Emmanuelle Jourdan-Chartier
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2020

Nos étudiants ne doivent plus avoir faim! Appel pour un plan «étudiants» national

Emmanuelle Jourdan-Chartier, Enseignante, Vice-présidente Université citoyenne, Université de Lille Mathieu Schneider, Enseignant-chercheur, Vice-président Culture, Sciences en société, Université de Strasbourg. Les distributions alimentaires indispensables pour que les étudiants ne meurent pas de faim sur les campus se multiplient! Les annonces récentes ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Emmanuelle Jourdan-Chartier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes des citoyens engagés.

Nous sommes une enseignante et un enseignant-chercheur mobilisés au service d’une mission publique d’intérêt général qui nous porte depuis le début de notre carrière, au service des étudiantes et étudiants.

Nous croyons à la priorité absolue des valeurs humanistes de solidarité, d’équité, de liberté.

Nous sommes actuellement engagés dans des mandats de vice-présidents de deux des plus grandes universités françaises. Cela engage notre responsabilité plus encore, nous avons fait le choix d’essayer de traduire en actes nos convictions au sein de nos établissements.

C’est en citoyens libres et en nos noms propres que nous voulons aujourd’hui faire entendre notre désarroi et notre colère.

Sur nos campus, dans les résidences universitaires, dans leurs chambres, studios, colocations, beaucoup de nos étudiants ont faim.

Nous ne découvrons pas la réalité sordide et douloureuse de la précarité des étudiants, qui n’accèdent pas aux minimas sociaux et sont trop nombreux à vivre d’expédients et de solutions bancales, de débrouilles improvisées et instables. Le montant de la bourse sur critères sociaux la plus élevée, qui n’est touchée que par 6,7% de la totalité des boursiers, est d’à peine plus de 5 550 euros par an, versés sur 10 mois (pas de bourse en été).

Nous ne découvrons pas l’existence de ces publics particulièrement fragiles. Nous savons que nos étudiants salariés jonglent entre leurs petits boulots, les découverts bancaires, les dettes et les impératifs universitaires, cours, examens, révisions. Que nos étudiants en exil se débattent pour conquérir un statut administratif stable, maîtriser notre langue et reprendre en dépit des traumatismes vécus un cursus de formation. Nos étudiants isolés, nos étudiants internationaux notamment, portant si loin de chez eux l’espoir de leurs proches, nos étudiants jeunes parents aux faibles ressources, qui luttent au quotidien sans parfois les indispensables soutiens familiaux qui nous accompagnent presque tous.

Mais le contexte aujourd’hui fait éclater au grand jour cette réalité insupportable et rend encore plus vulnérables ceux qui étaient déjà fragiles. Parce que nos étudiants fragiles sont de plus en plus nombreux. Chaque semaine, nous-mêmes, nos collègues, les services des universités, les services des CROUS, reçoivent des messages en forme de SOS de la part d’étudiants qui sombrent dans une précarité de plus en plus brutale. Ils ont perdu leur job, dû renoncer à une gratification de stage, ne peuvent plus être aidés par des familles elles-mêmes en grande difficulté… et se contentent d’un repas par jour au mieux. 

Alors la communauté universitaire mobilise tous ses moyens : fonds d’aide d’urgence, mise à disposition de cartes de paiement dans les magasins d’alimentation, distributions alimentaires avec nos partenaires associatifs. Nous constatons aussi de beaux élans de solidarité, soutenus par nos fondations, nos associations universitaires et étudiantes, et des organismes caritatifs.

Rien de cela ne sera suffisant dans cette période si chaotique.

Nous en appelons à l’État. Des plans de soutien ont d’ores et déjà été annoncés à différentes branches, secteurs d’activités et corps professionnels. L’urgence d’un « Plan étudiants » s’impose à l’échelle nationale. Parce qu’au-delà du discours porté, à juste titre, sur la santé et sur la vieillesse, sur la relance économique, notre nation a besoin d’un discours fort sur la jeunesse, sur ses qualifications, sur son avenir. Et les annonces récentes ne sont pas à la hauteur de la situation.

Trois mesures simples pourraient, à court terme, endiguer si ce n’est résoudre cette crise devenant structurelle. 

-          Le gel des loyers dans les résidences du réseau des CROUS pour les étudiants qui n’ont pas pu quitter leur 9m2 parce qu’ils ne disposent pas d’autres solutions

-          La réouverture d’un Restaurant Universitaire par campus distribuant, en vente à emporter, un repas par jour pour un tarif qui devrait être inférieur au ticket habituel

-          Le maintien aux mois de juillet et août du versement des bourses sur critères sociaux, qui habituellement ne sont dispensées que sur 10 mois, les étudiants étant réputés libres de travailler pour se constituer un pécule en été.

Nos étudiants sont une richesse, une promesse d’avenir, ils sont volontaires, engagés, solidaires, et avides d’apprendre. Ils ne peuvent avoir faim. Il est de notre devoir collectif de les aider.

Emmanuelle Jourdan-Chartier, Enseignante, Vice-présidente Université citoyenne, Université de Lille

Mathieu Schneider, Enseignant-chercheur, Vice-président Culture, Sciences en société, Université de Strasbourg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin