La Sauce et le Lapin : Avenir Lycéen

Jeunesse LaREMisée 

Suis-je culotté ? Suis-je inconscient ? Un concerné direct au sein de l'affaire Mediapart sur Avenir Lycéen (d'accusation d'instrumentalisation par le ministère de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer et de détournement de fonds publics) s'exprime sur ce blog, affirmant son activité et sa pensée... Ayant subi cette affaire de plein fouet, je compte rétablir -une- certaine idée de -ma- vérité et de mon expérience à ce sujet, sans avoir des objectifs biens précis, un simple éclaircissement.

J'ai 18 ans, je suis en Terminale STMG à Arras. Je me suis toujours intéressé au monde de l'engagement, je porte un intérêt particulier dans la lutte contre les discriminations et l'antisémitisme. J'ai commencé mon parcours en 2017 (j'avais 15 ans), avec la campagne des élections présidentielles. Je me suis rapproché du mouvement le plus représentatif de cette jeunesse engagée, les Jeunes Avec Macron (je n'avais pas de réelles convictions à cet âge, je voulais juste ramener ma science). Mes débuts au sein du mouvement m'ont permis de rencontrer de nombreux acteurs de la vie civile et politique. Je suis issu d'un département en difficulté, le Pas-De-Calais, je ne comprenais pas pourquoi les JAM étaient si peu représentés au sein de notre département. J'ai très vite reçu des responsabilités départementales, jusqu'au poste ultime, Référent. L'ambiance est tout autre, le travail et le militantisme sont remplacés par les rencontres amicales et soirées en boîte de nuit. Le Bureau National envoyait les consignes et le local appliquait. Une véritable usine à produire des collaborateurs parlementaires qui communiquent avec le sourire. Mon département n'était pas vraiment dans cette tendance, afin de ne pas paraitre complètement déconnecté de mon territoire, j'ai, à plusieurs moment, alerté Paris sur les risques d'une déconnexion aux attentes de 2017. On ne m'a jamais écouté, on m'a surtout disputé (On sont les cadres parisiens). 

Au bout de deux ans à relayer le programme du député Sacha H à Henin Beaumont, j'ai décidé de démissionner de toutes mes fonctions au sein des JAM et de LaREM, c'était en Avril 2019 (Notre-Dame brulait au même moment). Je me suis "reposé"...

Juin 2019, une association lycéenne me contacte, un garçon, si fier de son association, me présente la structure sur Messenger et me propose d'intégrer la boucle Telegram des adhérents de l'organisation, trouvant que "mes idées" coïncidaient avec la structure. j'accepte, je suis à cette époque déjà concentré sur des propositions à envoyer à différents parlementaires (de tous bords) sur la question de l'antisémitisme dans les établissements scolaires. 

La présidente en place à cette époque était ultra-engagée sur la thématique de la culture. Elle se revendiquait "LR", j'étais assez étonné quant à la rareté des militants de droite dans l'engagement associatif. Je m'aventure dans toutes les délégations, suis démarché par l'ensemble des délégués nationaux (tous des thématiques biens précises). Je connaissais tous les délégués nationaux, tous engagés auprès des jeunes Avec Macron, de près ou de loin. 

Je prends mes armes au sein de la délégation "Droits des Lycéens" (j'étais dans le privé et nous devions travailler sur l'accès à la démocratie lycéenne dans le privé, j'étais partant). Le délégué national à cette époque, Giovanni S était incroyablement engagé, connaissait sa délégation et l'association. 

Je suis arrivé en Avril, et j'ai commencé à réellement m'investir vers Juin 2019. Juin c'est aussi une date très importante pour Avenir Lycéen, l'élection de tout un Bureau Exécutif se produit à cette période. 

Deux listes s'opposaient, deux candidates aux idées similaires. Des débats sur l'ego, l'attaque personnelle ou encore "politique" ont amené Alexia Desdevises à la présidence de l'association, elle est officiellement la deuxième présidente en poste au sein de notre organisation. 

J'éprouvais une certaine sympathie pour Alexia, à 17 ans, élu CSE (Conseil Supérieur de l'Education) et engagée sur toutes les thématiques, cette fille possédait vraiment un plus par rapport aux autres, à "cette masse". 

En poste, Alexia a dû faire face à de nombreuses attaques de syndicats qui ne voulaient pas reconnaitre Avenir Lycéen, nous accusant d’être trop corrompus et proches de LaREM (je n'y croyais pas). 

En juillet 2019, première affaire qui secoua le monde de l'engagement AL, la cause ? Un groupe Telegram s'appelant "Aile Droite Race Supérieure" appartenant à des membres de l'association, dont Alexia Desdevises. Avenir Lycéen a commencé à créer un réseau d'informateurs sur la scène associative et une protection du pouvoir du Bureau Exécutif, qui à remettre en cause les fondements mêmes de l'organisation de l'association. Moi, simple chargé de mission, n'étais pas concerné. 

Les mois passaient, je me suis énormément intéressé aux travaux d'Alexia, je lui parlais de plus en plus, notre première rencontre a eu lieu en Septembre 2019 à Paris, j'étais fier. 

Au fil de temps, nous nous sommes noués une amitié, nous étions proches et elle me donnait de nombreuses explications et "techniques"à adopter dans l'engagement lycéen. 

En Novembre 2019, le trésorier, Paul Greffe, avait décidé de rendre le tablier, il voulait se consacrer pleinement à ses études. De façon automatique, je me suis proposé pour le remplacer auprès d'Alexia. Les élections ont eu lieu en Décembre, les résultats m'ont donné vainqueur. Je reprenais donc les comptes de la principale organisation lycéenne de France.

"Reprenais", c'est un grand mot, j'ai eu accès aux comptes de l'association seulement à partir de Février et les capacités de dépenses (carte, etc) fin juin 2020... Alexia avait la particularité de ne jamais rien confier à personne.

65 000 euros, c'est énorme, à partir d'Avril (fin du confinement) Alexia repris ses activités à Paris et Lyon avec l'argent de l'association, et me trimballait afin de valider les dépenses des hôtels et restaurants. Mon premier déplacement subventionné avec Alexia fut une rencontre à Paris en Avril afin de rencontrer des personnes qui travaillent avec la région IDF afin d'entrevoir une possibilité d'avoir une salle pour un congrès fondateur pour l'association (sans budget prédéfini).

Les déplacements se succédaient, Alexia me faisait valider "des trucs" sans que je sois au courant de quelconque règle concernant les dépenses.

En Juin, un grand séminaire a eu lieu à Lyon, afin de clôturer la mandature d'Alexia Desdevises à la présidence de l'association et par la même occasion de faire rencontrer l'ensemble des adhérents de la région AURA. J'ai pris le train avec Alexia de Paris pour aller à Lyon, premier grand voyage pour ma part avec l'association. Un séminaire sur 3 jours, j'ai pu, pour la première fois rencontrer un cofondateur de l'association, Nathan Monteux, un soir, avec son beau-frère Arnaud Ermenault, lycéen et engagé dans son établissement à Lyon. Arnaud mène un combat pour le suivi et l'amélioration des conditions des élèves précoces.

Alexia et Nathan se connaissaient très bien, le séminaire m'a fait apprendre un bon nombre de choses sur ces deux personnages, notamment du fait qu'Alexia s'est toujours reposée sur les actions de Nathan, n'a jamais pris de décisions sans lui. J'étais assez surpris, moi qui pensais qu'Alexia pouvait se démarquer par sa personnalité, elle fut tout ce temps seulement double de Nathan... Durant ce séminaire j'ai rencontré de nombreux lycéennes et lycéens, notamment Côme Duvert, avec qui j'ai partagé dès le premier soir une sorte de complicité de potache en ce qui concerne le monde de l'engagement, nous étions sur la même longueur d'onde et partageons un intérêt commun, l'avenir de l'association. Ce séminaire sera (sans que je le sache) le marqueur de "l'après-Alexia".

Nous nous sommes noués une amitié, Côme Duvert, Arnaud Ermenault et moi-même, les 3 petits ambitieux au sein d'une association d'une envergure nationale. Par le biais d'Arnaud (le beau-frère de Nathan) nous avions carte blanche au sein de l'association pour organiser des rencontres et stratégies, pour suivre les travaux d'Alexia et être "potables" dans une perspective électorale.

Avenir Lycéen avait déjà son futur, Alexia Desdevises et Maxence Duprez (l'autre cofondateur de l'association) avaient tout misé sur un candidat, qui s'appelait Tanguy Beuvin.

Tanguy avait 15 ans, il était engagé au sein de l'académie d'Amiens et était Jeune Avec Macron au même moment. Ce fut un ami personnel de Maxence Duprez, comme pour nous (les 3 amis), avait le privilège de s'organiser afin d'affiner sa stratégie électorale.

Vous avez le tableau ? 2 parties s'opposaient, Nathan Monteux (avec nous trois) et Maxence Duprez (avec Alexia et Tanguy). Se diviser n'était pas possible, nous étions dans une période mouvementé. Les cofondateurs se sont réunis et ont choisi d'unir les forces au sein d'une même liste :

Tanguy Beuvin président ; Côme Duvert secrétaire général ; Arnaud Ermenault vice-président et moi, reconduit comme trésorier.

Arnaud et moi même ne comprenions pas ce relâchement par Nathan, mais acceptions la liste, le poste n'était pas ce que nous recherchions.

Fin juin, Alexia s'était entretenue au téléphone avec Nathan Monteux, afin d'organiser la dernière grosse dépense de son mandat, l'achat de divers matériels informatiques pour un cout total de 7000 euros environ, il lui restait une journée avant la fin de son mandat. Nathan avait demandé de tout approuver, que la responsabilité du comité de Veille s'engageait, j'ai donc exécuté.

Tanguy Beuvin était au courant de rien, tout le monde s'est bien gardé de lui dire concernant cette dépense qui allait lui être reprochée durant son mandat.

Tanguy Beuvin accédera à la présidence le lendemain, par une courte majorité aux élections (voie électronique).

Le titulaire du compte d'Avenir Lycéen à ce moment la était Maxence Duprez, délégué des Jeunes Avec Macron à Paris. Il a très vite vu sur le compte l'imputation de diverses sommes, il a très vite pris l'initiative de prévenir Tanguy Beuvin. Au même moment, Alexia, Nathan, Arnaud et moi-même étions à Lyon, Maxence avait appelé Alexia, nous étions en train de manger, Alexia s'est mise en larme et s'est retournée vers Nathan lui demandant de "la sauver". Nathan a par la suite répondu à Maxence qu'il devait arrêter de se mêler des choses qui ne le regarder plus et m'avait confié la responsabilité de réclamer la responsabilité du compte, en ma qualité de trésorier.

Quelques jours se sont succédés, Tanguy et Maxence étaient remontés, et réclamaient des explications. Les adhérents ont très vite été mis au courant de la situation, tous étaient partagés.

Nathan avait un nouvel objectif, virer à tout prix Tanguy et Maxence (qui était lui même cofondateur) afin d'éviter "la vague". Nathan s'est servi d'Arnaud, de Côme et de moi même pour effectuer cette tache. La stratégie ? Les pousser vers l'exaspération et la non-confiance. Tanguy a très vite pris ses responsabilité et a quitté l'association quelques jours après les révélations. Maxence a persisté, a même informé différentes parties prenantes de cet autoritarisme soudain, rien à faire, il parlait à des murs, il quittera l'association peu de temps après Tanguy.

Alexia s'est chargée (en sa qualité d'ancienne présidente) de régulariser la situation en convoquant une assemblée générale extraordinaire et la mise à disposition rapidement d'un nouveau Bureau Exécutif par intérim, tout ça sous l'approbation de Nathan, seul actif au sein du comité de veille d'Avenir Lycéen.

Arnaud, Côme et moi-même avons en peu de temps monopolisé toute la direction d'Avenir Lycéen, Nathan avait gagné, il a réussi à tuer son adversaire par différentes méthodes de sous de table. Côme sera nommé président par intérim de l'association de Juillet à Aout, Arnaud Vice-président et moi trésorier, le schéma Monteux était effectif, il peut désormais contrôler à lui seul toutes les actions de l'association.

Juillet et Aout (mentionnés dans l'enquête d'Antton Rouget) seront les mois les plus couteux pour l'organisation, en Juin l'association possédait 42 000 euros, fin Aout les fonds étaient autours de 15 000 euros. J'étais le trésorier et titulaire de du compte bancaire de l'association à ce moment là, j'ai validé des dépenses que je n'aurai pas dû, notamment des hôtels et restaurants qui dépassent cette logique de la moralité. J'ai approuvé des assemblées générales à plus de 3 000 euros, des séminaires à 1 000 euros pour 3 jours. Nous nous sommes engouffrés dans cette logique dépensière.

Nathan Monteux a orchestré cet effondrement planifié, il ne voulait plus faire prospérer Avenir Lycéen, car selon lui, l'association avait fait son temps, que nous sommes à notre apogée. Il va donc engager des demandes de remboursements en ce qui concerne des montants qu'il aurait injecté en 2019 avant la subvention publique. Il va me demander plus de 7 400 euros (voir article Libération et Mediapart à ce sujet) et des remboursements de restaurants auxquels il avait mis la responsabilité de l'association derrière. Je lui ai toujours demandé les justificatifs, et m'a toujours renvoyé vers Alexia, qui approuvait en tout temps ce rendu de justificatifs (ce qui était faux).

Côme Duvert fut utilisé et manipulé, pour faire passer toutes ces saloperies en ce qui concerne les dépenses et remboursements. Un jour, je lui ai demandé d'approuver un virement de 1 000 euros destiné à Nathan, par mail, il m'a renvoyé quelques heures après qu'il ne voulait pas. Je ne comprenais pas son action, je me suis disputé avec lui à ce sujet. Sur le plan personnel, cet acte que je considérais de partisan il y a encore peu m'ont fait prendre des décisions ridicules, j'ai commencé à lui faire la tête à l'exclure de toutes les discussions stratégiques de l'association.

Une aubaine pour lui, qui ne voulait plus (par les conseils de sa famille, surtout son père) de s'éloigner le plus vite possible de cette malversation associative. Je suis rentré vaguement en contact avec son père, qui m'insultait de corrompu, d'instrumentalisé, j'ai toujours réfuté, et je l'ai même menacé de poursuite, car étais convaincu de "ma connerie", Nathan et Alexia étaient derrières et applaudissaient...

Septembre arriva, le mandat de Côme pris fin, les élections fuent organisées, Nathan était concentré ailleurs, à construire une nouvelle organisation "Avenir Education" dont il a mis automatiquement Arnaud, Alexia et moi même cofondateur (il a par ailleurs utilisé Côme Duvert en juillet pour créer une AG de fusion avec la "Dictature Monteux" à travers Avenir Education). Jean-Michel Blanquer s'était félicité en Juillet auprès de Nathan et d'Alexia de cette création.

Le nouveau président, Esteban m'avait repris dans son BE, et commençait à définir des règles strictes de contrôle des dépenses et la création d'une charte d'éthique et de limitation des pouvoirs des cofondateurs au sein de l'organisation. Les débuts d'Esteban ont marqué un espoir pour Avenir Lycéen, celui d'une réelle représentation sans dorures.

Novembre : Nathan, Côme, Alexia, Arnaud, et moi même recevons un mail de Mediapart, nous demandant des explications, la catastrophe arriva, une baffe gigantesque qui fera remonter les actions des poisons de l'engagement lycéen, nous ne savions pas quoi faire... Nathan organisera le soir même une réunion avec tous les concernés, il voulait répondre seul, et nous mettre au placard le temps de l'enquête Mediapart, nous ne devions pas répondre ni même nous expliquer lorsque l'article fut apparu.

Quelques jours après l'article de Mediapart, le Ministère de l'Education diligentera une enquête administrative sur Avenir lycéen er ses dépenses. J'ai appris de nombreuses choses durant cette enquête, notamment l'existence d'une convention ministérielle dans l'octroi de la subvention de 65 000 euros, avec une répartition des sommes dans différentes thématiques. J'étais et je le suis toujours, révolté, Alexia et Nathan ne m'ont jamais donné cette convention et même encore maintenant, j'ai beau réclamer, je n'ai rien.

Nathan a toujours été très proche du pouvoir, dans le sens où son engament passif, avec les Jeunes Avec Bruno Lemaire, lui ont permis d'avoir un carnet de contacts important et influent. Nathan a toujours entretenu des liens privilégiés avec les cadres des Jeunes Avec Macron, ces même cadres qui ont fait la campagne des #AvenirLycéen sur les réseaux sociaux en 2018. Cette proximité m'a toujours fait peur dans le cadre de l'enquête administrative, comment garantir une impartialité des acteurs et concernés ? J'ai plusieurs fois été auditionné rue de Grenelle, je constate (preuve sous la main) que Nathan s'y rendait au même moment sans convocations officielles, demandant à plusieurs moments d’être remboursé ou de garantir des achats de billets et de chambres d'hôtel proche de Grenelle.

Aujourd'hui, Vendredi 22 Janvier, j'ai reçu une suspension temporaire de la part de Nathan en ce qui concerne mon poste de trésorier, deux jours après les révélations que j'ai porté sur le projet d'un Avenir Lycéen Bis "Les Lycéens" avec de Mediapart et Libération. Les raisons de la suspension ? "utilisation à des fins personnelles d'argent public réservé à l'association"... Je ne sais vraiment pas quoi dire. La concordance des dates et choix politiques menés par le ministère me laisse penser que le coup de théâtre sera porté au non-JAM compatibles.

Face à cela, j'ai donc décidé de prendre les devants, je ne porterai pas le chapeau des différentes manipulations et de cet abus de confiance qui appartiennent aux responsabilités de Nathan Monteux, le véritable Baron Noir de l'engagement de la "stratégie Blanquer" au sein de la démocratie lycéenne, je m'engagerai du mieux que je peux pour défendre la cause de la justice syndicale et associative auprès des lycéens et engagés, et surtout auprès des français, qui en plus, dans une période compliquée voient leurs deniers s'envoler dans des stratégies syndicales lycéennes et foi gras.

J’aimerais m'excuser auprès de toutes et tous, et surtout auprès de mes anciens amis, collègues et adhérents, votre engagement entaché par du lobbying politique, auquel nous avons tous inconsciemment participé.

 

Gardons espoir, je garde espoir, je n'ai pas terminé de m'exprimer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.