Éditorial du numéro 61 : nos choix de la rentrée littéraire

La semaine dernière, nous avons mis en vedette de la rentrée littéraire quatre voix marquantes, celles de Cloé Korman dans "Midi", de Christine Angot dans "Un tournant de la vie", de Nathalie Léger dans "La robe blanche" et d’Elisa Shua Dusapin dans "Les billes du Pachinko".

Toutes les quatre ouvrent l’espace à d’autres textes qui ont retenu l’attention de nos collaborateurs et dont nous recommandons chaleureusement la lecture. Avec notamment une autre belle figure de femme dans le roman de Maylis de Kerangal, Un monde à portée de main. En apprenant l’art du trompe-l’œil, Paula, son héroïne, comprend les puissances de l’illusion. Agnès Desarthe, qui a tant réjoui cet été les lecteurs d’En attendant Nadeau avec sa nouvelle sur la bêtise artificielle, nous transporte dans l’univers d’un campus universitaire de Caroline du Nord dans La chance de leur vie : façon oblique d’aborder aussi les attentats qui ont meurtri la France en 2015.

Un des livres événements de cette rentrée littéraire, c’est encore Frère d’âme de David Diop qui présente de l’intérieur la guerre des tirailleurs sénégalais en 1914 : son histoire décentre celle de la Première Guerre mondiale dans une très belle langue cadencée. Le premier roman d’Éric Richer, La rouille, est lui aussi très surprenant : en racontant la façon dont un adolescent se débat pour s'émanciper du conservatisme et de la violence de la loi patriarcale, il déconstruit les codes de l’identité masculine. Dans L’île aux troncs, Michel Jullien situe son récit en Russie, à Valaam, au large de la Carélie, terrain d’aventures de deux héros abîmés par la guerre et d’une aviatrice.

Nous aimons aussi les voix dissonantes de Ne m’appelle pas Capitaine de Lyonel Trouillot. Nous aimons les non-lieux de Philippe Vasset dans Une vie en l’air, l’enquête sur la mère de Christophe Boltanski dans Le guetteur et le sauvetage des papiers de Husserl dans le roman de Bruce Bégout. Nous aimons les portraits que Jean-Luc Bertini nous confie…

En prime, signalons quelques beaux textes venus de l’étranger et des lectures de sciences humaines, qui ne sont pas tributaires des saisons : voici pour ce numéro par lequel nous saluons septembre.

T. S., 29 août 2018

www.en-attendant-nadeau.fr


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.