ingénierie sur l'éthique.

"Les enjeux sont très importants et les scientifiques ne sont pas les meilleurs pour traiter les problèmes sociaux, éthiques ou politiques que soulève la géo-ingénierie", a déclaré Doug Parr, scientifique en chef à Greenpeace. "L'idée qu'un groupe auto-sélectionné devrait avoir autant d'influence est bizarre."

La pression pour trouver une solution technologique rapide au changement climatique s'intensifie alors que les politiciens ne parviennent pas à un accord pour réduire considérablement les émissions. En 2009-2010, le gouvernement américain a reçu des demandes de subventions de plus de 2 milliards de dollars (1,2 milliard de livres sterling) pour la recherche en géo-ingénierie, mais a dépensé environ 100 millions de dollars.

Outre Gates, d'autres personnalités fortunées, dont Sir Richard Branson, le magnat des sables bitumineux Murray Edwards et le cofondateur de Skype, Niklas Zennström, ont financé une série de rapports officiels sur l'utilisation future de la technologie. Branson, qui a fréquemment défendu la géo-ingénierie pour lutter contre le changement climatique, a contribué à financer l'enquête de la Royal Society sur la gestion du rayonnement solaire l'année dernière par le biais de son œuvre de bienfaisance (charity) Carbon War Room. On ne sait pas combien ni à quelle hauteur il a contribué.

Les professeurs David Keith, de l'Université Harvard, et Ken Caldeira de Stanford [voir note] sont les deux principaux défenseurs mondiaux de recherches majeures sur la géo-ingénierie de la haute atmosphère pour fournir à la terre un bouclier réfléchissant. Ils ont jusqu'à présent reçu plus de 4,6 millions de dollars de Gates pour gérer le Fonds pour la recherche innovante sur le climat et l'énergie (Ficer). Près de la moitié de l'argent de Ficer, qui provient directement des fonds personnels de Gates, a jusqu'à présent été utilisé pour leurs propres recherches. Le reste est déboursé par eux pour financer le travail d'autres partisans d'interventions à grande échelle.

Selon les déclarations d'intérêts financiers, Keith reçoit chaque année une somme non divulguée de Bill Gates et est le président et propriétaire majoritaire de la société de géo-ingénierie Carbon Engineering, dans laquelle Gates et Edwards ont des participations importantes - estimés ensemble à plus de 10 millions de dollars.

Une autre société d'Edwards, Canadian Natural Resources, prévoit de dépenser 25 milliards de dollars pour transformer les sables bitumineux du nord de l'Alberta en barils de pétrole brut. Caldeira dit qu'il reçoit 375 000 $ par an de Gates, détient un brevet de capture du carbone et travaille pour Intellectual Ventures, une société privée de recherche en géo-ingénierie détenue en partie par Gates et dirigée par Nathan Myhrvold, ancien chef de la technologie chez Microsoft.

Selon les derniers comptes Ficer, les deux scientifiques ont jusqu'à présent donné 300 000 dollars de l'argent de Gates pour financer en partie trois revues et évaluations importantes de la géo-ingénierie - le rapport de la UK Royal Society sur la gestion du rayonnement solaire, le US Taskforce on Geoengineering et un rapport de 2009 par Novin, un groupe de réflexion scientifique basé à Santa Barbara, en Californie. Keith et Caldeira ont siégé dans les panels d’experts qui ont produit les rapports ou ont fourni des preuves. Les trois rapports recommandaient fortement de poursuivre les recherches sur la gestion du rayonnement solaire.

Le fonds a également donné 600 000 $ à Phil Rasch, climatologue en chef pour le Pacifique Nord.

Cet article a été modifié le 13 février 2012. Le professeur Caldeira nous a demandé de préciser que le fait qu'il prône la recherche en géo-ingénierie ne signifie pas qu'il prône la géo-ingénierie.

John Vidal, 6 février 2012

Article original : https://www.theguardian.com/environment/2012/feb/06/bill-gates-climate-scientists-geoengineering

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin