Les deux "A" de la République


A vous,


De part cette lettre, j'aimerais rappeler la définition du mot "sionisme", si important soit-elle, la considèrent ainsi comme la survie de tout un peuple, de toute une démocratie établie par l'exode et la diaspora. Le sionisme n'est pas religieux, ni même laïc, le sionisme est une pensée. Qu'il soit de droite, de gauche, identitaire ou cosmopolite, toi lecteur, toi qui est attaché à la liberté, à la démocratie et à la justice ; toi qui provient ou protège une minorité, tu es concerné. 

L'antisionisme et l'antisémitisme, deux mots qui proviennent d'une erreur de la langue française, qui a pour habitude de donner une définition unique à chaque mot. Les deux sont mêmes, une haine millénaire, transportée par l'idéologie, les stéréotypes et le complotisme. 
J'en conclus donc que ces deux termes sont tout simplement le fruit d'un progressisme, d'une idée à défendre et à protéger, Israël. 

Emile Zola avait publié une bombe idéologique le 13 Janvier 1898, "J'accuse", un texte qui dénonçait une simple banalité institutionnelle, de rejeté le délit sur "le juif". Extraordinaire à l'époque, le pays s'est déchiré face à ce papier, afin d'accepter ce changement, qui nous parait si logique et normal aujourd'hui. 

Normal ? Des juifs sont encore trainés dans la boue ? insultés car juifs ? ajoutés sur des bannières de vidéos complotistes comme responsables du coronavirus ? Pourquoi ? La culture était si encrée ? 

Un bon gros siècle est passé, nous avons vu d'autres progrès, en ce qui concerne le droit des femmes, ou des étrangers par exemple, toujours partis d'une polémique, d'une généralité qu'il fallait dépasser. 

Le Sionisme moderne est arrivé, avec lui, la lourde responsabilité qu'avez l'Europe à s'excuser en ce qui concerne ces 6 millions de visages effacés. 

L'antisémitisme sévit toujours, oserons-nous parler du sionisme applicable comme réelle entité ?

"Le droit d'un peuple de disposer d'une terre", seulement ?

Qui sera ce génie français, cet intellectuel qui osera, car oui, le sionisme n'est pas expliqué, ne peut l'être par le subjectif. Et oui, le sionisme est une valeur qui doit être aussi défendue par notre République et nos principes Républicains. 

J'aimerais retrouver un nouveau Zola, qui accusera, par cette même intensité, par cette envie que la France redevienne la France par ses opinions et son envie de "tout chambouler", qui dénoncera l'obscurantisme et rétablira cet outil de compréhension qu'est l'histoire. 

La mondialisation nous porte encore une fois dans un combat universaliste, mais parce que nous sommes français, nous sommes prédestinés à réussir grâce à notre et notre diversité. Les faibles d'esprit qui trouvent dans ce combat un intérêt politique se retrouvent à la marge de notre société.  

 

Espoir d'un nouveau Dreyfusard. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.