Entada
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2009

Dans les coulisses de la visite de Sarkozy en Guadeloupe

Entada
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 26 Juin 2009

Aventure rocambolesque qu’il vient tout juste de m’arriver : je m’empresse de vous la raconter venant de rejoindre mon domicile

Ce matin un ami me téléphone pour me signaler qu’il a une invitation distribuée par le sénateur maire de la ville de Basse Terre ( a savoir Lucette Michaux Chevry) pour accueillir Nicolas Sarkozy a l’aéroport Pole Caraïbes de Pointe à Pitre

Ne pouvant s’y rendre ,il me demande si cela m’intéresse : pourquoi pas je lui réponds

(le carton d’invitation)

Nous nous donnons rendez vous a proximité de l’aéroport , il me donne l’invitation et je me dirige donc avec mon véhicule et sapé comme un prince (chemisette , pantalon ,chaussure nickel !) vers le Pole Caraïbe

Jusque là tout va bien : l’accès a l’aéroport est bouclé par les gardes mobiles (dépêcher à grand renfort : 2100 en Guadeloupe : 900 de stationnés depuis les événements de février et un surplus de 1200 spécialement pour les 7 heures de présence )

(Arrivée de blindés sur le tarmac )

(Exemple de ce que l’on pouvait voir ce matin : c’est le défilé du 14 juillet?)

(Des tortues Ninja ? pas très tropicalisé les spécimens !)

(Plus sympa lui déja : souriant ah bah oui il est d’ici )

Je présente mon invitation au premier contrôle routier : pas de soucis, vous pouvez passer

Je file garer mon véhicule sur le parking P1 (courte durée ), puis direction le hall d’arrivée situé au rez de chaussée

Là,des portiques de sécurité ont été installé dans le hall a peine franchi les portes coulissantes du bâtiment

Je distingue du personnel venu prendre connaissance des invitations : je m’exécute : carte d’identité + le petit carton , on me fait signe d’aller vers les portiques puis vidange de mes poches et contenu de mon petit sac à dos : on va jusqu’a tester mon appareil photo : mise en marche : normal me dis je ( voyez comme j’ai bien assimilé les plans vigi-pirates : un bon mouton )

Pas de problème je passe le portique de détecteur : on me prie de récupérer mes affaires : ok nickel ! tout dans l’amabilité ! je suis dans l’enceinte des invités maintenant

mais PATATRA : a peine 5 sec après avoir franchi le dernier sas de sécurité , 2 personnes en civil m’attrapent le bras et me demandent de les suivrent : un peu surpris je m’exécute encore alors que je sens bien que je suis le seul à avoir ce traitement de faveur : on me dirige vers un couloir adjacent au hall et me demandent d’attendre en compagnie d’un policier en civil (badge) qui ne cessera de me fixer les yeux dans les yeux , et d’une autre personne qui malgré sa réponse négative en lui demandant si il fait parti de la DCRI m’a bien l’air d’un garde rapproché de la présidence

Suivent de longues minutes d’attente pour le contrôle de mon identité et de mon invitation dans ce couloir.

Et retour à la fouille de mon sac , puis fouille corporelle les bras tendus face au mur ( vous savez les mains qui vous palpent et pressent les c........) revérification de mon appareil photo qui a le droit cette fois ci à la prise d’image (cf ci dessous ), fouille plus minutieuse de mes affaires ( agenda , chéquier, porte feuille etc )

(Photo test de mon appareil par un des agents de El Présidente)

Suite à cette fouille je me dis c’est fini : rien à me reprocher, on va me laisser rejoindre le peuple venu voir le messie : docile comme je suis

Que neni : on m’empoigne le bras et une autre personne l’épaule (plus vigoureusement cette fois ci ) ,on me sort de ce fameux couloir et à ce moment j’ai un drôle de sentiment surtout que je retraverse le hall devant la foule de badaud qui sent bien qu’il se passe quelques choses derrière ce cortège de policiers qui m’accompagnent ( un terroriste ? dans un aéroport ? il y a des regards qui ne trompent pas ) je repasse à l’envers le portique de sécurité puis on me fait monter par l’ascenseur extérieur ( pour ceux qui connaissent) traverse cette fois ci le hall des départs ( le bras coincé en arrière et la pression constante sur l’épaule : la technique n’a pas changé tout le long du trajet ) vers la salle d’embarquement que je franchis cette fois ci sans mon ticket de vol ( zone de no man’s land : Guantanamo pas loin ?) et l’on me dirigent dans le bureau des douanes : l’interrogatoire commence !

Qui êtes vous ? Que faites vous là ( je viens voir le président , j’ai une invitation) , Vous faites de la politique ? non je m’intéresse par contre à la géopolitique ( soyons honnête)

Mais quel est l’objet de cette interrogatoire ? : je n’aurai jamais les réponses , je n’ai jamais été fiché pour manifestation ou désordre a l’ordre public (soyons encore une fois clair)

En gros c’est comme cela : le fait d’avoir les cheveux longs attachés à un élastique fait il de moi un suspect qui mérite qu’on l’interroge pendant toute la durée de la visite du Président de la République Française malgré une invitation ?

Le responsable des douanes m’a même précisé qu’il n’avait pas envie d’être muté et qu’on me garderai jusqu’a la fin de la visite du président ( jusqu’à son départ de Guadeloupe osais je demander ? non ! ouf jusqu’a la fin de la visite de l’aéroport)

Bon on a épluché ma vie : travail ,voiture ,femme ,nom de famille de jeune fille ,salaire,permis de conduire ,assurance ,récupération de tout mon répertoire téléphonique sur mon portable ( inquiétant n’est ce pas ? droit a la vie privée ? Nada !) décorticage de mon agenda et oh malheureux ...

A ce moment précis : découverte : j’ai un tract sur les enquêtes du 11 septembre 2001 : malheureux car branle bas de combat : j’ai eu le droit à la visite d’une multitude de RG (je préfère ce nom à celui tout nouveau de la police de Sarkozy :la DCRI )

Bref des questions sur ce que je fais de ma vie etc.... (jusqu’à enlever mes chaussures : on sait jamais : un Richard Reed en puissance ? )

Tout cela a bien durer 2h30 (entre temps on me faisait sortir du bureau pour pas que j’entende les conversations téléphonique ) j’ai bien du sortir 5 fois toujours accompagné de 2 douaniers (sympa ceux là il faut le dire j’irai même jusqu’a tailler la bavette : au courant de la troisième tour le WTC7 ? 6 sec l’effondrement ? présence avérée par comité scientifique de nanothermite au sein des twins : par contre les autres : RG et touti quanti pas une question la dessus à part le responsable douanier qui osera dire : et ca c’est de la politique (ton affirmatif) : non une initiative citoyenne : je crois avoir fait mouche ! plus rien sur le 911 )

Enfin on me redonne mon sac :direction rez de chaussée par escalier interne cette fois ci , signature du cahier de garde a vue (signature pour la restitution de mes affaires personnelles : photocopie au passage pour eux avant bien entendu ) et on me prie de me diriger vers la sortie

Je ne peux m’empêcher à ce moment de leur faire remarquer le cadre accroché dans leur bureau : Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 et de leur faire lire (avec moi )

l’ Article 11
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

mon baroud d’honneur !

regard de dépit , ils me montrent la sortie : je suis dehors !

Sentiment Amer d’une Sarkozie sans scrupule qui empêche un citoyen de le voir (je n’ose même pas dire essayer de lui parler ) malgré que je sois en possession d’ un carton d’invitation (on a bien trié les invités : vous avez la confirmation)

Sommes nous en Démocratie ? tel est la question que je me posais déjà avant : j’ai eu ma confirmation today !

J’espère que tous les affiliés UMP seront content d’avoir vu leur président omniscient sans aucun cheveux longs aux alentours : je ne vois que le délit de faciès à me rapprocher : République de Merde : voila mon sentiment de retour à la maison : France qu’est tu devenu ? des veaux qui applaudissent leur monarche pendant que le moindre soupçon d’opposition se voit mis sous fichier Edvige ?

Phrase du jour de .....quelqu’un qui est souvent sur la pointe des pieds devant les photographes :

"Je serai très ferme sur le respect des principes républicains en Guadeloupe"

"si quelqu’un a des choses à dire, qu’il vienne le dire !"

C’est pas ce foutre du monde ?

Merci de m’avoir lu !

et cadeau bonus : ce que je n’ai pas pu voir aujourd’hui mais hier oui : un des 2 coucous de notre Altesse Sarkozy Naguy de Bosca avait posé ses roues en bout de piste en Guadeloupe vers 17h30 ( pour livrer quoi?)

Par contre ce que Le Président (qui lui ne décline jamais sa vraie identité comme cela aurait du avoir lieu sur les bulletin de vote de la présidence de 2007) n’a certainement pas vu à la sortie de l’aéroport : ce mémorial improvisé


(Victimes de la répression policière en mai 67 , le nombre de Guadeloupéens morts tragiquement pour une misérable revendication de 2% de hausse de salaire est toujours inconnu : Secret Defense )

L’Histoire se répète elle ?

Hommage à Jacques Bino

1er Source de mon temoignage : http://www.lepost.fr/article/2009/06/26/1595997_garde-a-vue-a-l-aeroport-en-guadeloupe-dictature-en-sarkozie.html

(merci à Sophie , Francois et l'Equipe de Mediapart pour votre geste ;) )

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver les enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone